Dracula

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:00

Onvousdittout
-> Personnages historiques






#1: Dracula Auteur: Kamikaze,
Posté le: Mer Déc 12, 2007 11:39 am


Je viens de lire le premier tome de l'Historienne et Dracula, d'Elizabeth Kostova.





"Née en 1964 aux Etats Unis, de parents universitaires qui ont voyagé
avec elle dans toute l'europe, Elizabeth Kostova a mené près de dix ans
de recherches autour de la légende de Dracula avant de se lancer dans
ce roman au succès colossal. Après avoir étudié la litterature à Yale,
elle enseigne aujourd'hui à l'université du Michigan où elle vit avec
sa famille".



En fait dans ce roman, une jeune fille enquete sur ses origines en
découvrant que son père historien est lié à une quete sur l'origine de
Dracula et de l'Ordre du Dragon et qu'il est convaincu que les vampires
existent et que Vlad Drakul est toujours vivant.





"Le voïvode Vlad III Ţepeş (« l'Empaleur »), dit Drăculea (en
roumain « fils du Dragon »). Dracula, surnommé ainsi par les
chroniqueurs d'après l'appartenance de sa famille à l'Ordre du Dragon
(né en décembre 1431 à Schässburg/Sighişoara - mort en 1476 à
Bucarest), a été prince de Valachie en 1448, puis de 1456 à 1462 et en
1476"



http://fr.wikipedia.org/wiki/Vlad_Tepes



Le fait est qu'à la place des ossements de Dracula dans son
tombeau, on a retrouvé des ossements de chevaux et que l'on ne sait
toujours pas où est son corps.



Ce qui m'a interessé dans ce roman, c'est le fait que l'auteur fait venir la légende dans les pyrénnées...



"...légende selon laquelle Drakula, le plus noble et le plus
dangereux de tous les vampires, acquit son pouvoir non pas dans la
région de Valachie, mais grace à une abomination née dans le monastère
de st Matthieu-des Pyrénnées-Orientales, une maison bénédictine fondée
en l'an mil après notre Seigneur" (extrait) (...) Drakula rendait
visite au monastère tous les 16 ans (pendant la demi-lune du mois de
mai), pour régénérer ses pouvoirs"



L'auteur cite encore des documents provenant d'une église de
Perpignan, faisant état de morts violentes et inexpliquées parmi les
troupeaux de chèvres et de moutons en 1428.





Je ne sais pas ce qu'il y a de vrai ou de faux là dedans. Je n'ai
pas retrouvé trace de ce monastère sur le net et je ne sais pas s'il
existe. Fleur de Diamant, toi qui habite dans le coin, tu connais?


Sinon cela me ferait penser à Perillos



http://www.societe-perillos.com/histoire.html



Code postal 666.



Quelqu'un en sait plus, ou bien a lu le tome 2???





Satyneh, où es tu vampirella? Tu as un avis?

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:01

#2: Auteur: graindesel, Localisation: gagatorium
Posté le: Mer Déc 12, 2007 11:52 am


Justement hier soir j'ai regardé sur Planète
"Les chateaux de Dracula"...qui n'était pas vampire..mais un homme
extrèmement inhumain et violent......très interessant, mais je n'ai pas
entendu parler de cette légende des Pyrénées..donc si tu a Planète tu
peut à nouveau regarder ce film le 14.12 à 18h10- 16.12 à 12h- 20.12 à
18h.05-26.12 à 18h05 ou le1.1.2008 à 18h05

#3: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Mer Déc 12, 2007 11:56 am


Merci Grain de Sel, j'ai regardé hier soir. Je sais que c'est un personnage réel, cruel etc...



Maintenant est-il plus que cela?







Ce qui me fait frémir c'est ce monstre en défenseur de la "chrétienté".





Jésus se retourne dans sa tombe spacio-temporelle..

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:02

#4: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Ven Déc 14, 2007 12:46 pm


Est-ce que Dracula est venu en France? On a
retrouvé des statuettes de "yougoslavie"!!! C'est presque le meme
endroit que la Valachie et compagnie.





Je fais un copier-coller, peut-etre que les sud ouestois auront une idée.






Citation:
L'histoire de Perillos











--------------------------------------------------------------------------------







Origine du nom de Perillos



Le nom des Perillos est unique, ne serait-ce du fait que l'on trouve des poires dans leur blason....



Les eaux perdues de Perillos ou… l’inattendue magie d’une carte postale



Les recherches de la Société Perillos ont permis la remise à jour
d’une carte postale de Périllos, probablement la seule éditée, datant
d’il y a un siècle. On y voit le village avant qu’il soit devenu une
ruine... Cependant un détail imprévisible sur cette carte montre que le
nom du village serait... Perillos-les Bains !



Les écrits disparus de l’église de Périllos



Les archives de l’église de Périllos, ancienne chapelle des
seigneurs, semblaient avoir irrémédiablement disparu depuis la
Révolution. Cette absence laissait, dans l’ombre, bien des points
importants de l’histoire oubliée de Périllos, comme l’étrange
procession se rendant dans une grotte de ce territoire. Le Dr Paul
Courrent semblait avoir disposé de documents sur le sujet à
Durban/Corbières même. Nous avons eu la chance de trouver un généreux
donateur qui nous a remis tout un lot des fameux registres religieux de
Périllos…



L’église saint Michel de Périllos



L’église saint Michel de Périllos est le centre du village
abandonné. Bien que souvent visité, il y a beaucoup de détails qui
échapperont au visiteur pressé… Plusieurs éléments sur ce petit
bâtiment encore en place sont pourtant difficiles à retrouver... du
fait qu'ils ne nous sont accessibles qu'en pleine obscurité dès les
portes refermées sur le sanctuaire. C'est alors que nous apportons un
peu de clarté sur quelques réflexions. Ainsi, nous mettons en 'lumière'
que la paisible chapelle était, peut-être, en cas de prise d'assaut du
bastion, l'ultime retranchement des seigneurs de Périllos... pour un
baroud d'honneur ou d'autres raisons plus énigmatiques ou secrètes...
Dans la troisieme partie, nous 'descendons' résolument dans le sous-sol
de l'église St Michel de Périllos, pour y chercher et trouver la clef
finale dissimulée derriere la réorientation mystérieuse de cette
église.



D'abord, il y a la pierre gravée du porche d’entrée…



Lors de nos travaux d'été 2005 à Périllos, une analyse du sous-sol
(sans exploration, ni destruction) nous apportait des observations
importantes autour de l’église St Michel de Périllos, dont la
confirmation technique de la réorientation du bâtiment de son axe
nord-sud d'origine vers une orientation ouest-est, qui est celle
d'aujourd'hui.


Saint Michel archange… patron de l’église de Périllos



St Michel, un des trois seuls archanges nommés par la Bible, protecteur
de la religion, de la France monarchique... et protecteur de l'eglise
de Perillos. Régulièrement le choix d'un archange pour saint patron est
rare et specifique. A l'image du Mont St Michel il indique une
importance plus etonnante que ne saurait le laisser supposer
primitivement la simple petit eglise de Perillos. Peut-être une
recherche plus profonde dans les détails symboliques, ésotériques et
religieux de ce formidable patron de Perillos peut nous révéler de bien
surprenantes surprises reliées au passé même de ce territoire
mystérieux. La fete de St Michel est accompagnée de diverses coutumes
ancestrales qui etaient - et continuent d'être - célébrées à Périllos,
comme les oeufs, le gateaux de St Michel, la chute de Lucifer, le feu,
etc.


Le Hitching Stone : un ‘Roc Redon’ en Angleterre ?



Le Roc Redon est une curiosité minérale énigmatique unique dans la
région du Roussillon. Curieusement, il ne semble pas y avoir de
tradition ou mythe autour de cet énorme rocher contenant autrefois une
citerne. Tout au plus peut-on supposer que le lieu fut utilisé comme
bornage pour les terrains environnants. On trouve une roche de cette
sorte en Angleterre, le Hitching Stone. Ce dernier mégalithe conserve
des légendes, des récits qui pourraient nous permettre de retrouver le
sens mythique de notre Roc Redon.



La Belle Oriole



La 'Belle Oriole' ou le 'Val Oriole'... un hameau de Périllos ayant
tout de même sa propre petite chapelle, sous la vocable de Ste
Thérèse... Apparement loin de Périllos aujourd'hui, ce hameau autrefois
en était bien plus proche grâce aux chemins anciens. Le Val Oriole est
cependant relié, par sa chapelle, au système 'nordiste' de Périllos
anisi qu'aux alignement depuis le 'Roudone'. C'est, cette fois, une
petite analyse du nom de ce lieu, et de sa sainte patronne, qui nous
apporte une approche différente qu'un simple nom de lieu sur une carte
routière...



Le siège de la mort



Entre Perillos et Opoul existe un lieu-dit "Le Siège de la Mort".
Simple hasard toponymique ou mémoire d'un énigmatique endroits sacré,
accompagné d'un symbolisme rare et sans doute de première importante?
Une analyse de ce lieu indique qu'il se pourrait bien que nous soyons
en présence d'un très rare et authentique lieux sacré de cette region
dont l'importance s'avérerait d'une grande ancienneté. Cependant nous
devons également observer ce secteur des terres de Périllos se trouve
dans le périmètre désigné par la maquette de Sauniere... Encore un
hasard désagréable, diront certains...



Le sanctuaire des dames de Périllos



Y aurait-il eu un couvent à Périllos? Nous pourrions en douter
puisqu’il n’en est fait mention nulle part dans les documents
concernant ce territoire. Cependant un acte concernant un village
voisin nous permettait d’engager nos recherches… et retrouver les
vestiges d’une telle structure non loin du village. Il s’agirait d’un
très ancien établissement, pour femmes, connu des seigneurs… le couvent
Sainte Cécile. Ce nom est attesté par les cartes bien que le lieu ne
soit pas cité au bon endroit. L’étude de ce qu’il reste du site, et de
son environnement, laisse deviner que ce lieu se situe sur un
sanctuaire bien plus ancien… sur lequel nous reviendrons prochainement.

Dans la seconde partie, on souligne plus particulièrement d'autres
analogies entre ce couvent de Sainte Cécile de Périllos et
Rennes-le-Château. Il en sera de même de l'étrange pèlerinages de Ramon
vers le Puits St Patrick en Irlande. A propos de ce dernier on observe
certaines relations entre ce site érémitique et le culte souterrain des
sanctuaires de Perillos, leurs grottes…et mines.


Les trois chapelles de Périllos



Trois chapelles pour le territoire de Périllos! Le fait n'aurait rien
d'une énigme si ces bâtiments n'étaient tous orientés nord-sud ( la
tradition est habituellement est-ouest) et ne semblaient représenter la
survivance d'un paysage sacré remontant probablement à l'ère
chrétienne... C'est dans cette notion énigmatique qu'apparaissent des
d'étranges anomalies dans ces bâtiments dont un est devenu l'église du
village de Périllos. Ce paysage, cette géographie... sacrée, semble
aussi avoir été inscrite par l'abbé Saunière dans la réalisation de son
moulage topographique...



L’antique paysage sacré de Périllos



De curieux alignements naturels rythment depuis des temps
immémoriaux la géographie sacrée du pays de Périllos. Sur ces
emplacements prirent place dès les origines de l'Homme dans cette
région, des lieux de cultes dans ce paysage devenu sacré. Peu à peu la
terre de Perillos eut une importante histoire pre-chretienne gravé dans
sa géographie minérale. Ce paysage sacré dénoterait tout d'abord une
dedicace particulière orientée vers les dieux Jupiter/Zeus. Puis ces
emplacements, semblant avoir une grande importance pour la mémoire
topographique des lieux, furent dédiés et convertis par l'Eglise pour
un besoin encore énigmatiques sous les vocables de saints et saintes
chrétiennes. Ainsi sous des apparences anodines la Tradition pouvait se
perpétuer sans risque d'oubli ou de destruction.



Périllos: nombril d’un autre monde ?



Nous avons pu identifier l'essentiel des éléments géographiques «
sacralisés » du territoire de Périllos. Il est temps maintenant
d'interpréter ces éléments en les situant dans leurs cadres pré -
chrétiens, avant que nous ne franchissions l’ultime étape, qui sera de
faire la jonction entre le paysage symbolique de Périllos et les mythes
« sacralisés »… Ce qui nous donnera la réponse en ce qui concerne son
caractère d’origine sacrée. Dans la seconde partie, une interprétation
des lieux sacralisés du monde souterrain est proposée. On y retrouve
des liens intrigants entre des points précis du territoire de Périllos
et d'autres endroits hautement sacrés de certaines régions
méditerranéennes. Dans la troisième partie, nous essayons de savoir si
oui ou non les seigneurs de Périllos pouvaient être conscients que leur
territoire avait abrité, dans l’Antiquité, un réseau ouvrant sur un
sanctuaire de la plus haute importance, et surtout s’ils tentèrent d’en
comprendre le contenu…





Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:04

Périllos – Une Sacrée Géométrie



C’est avec une énorme prudence que nous aborderons la petite étude qui
va suivre et qui met en lumière toute une série de constats qui m’ont
pour le moins troublé en me laissant envisager une localisation de
quelques sites majeurs de Périllos, non pas hasardeuse, mais peut-être
clairement réfléchie dans un plan d’ensemble qui trouvera peut-être un
jour justification.



L’ours et le Dragon



L’Ourse et le Dragon… est une ébauche audacieuse de l’hypothèse sur
les orientations polaires et nordiques des chapelles des seigneurs de
Périllos. Peut-être sommes nous face aux derniers vestiges d’une
tradition liée au souvenir des terres de THULE désertées lors de leur
glaciation… cette tradition à la recherche de laquelle de nombreux
chercheurs, dont le célèbre Otto Rahn, se lancèrent sans compter… aux
confins des contrées de l’antique Roussillon. Une tradition dont le
centre spirituel primordial aurait été transporté suivant les méridiens
vers divers centres secondaires qui gardèrent le souvenir dénaturé de
ses enseignements. Pourquoi ne pourrait-on pas supposer qu’un de ces
lieux, en Roussillon, ait été choisi pour conserver d’autres ‘mémoires’
comme celles d’une sorte d’ ‘atlantide oubliée’… ou d’une secret
fabuleux lié aux vertus d’un certain ‘sang sacré’ ou enfin de dépôts
intouchables plus récents et dont l’ouverture serait attendue à notre
époque ?



Le Cromlech de Périllos ?



Les alignements 'nordistes' des chapelles des seigneurs de Périllos
ne sont pas la seule indication attestant que l'ensemble du territoire
ait eu un passé préhistorique d'une importance que l'on peut de plus en
plus déclarée 'sacrale'. Le vieux périmètre des terres 'magiques' de
Périllos trahit nettement un espace qui, au fil des temps, resta sacré
et religieux en raison de pierres énigmatiques retrouvées (ou
disparues!!!) indiquant un évènement et sa protection qui nous
dépassent encore...



Cassini et le savoir perdu



La mission des Cassini est d'établir la première carte de la France
avec toutes ses régions à la même échelle... Ceci inclus, bien sur, à
cette epoque, les terres de Périllos!

Dans la region, ils restent des bornes, et des emplacements
commemoratifs indiquant des lieux utilisès pour cette entreprise
gigantesque. Mais peu apres que le notaire Courtade dresse le
recensement des domaines de Périllos, en stipulant un endroit important
(tombeau royal et sacré)… Cassini laisse une « tache blanche » sur les
relevés de cette même région…

Devant certains événements liés à cette affaire nous pouvons nous
demander pourquoi Périllos ne fut pas répertorié ?... et ce que
pouvaient craindre, savoir ou vouloir protéger les Cassini en omettant
volontairement de trianguler sur ces terres... sacrées et royales?


Opoul sous Périllos



Au-dessus d’Opoul se trouve le plateau de Salveterra, avec un château
souvent confondu avec celui de Perillos. Mais ce plateau est à
l’origine du nom du village en bas : le haut-poul, avec un château
royal, maintenant totalement détruit.

Dans la deuxième partie, les citernes et les avens du plateau de
Salveterre passent à la revue. Mais ce plateau nommé… apocalyptique est
aussi l’endroit ou les archéologues ont retrouvé un hameau wisigothique
et un carré magique.










--------------------------------------------------------------------------------







La famille de Perillos. On supposait qu’un si pauvre et petit village
avait une “ petite noblesse”. Mais que penser du fait qu'au cours du
14ème siecle, on les retrouve parmi les « plus riches hombres »
d’Aragon, et conseillers non seulement des rois
d’Aragon, mais aussi de ceux de France… et même des papes ? Durant
trois parties, nous étudierons la naissance, l’ascendance et la
confirmation d’une famille peu connue, mais très intéressante.


Apres la découverte d'une manuscrit du Dr. Paul Courrent sur les sires
de Durban, la Société Périllos a réussi a également retrouver une
importante publication dans laquelle ce manuscrit a été publié. On
retrouve, ainsi, des confirmations (qui nous furent longtemps
contestées) du lien Durban-Périllos dans cette affaire plus
qu'intéressantes.










--------------------------------------------------------------------------------







Le monde souterrain d’Opoul-Périllos



Les terres d'Opoul Périllos contiennent de nombreuses cavités dans leur
sous-sol. La Société Périllos a remis à jour nombre de ses sites
remarquables. Nous proposons, dans cet article, un survol de ces lieux
maintenant identifiés. Ce travail, loin d'être terminé, sera complété
au fil des nouvelles mises à jour.


La grotte de ‘la Caune’



L’une de ces cavernes nous semble digne d’ouvrir cette étude par son
aspect exceptionnel tant sur le plan minéral que sur celui de la
mémoire de l’Homme.



Une statue insolite à Perillos



A l'occasion de la fête de Pentecôte se déroule, dans les vestiges
du vieux village, une messe, avec l'apparition d'une "Vierge Blanche".



D’étranges découvertes à Périllos



Plusieurs découvertes ont eu lieu dans le secteur de la Caune à
Périllos. Il s'agit d'abord de plusieurs statuettes, de formes peu
connues, qui apportent une autre dimension au mystère de cette
region... car ces statuettes sont normallement trouvées en Yugoslavie.
Comment ces représentations très anciennes sont elles arrivées à
Périllos... reste une énigme irritante. Mais sans doute la raison de ce
dépôt, des plus insolites, devait avoir une excellente raison qu'il
nous reste à découvrir.



L'énigme de la grotte "Oursu"



A l'extérieur du village de Périllos se trouve la grotte "Oursu",
un sanctuaire naturel et sacré de l'humanité durant des millénaires et
où eurent lieu des découvertes importantes.



« Opoul : 3 spéléologues bloqués à - 150 mètres »



Le 24 février 2007, le secteur de Périllos est devenu une célébrité
nationale, hélas, sous de catastrophiques raisons. Par hasard, nous
étions présents au moment où se déroulait un mortel accident
spéléologique sur le site de Sainte Barbe, près du village. Ainsi, nous
pouvons rapporter les faits déjà connus, et nos observations
additionnelles.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:05

--------------------------------------------------------------------------------







Un plan de situation du 19e siècle



Officiellement il n’y aurait jamais eu de mines sur le territoire de
Périllos… Or, un plan ‘terrier’ du 19e siècle, introuvable jusque là,
aurait fait mention justement des gisements miniers de ce secteur.
C’est ce plan que nous avons retrouvé et que nous présentons ici.
Effectivement on y trouve les points d’extractions… qui, curieusement,
semblent tous avoir échappés à la mémoire locale. Plus insolite encore,
si le village est bien répertorié avec ses deux secteurs cadastraux et
ses fameuses mines inconnues, il n’est nulle part fait mention des
points d’eau, chapelle, oratoire, calvaire et anciennes bornes. Une
sorte de plan dont le seul but aurait été de mémoriser les points
miniers… D’autres surprises toutes aussi étonnantes seront présentées à
propos de ce document d’archives…



De fours en mines...



Une des petites enigmes de Périllos, celle du four à verre de ce
territoire, vient de se résoudre! « On » savait que sur le domaine des
seigneurs de Périllos il y avait une ancienne exploitation verrière...
mais plus personne ne savait ou ? Heureusement, un membre de la S.P.
est arrivé, fortuitement, à la rescousse pour règler ce mystère en
retrouvant le vestige en question. Bien entendu la réalité confirme que
les légendes de Périllos, autour de ce four à verre, sont une réalité
verifiable… et verifiée. Mais... ce four était il ce à quoi il veut
ressembler ou avait-il, au paravant, une autre destination?...


Le site du premier four a verre de Périllos n’a pas encore livré tout
ses secrets et nous en réserve encore bien d 'autres comme, par
exemple, un second four à verre qui n'en serait pas un! De plus, en
d'autres endroits autour de Périllos, le vieux territoire commence à
nous laisser approcher ses secrets... comme, par exemple, la découverte
d’une ancienne mine que nous recherchions depuis des années.







--------------------------------------------------------------------------------







Elément du passé des seigneurs de Perillos pour servir à leur histoire



D'une origine obscure au 12ieme Siecle, et son escalade honorifique
fulgurante au 15ieme Siècle, la dynastie des Périllos s'est prolongée
jusqu'au 19ieme S.. Si l'origine obiliaire des seigneurs de Périllos
n'a jamais clairement été expliquée, son titre, en échange bien connu,
est devenu un des plus importants de l'histoire Espagnole... jusqu'en
1999, où il est réutilisé comme un incroyable défi à l'oubli.


Le voyage de Ramon au Purgatoire



Ramon de Périllos a réalisé le pèlerinage au Purgatoire St Patrick, en
Irlande. Cet homme politique, diplomate, de guerre mais surtout fin
lettré, exécute ce voyage dans l'intention avouée de contacter l’âme de
son défunt ami, le roi Jean1er d’Aragon. Le récit de ce périple est un
ingrédient majeur, non seulement pour l’histoire du Purgatoire, mais
aussi pour comprendre le fond de l’histoire de Périllos, et
l’incroyable importance de ses seigneurs envers les rois et papes de l'époque.



La bibliothèque alchimique de Ramon de Périllos



Ramon de Périllos, premier conseiller du roi d’Aragon, acquis une somme
de livres exceptionnels. Des recherches historiques révèlent maintenant
que ce Ramon de Périllos, apparement un homme sans mystère, eut une
importante connaissance en alchimie!… car le sujet principal de ces
livres est, bien sur, cet art hermétique des plus intéressants. De
plus, les historiens soupconnent que dans cette acquisition se trouvent
des livres d'une extrême rareté. Ce choix exceptionnel et judicieux
indique que ce seigneur n’était un simple étudiant, mais très expert
dans cette matiere… qui ouvre une nouvelle dimension dans l’énigme de
cet homme et de cette famille de Périllos.



Un seigneur de Perillos et l’Ordre de Malte



L’ordre de Malte offre une multitude d’éléments d’une richesse et
d’une importance aussi remarquable que leur extrême rareté. On note
également un lien intéressant et insolite entre l'ordre et les
seigneurs de Perillos. Dans l’église St Jean de la Valette existe, dans
la chapelle de langue d'Aragon, le mausolée d’un Ramon Perellos y
Roccaful, Grand Maître de l’ordre de 1697 à 1720. Ce mausolée s'orne du
blason aux trois poires des périllos. On retiendra, étrangement, que la
tombe de ce seigneurs est une des rares à ne pas être disposée dans
l'église... Dans le musée de l'ordre, on retrouve les tapisseries
données par ce Grand Maître à l’église de St Jean. Les dessins sont
basée sur des thèmes de Rubens, mais aussi de Poussin, veritable homme
du mystère, étroitement impliqué dans l’énigme de Rennes-le-Château.


Grâce à l’un de nos correspondants d’Espagne, nous avons reçu le texte
en latin sur le mausolée de Raymond Perellos-Roccaful dans l’église
Saint-Jean de la Vallette de Malte. Cette église contient toutes les
pierres tombales des grands Maîtres de l’ordre… Pour Ramon de Perellos
il en est autrement puisque qu’il dispose d’un monument funéraire dans
la chapelle dite de « la Langue d’Aragon ». Nous donnons une traduction
depuis celui en latin gravé sur le mausolée. Il nous reste des détails
de l’entrée officielle de Ramon de Perillos dans la ville de
Vittoriosa, apres son élection comme Grand Maître de l’ordre de Malte.
Nous présentons aussi une ancienne étude concernant Raymond Perrellos y
Roccafful extraite d'un ouvrage de 1829 sur le sujet.


Découverte d’une médaille à Périllos



La chasse aux trésors pousse souvent les chercheurs dans la direction
des mystères, comme ceux de Rennes-le-Château. Les sites de cette
affaire voient, hélas, certains nombres de personnes errant sur les
lieux avec des détecteurs de métaux… formellement interdits. Une fois
cette interdiction précisée, il est toutefois possible de se promener
et visiter ces vestiges du passé aussi insolites qu’émouvants. C’est
ainsi qu’au cours d’une simple promenade touristique nous a été
rapportée la surprenante découverte... d’un objet en or, trouvé à côté
de l'église St Michel. Cependant, ne rêvons pas d’un trésor mais d’un
souvenir perdu par un pèlerin ou encore l’ouverture sur des éléments
concernant le passé de Périllos…


Code:


Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:05

#5: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Ven Déc 14, 2007 1:55 pm



Citation:
Satyneh, où es tu vampirella? Tu as un avis?




Salut Kamikazounette ^^

C'est marrant car depuis hier ou avant-hier, je suis repartie dans mes
recherches sur les légendes de Vampires, du fait du jeu de rôle, et en
centrant mes recherches sur leur soi-disant impossibilité de se voir
dans des miroirs (je compte faire aussi une recherche sur la symbolique
des miroirs)... je me suis mis de côté plusieurs sites qui traitent des
Vampires, donc de Dracula, mais j'ai des doutes sur leur sérieux.

Je vais aussi revisiter les autres sites déposés sur mon forum de
clan à propos des légendes de Vampires, bref il y a tant à dire sur
eux, les personnages qui auraient vraiment existé, Lilith et ses
succubes, les gens qui se prennent pour de vrais vampires, l'action de
vampiriser les énergies dans le monde réel (et sur les sectes
satanistes/Vampires qui se développent notamment aux USA d'ailleurs),
que je m'y perds et qu'il me faudrait faire le tri.

Donc je vais revenir avec je l'espère des éléments au sujet précis
de Dracula qui aurait habité dans notre coin du Sud-Ouest (lol ? jamais
entendu parlé auparavant) en questionnant aussi des joueurs qui ont pas
mal lu au sujet de ces créatures (moi je l'avoue je n'ai pas lu grand
chose)...



je n'ai pas trop eu
le temps de réagir ici ces dernières semaines ayant été très prise par
d'autres trucs, mais je suis quand-même passée de temps à autres, et là
mon PC va bugger avec ttes ses stries de couleur qu'il me fait partout
ça va pas louper, à plus tard

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:05

#6: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Ven Déc 14, 2007 2:14 pm


Merci Satyneh, tu es super en revenante!





Je vais déjà lire le tome 2 dès aujourd'hui.









J'ai envoyé une demande d'info à un expert en roman policiers qui vit en Serbie, Vladan, si tu me lis, sois Mimi.

#7: Auteur: ishtar,
Posté le: Ven Déc 14, 2007 5:09 pm


bonjour à toutes !



dans tout mythe il y a une part de vérité... je me suis toujours demandé qu'elle pouvait être la base de la légende des vampires

fascinée ,c'est le mot ,par un sujet qui me touche particuliérement

on peut déjà partir de 2 bases "tangibles"

1) la cruauté de certains acteurs historiques : Vlad l'empaleur ,Gilles
de Rais (qui avait apparement un besoin énorme de sang frais et juvénil
) ,il y a une comtesse aussi dont je ne me rappelle plus le nom et qui
prenait des bains de sang pour conserver sa beautée (sic)

2) il existe une maladie dont les personnes qui en sont atteintes
souffrent d'un déficit en globules et ne supportent pas la lumiére du
jour


aprés il y a tout le côté symbolique qui est énorme dans ce sujet (le
sang , la vie ,l'amour ,la mort ,l'âme damnée ,Dieu ,le Mal ........ )



ah il me semble aussi que c'est trés "bulgare" le coup des animaux
que l'on retrouve dans la tombe à la place d'un squelette humain
(souvent c'est un chien )



mais par-dessus tout c'est la "transmutation" qui est la plus marquante

grâce à la modification métabolique les vampires acquiérent des facultés au-dessus de la normale (lévitation , sens décuplés...)

ce sont peut-être eux qui sont passés dans la quatriéme ou la cinquiéme dimension

mais apparement ça n'a pas l'air de les rendre sereins.....



ps : qu'est ce que vous lui voulez à Lilith? lol ,et pis d'abord savez vous qui est Lilith?

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:06

#8: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 11:58 am


Coucou Ishtar !

1) Vlad l'Empaleur (Tepes = pal ou pieux ) avait d'après les rapports
historiques pour habitude d'aimer prendre ses repas devant le spectacle
sanglant de ses victimes empalées : d'où le fait que que Bram Stocker
se soit inspiré de cette coutume pour en faire un Vampire ?







Dracula = en effet Fils de Dragon, il s'agirait du Titre de l'Ordre du Dragon qu'a obtenu son père, un dragon renversé (?)

http://www.russomania.com/Dracula-l-histoire-roumaine-du


Citation:
Le
nom de Dracula lui fut attribué et ses méthodes de répression
sanguinaires ont associé à son nom toutes les pratiques du prince. Drak
signifie en fait« dragon » - un titre qui découle de l’appartenance de
Vlad II, père de Dracula, à l’ordre du « Dragon renversé » fondé par
les rois de Hongrie. -ula est un suffixe qui signifie « fils de ». Dracula ne signifie donc rien deplus que « fils de dragon ».


Dans ce site, voici le réel château attribué au personnage historique :



... qui n'aurait rien à voir avec le château de Bran
qui fait partie des détours touristiques de Roumanie à ne pas manquer
(arnaque commerciale selon certains, puisqu'aucune preuve n'indique que
le vrai Dracula l'ait habité), mais dont l'auteur Stocker se serait
inspiré (à noter qu'il est en vente et qu'un projet de "Dracula Park"
serait en préparation xD >> voir la 5ième image)



Toujours d'après le même auteur de ce site, une photo de la tombe de Vlad Tepes :



Ailleurs, une théorie de son arbre généalogique :

http://comtedracula.free.fr/gene.html



La comtesse en question est peut-être Erzsebet Bathory :


Citation:
La comtesse Erzsebet Bathory



Dans un régistre plus sinistre on peut évoquer la comtesse
Erzsebet Bathory qui dans son château au 16e siècle, saignait plusieur
centaine de jeunes filles afin de se baigner dans leur sang ou le boire
dans le but de préserver le plus longtemps possible sa jeunesse et sa
beauté. c'est le procès, en 1611 de la comtesse.

Celle-ci est accusé d'avoir fait enlever et saigner comme des
animaux de boucherie de malheureuse jeunes filles qui habitaient dans
les villages aux alentours de son château de Csejthe, situé au sommet
d'une colline dans la région montagneuse de la Hongrie proche des
Carpates. Selon les chroniques de l'époque, le nombre de victimes se
situait entre quatre vingts et trois cents ; la vérité se situe
probablement plus près du second chiffre.

Pendant dix ans, des dizaines de jeunes filles, enchaînées dans
les cachots du château, seront torturées avec raffinement et saignées à
mort.

Devant le nombre impressionnant de disparitions de jeunes femmes
dans la région, des rumeurs se répandent et, pour y mettre fin, le 30
décembre 1610, le comte Gyorgy Thurso, cousin d'Ezsébet, à la tête
d'une compagnie de soldats et de gendarmes, investit le château au
moment même ou se déroule l'une de ces orgies sanglantes. Outre des
cadavres de jeunes femmes, on découvre dans les cachots souterrain des
prisonnières encore vivantes, dont le corps a été lardé de milliers de
piqûres d'aiguille, et d'autres qui n'ont pas encore subi de sévices
mais qui attendent leur tour.

Sauvée de la peine capitale grâce à ses liens de parenté avec la
famille royale, la comtesse sera gardée en captivité jusqu'à sa mort
dans sa propre chambre dont on mure les fenêtres et la porte en ne
laissant qu'un étroit interstice pour lui passer les plats, tandis que
ses complices seront tous exécutés. Le château étant demeuré à
l'abandon après la mort de la comtesse, l'endroit restera longtemps
maudit. L'affaire Bathory a contribué à répandre dans la région toutes
sortes de rumeurs et de légendes selon lesquelles la comtesse aurait
continué, après sa mort, à se livrer à ses débauches sanglantes,
devenant ainsi un vampire au sens propre du terme. Et cette Contesse
était une parmi tant d'autre.


"http://www.multimania.com/mysteres/

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:06

2) Cette maladie dont tu parles est appelée Porphyrie.


Citation:
Symptômes



1. Photodermatite



La photodermatite consiste en une hypersensibilité à la lumière. Si par
négligence, un malade reçoit une trop grande quantité de rayons
lumineux, il pourra avoir à faire à de sérieux problèmes de peau, dont,
principalement, des éruptions cutanées, des cloques ou des ampoules. De
plus, la peau a beaucoup de difficulté à se régénérer, et c’est
pourquoi les éruptions cutanées laissent souvent des cicatrices
permanentes.



Les médecins proposent donc à leurs patients de vivre dans la plus
grande obscurité. C’est pour cette raison que les malades sont souvent
d’une pâleur cadavérique, et très faibles, en raison de leur carence en
vitamine D.



2. Troubles neuropsychiatriques



La porphyrie apporte, dans quelques cas, des troubles
neuropsychiatriques. Ceux et celles qui en sont atteints deviennent
parfois très violents et irritables. C’est pour cette raison que dans
les œuvres traitant des vampires, on dit qu’ils mordent d’innocentes
victimes pour leur voler leur sang. Fort heureusement, la porphyrie
n’est aucunement transmissible, comparativement à des maladies comme le
sida.



3. Pilosité surabondante



Au Québec, une centaine de personnes souffre de porphyrie, et dans
plusieurs de ces cas, on remarque des poils plus abondants sur le corps
des victimes. À titre d’exemple, le duvet recouvrant le corps ainsi que
les sourcils s’épaississent. Il est important de noter qu’il se
développe une pilosité anormale dans les cicatrices, causées par une
exposition au soleil.



4. Érichrodontie



Dans d’autres cas, les dents des personnes atteintes de porphyrie
se déforment, d’où l’on peut remarquer l’origine des canines
meurtrières du vampire. On appelle cette déformation érichrodontie. De
plus, elles sont colorées d’un rouge brunâtre, et elles fluorescent
dans le noir. Ces manifestations peu communes sont dues aux porphyrines
qui se promènent dans le corps après l’explosion des cellules, et qui
viennent se coller sur certaines parties du corps. Les lèvres et
l’urine des malades sont également d’une couleur pourpre.



5. Douleurs abdominales



Les malades endurent, dans la plupart des cas, des douleurs
abdominales insupportables dues, principalement à la dilatation de leur
rate. La porphyrie est même devenue une conclusion à certains mots de
ventres inexpliqués.




Le mythe de LiLith est un des plus intéressant qui soit au niveau de sa
symbolique féminine : d'après ce que j'ai compris, elle aurait quitté
Adam pour des raisons saines et justifiées : il ne comprenait pas le
sens de la parité dans les liens du couple et s'est entêté, et elle n'a
pas laissé passer du fait qu'elle soit peu encline aux compromis. Lui a
trouvé en Eve une compagne docile et conciliante, symbolisant
socialement la "femme idéale", tandis que Lilith représente l'insoumise
et tout ce qui va avec (l'entité féminine "noire", la rebelle, la
casseuse de couple et mangeuse d'enfants, dotée des forces du Mal =
telluriques). Trois Anges missionnés par le Créateur, ému des plaintes
d'Adam ont essayé de la ramener mais comme elle refusa de les suivre
elle fut cruellement châtiée... 100 de ses fils devaient mourir chaque
jour... cependant les 3 Anges, touchés par sa douleur, lui offrirent en
compensation un plein pouvoir sur les enfants nouveaux-nés et c'est en
Samael qu'elle a trouvé son "pair" car il était pour la parité des
sexes. C'est après ça qu'on lui a attribué un destin de Reine des
Ténèbres, gouvernant des nuées de Succubes et autres vampires à son
service, pour mettre la panique dans les foyers.

http://www.vampiredarknews.com/museum/vampire/3.html


Citation:
1. L’Ancien Testament

Lilith, sanguinaire, jalouse, luxurieuse et impudique à la
ressemblance de la suméro-akkadienne déesse Lilitû dont son nom dérive
très probablement, est la première femme d’Adam dont elle aurait
d’innombrables démons avant la création d’Eve. Répudiée ou enfuie pour
épouser Samaël, l’Ange de la Mort, elle devient, dans la tradition
rabbinique, la Reine des démons, des succubes et des mauvais esprits.
Elle suce le sang des nourrissons et dépouille les jeunes hommes de
leur vitalité et de leur puissance virile pendant leur sommeil. Cent
quatre-vingt mille servantes sont à ses ordres, toujours prêtes à
envahir notre univers, vivant dans les maisons en ruine et les
latrines, sortant la nuit et se nourrissant de pus et de vermine.
Incarnation du mal, Lilith est la terreur des femmes en couche car on
la soupçonne de voler les nouveau-nés pour les dévorer à l’instar d’une
goule. Aussi place-t-on cette inscription sur le mur de la chambre des
parturientes: « Adam et Eve, ici; Lilith dehors ! ». Aux yeux des
Hébreux, elle est avant tout coupable de transgresser le tabou absolu
de la Loi Mosaïque qui interdit de consommer le sang des êtres vivants.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:07

http://www.heresie.com/lilith.htm


Citation:
Dans
la démonologie occidentale, Lilith est la Reine des Striges, ces
démones vampires, ailées, munies de serres de rapaces, qui attaquent
les hommes et les détruisent après leur avoir procuré des plaisirs
érotiques, au Moyen Age, l’image de la Strige était synonyme de Goule
et de sorcière, celles-ci étaient accusées de faire disparaître les
enfants et de les tuer dans le but d’utiliser leur chair et leur sang
pour la confection de philtres et de maléfices. Néanmoins, la légende
qui a engendré un véritable « mythe de Lilith » est la traduction d’un
passage du livre kabbalistique nommé « L’Alphabet de ben Sirah »,
ouvrage datant du XIè siècle. Voici les éléments mythiques auxquels
fait appel l’alphabet de ben Sirah (J. Bril) : « Les deux premiers
partenaires humains furent Adam et Lilith, ils avaient été créés de
manière à répondre à un désir manifeste du Créateur : il y aurait
égalité de droits entre l’homme et la femme. La tradition talmudique
affirme même qu’ils avaient été créés unis par le dos.



Entre Adam et Lilith, un conflit naquit bientôt, dont le prétexte,
fut la manière dont ils feraient l’amour – qu’elles seraient les
positions respectives de l’un et de l’autre ? – dissimulant ainsi de
façon symbolique le conflit latent des prétentions à la suprématie
sociale. Lilith contesta les revendications de son mari à être le chef
de famille, faisant ressortir l’équivalence de ses droits au sein du
couple, équivalence résultant des conditions mêmes de la création. Adam
maintint son intransigeance, affirmant qu’il était le seul maître et la
situation ne fit que s’aggraver. Lorsque Lilith se fut rendue à
l’évidence que l’entêtement d’Adam était sans espoir, elle se résolut à
l’ultime démarche possible : elle invoqua le nom de l’Ineffable. Elle
reçut alors miraculeusement des ailes et s’en fut par les airs hors du
Jardin d’Eden. Le cœur brisé, Adam implora le Tout-Puissant : « Maître
du monde, dit-il, la femme que Tu m’as donnée s’est envolée ! », Le
Créateur, ému de la détresse d’Adam, envoya trois anges à la recherche
de Lilith : Snwy, Snsnwy et Snglf, afin de la persuader de retourner à
son foyer auprès de son mari. Lilith ne voulut rien entendre, même
après que les anges lui eurent rapporté la sentence du Seigneur : elle
mettrait au monde de nombreux enfants et cent de ses fils devraient
mourir chaque jour. Désespérée par l’effroyable cruauté du châtiment,
elle pensa mettre un terme à son malheur en se jetant dans la Mer
Rouge. Mus par le remords, les trois anges lui accordèrent alors en
compensation de la rigueur du jugement, qu’elle aurait tout pouvoir sur
les enfants nouveau-nés, pendant huit jours après leur naissance pour
les garçons, pendant vingt jours pour les filles, en outre, elle
jouirait d’un pouvoir illimité sur les enfants nés en dehors du
mariage. Toutefois, elle devrait s’engager à perdre ces pouvoirs chaque
fois qu’elle verrait sur une amulette l’image de ces anges.



Lilith la réprouvée n’avait cependant rien perdu de sa séduction.
Il arriva qu’elle rencontra un jour Samaël, maître des anges déchus,
qui la trouva en train de se lamenter sur ses erreurs et sa solitude et
il tomba amoureux d’elle. D’accord avec Lilith sur la question de
l’égalité des sexes et de la similitude qui existaient entre eux, ils
ont deviendront époux, ainsi, Samaël s’installa avec elle dans la
vallée de Jehannum, le Gehenne ». Pour désigner davantage le rôle
néfaste du couple maudit, le Talmud désignera Samaël du nom
d’Adam-Bélial – dans lequel la racine bel est évocatrice de désolation
et d’anéantissement. De son union avec Samaël, elle deviendra la Reine
des forces du mal, Reine de Saba et immortelle.




Quant à mon avis personnel actuel (suis toujours en recherche) :

Qu'il s'agisse de Lilith, des Vampires, ou des personnages historiques
dérangeants car d'une cruauté sanguinaire infinie, les traditions
collectives se sont servi d'anecdotes réelles pour doter ces créatures
de "Pouvoirs" en proportion avec les craintes et rejets qu'elles
suscitent, et si elles sont intéressantes à étudier, c'est surtout au
niveau de la part d'ombre de chacun de nous qu'elles pourraient
révéler... elles sont en quelques sorte un miroir que l'être humain ne
veut pas regarder. Cette époque de fascination (dans le sens du rejet
comme de l'admiration, voire du mimétisme) sur les Vampires est assez
révélatrice, que cache-t-elle, que doit-elle nous apprendre ?
Tout comme cette constatation qu'au contact de certaines personnes on
se retrouve "vidé" de toute énergie : doit-on les accuser de vampirisme
ou apprendre à fermer nos "portes" ?

Les sectes
dans le ton Satanisme et Vampirisme n'utilisent-elles pas ces symboles
légendaires pour mieux assoir et étendre leur pouvoir (qui serait
surtout à but lucratif ?)



Ensuite, tous les mystères archéologiques qui entourent Perillos
sont captivants, l'énergie de Dracula aurait-elle traversé les contrées
jusqu'à sévir dans les Pyrénées ? Quel être humain aurait accueilli
cette énergie sanguinaire ? Ou serait-ce Vlad Tepes en mort vivant qui
aurait influencé toute une communauté ?

"Dernière édition par Satyneh le Sam Déc 15, 2007 12:07 pm; édité 2 fois"

#9: Auteur: pop-corn, Localisation: Herault
Posté le: Sam Déc 15, 2007 1:41 pm


un complement avec L’ours et le Dragon de Périllos peut être et l'odre de malte



C’est en fait de Vlad II que provient le nom de Dracula. En effet, du
père de celui que les historiens allaient plus tard appeler l’Empaleur,
a rejoint l'Ordre du Dragon en 1431. Cet ordre - que l'on peut comparer
à l'Ordre de Malte ou à l'Ordre des Chevaliers Teutoniques - était une
compagnie militaro-religieuse. L’objectif principal de cet ordre
fraternel était la protection des intérêts de la Chrétienté et la
croisade contre les Ottomans. L'Ordre avait comme symbole un dragon. Le
vêtement officiel de l'Ordre est une cape noire sur un vêtement rouge.



Ce sont les boyards de Valachie, ancienne région de la Roumanie
actuelle, alors en constante opposition avec le pouvoir de Vlad, qui
prirent l'habitude de l'appeler le Dragon ou Dracul . À partir de ce
surnom, les historiens le surnommeront aussi, lui et ses descendants,
les Drăculea, Dracula, Dracules ou Dragulios (les Dragons). Vlad accole
d'ailleurs lui-même à sa signature son surnom dans les textes
officiels, et son blason porte la figure d'un dragon.



Son troisième fils, Vlad III l'Empaleur (Vlad Ţepeş) sera ainsi
surnommé Drăculea, qui signifie le Dragon, mais aussi le Diable, en
roumain


http://board.monstersgame.fr/viewtopic.php?=&p=8205



http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_du_Dragon

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:07

#10: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 2:00 pm


J'essaie d'activer ma lecture du tome2. Tempete
ici cette nuit et vers 5 h du mat, l'impression d'entendre toquer à la
porte... Je me lève et j'ouvre, personne.



Ca caille dans la maison et je me rends compte que plusieurs fenetres se sont ouvertes.





Meme pas peur.



En tout cas je ne sais pas si la généalogie est vraie mais on se "suicide" beaucoup chez les dames dracula.



Perillos, 666.

#11: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 2:35 pm


Je viens de lire une anecdote étrange sur l'auteur de "Dracula" :Bram Stocker




Citation:

Bram Stoker :Le célèbre auteur de Dracula n'aurait pas été un vampire
mais en aurait été victime. Stoker faisait partie de la Golden Dawn
société ésotérique qui pratique la magie (Comme Vlad IV faisait parti
de l'ordre du Dragon). Stoker mourut de façon étrange. Le médecin, ne
trouvant pas de cause, l'a déclaré mort de fatigue, et selon ses
proches il manifestait depuis quelques temps une extrême langueur alors
qu'il ne souffrait pas d'insomnies. On retrouve là la cause de la mort
de victimes des vampires, amenuisées jour après jour par la perte de
sang !


Mais dans leWikipédia de la Golden Dawn, pas de trace de Stocker...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_herm%C3%A9tique_de_l'aube_dor%C3%A9e

(ce lien a l'air buggé (?) )

En fait, son appartenance à la secte est mise en doute.


Citation:
La Golden Dawn



L’occultisme est du reste très prisé à cette époque par de nombreuses
personnalités anglaises. Des sociétés secrétes, fondées sur
l’ésotérisme et la magie, commencent à apparaître. La Golden Dawn reste
une des plus célébres. Créée en 1887 par Woodman et Westcott, guidée
par la mage Samuel Mathers, elle rassemble, outre l’occultiste Alister
Crowley, bon nombre d’écrivains de renom tels que Algernon Blackwood,
Sax Romer, H. Rider Haggard, Willian Butler Yeats... Cet ordre
initiatique désireux d’”entrer en contact avec les Grands Supérieurs
Inconnus” eut sans doute une emprise non négligeable sur l’oeuvre de
ceux qui l’avaient approché. L’affiliation de Bram Stoker à la Golden
Dawn n’a jamais pu être établie, même si certains ont voulu voir dans
Dracula un message réservéaux initiés. Bram Stoker aurait affirmé que
ce personnage lui avait été inspiré par un cauchemard à la suite d’une
indigestion. Les critiques ne purent admettre une explication aussi
simple, mais ils n’acceptèrent pas davantage que Dracula soit
simplement le fruit de rencontres, d’influences littéraires et de
souvenirs.



Durant dix années, Stoker travaille à son grand roman avant de le
livrer au public, sans se douter qu’il était parvenu à donner à son
personnage le statut symbolique qui fit de lui le Saigneur des ténèbres.




En voici un peu plus sur sa bibliographie et ses recherches avant de faire de Dracula la légende qu'on connait (sa mort reste inexpliquée) :


Citation:
Bram STOKER

1847 - 1912 ( 65 ans )

Nationalité Irelandaise





Le père de Dracula





Abraham Stoker, dit Bram, est né le 8 novembre 1847 à Clontarf, dans la
banlieue nord de Dublin en Irlande. Il est le troisième enfant d’une
famille qui en compte sept. De santé délicate, il doit garder la
chambre jusqu’à l’âge de huit ans, nourri, alors, de récits et de
vieilles légendes irlandaises contés par sa mère, l’écrivain Charlotte
Matilda Thornley. Guéri, Bram Stoker devient à seize ans un robuste
adolescent et est surnommé “le géant à la barbe rousse” par ses
camarades du Trinity College de Dublin. Passionné par la poésie, la
littérature avec notamment les œuvres controversés de l’auteur Walt
Whitman, il est très attiré par le théâtre et deviendra même,
gracieusement, chroniqueur théâtral pour le journal le Dublin Evening
Mail. Diplômé en mathématiques à 23 ans, il suivit dans un premier
temps le parcourt de son père dans l'administration et se fit élire au
rang de conseiller financier de la Société Historique. Parallèlement à
son travail de fonctionnaire, il s’essaya à la création littéraire et
publia, en 1875, son premier roman " The Chain Of Destiny".



En 1876, il fit la connaissance du célèbre comédien Shakespearien
Henry Irving, qui devenant deux ans plus tard, directeur du Lyceum
Theatre de Londres, demanda à son ami Stoker d’en devenir
l’administrateur. Acceptant l’offre et juste avant de partir vers la
capitale anglaise, il épouse, Florence Ann Lemon Balcombe à Dublin.
Elle lui donnera l'année suivante un fils, Noël. Les dix premières
années à Londres vont être prospères pour Stoker, et lui permette de
fréquenter la belle société londonienne. Irving lui donne de plus en
plus de responsabilités comme l’organisation des tournées théâtrales en
Amérique et en Europe. Pendant son temps libre, il commence à écrire
des histoires pour enfant comme le recueil de nouvelles de 1882 "Under
the Sunset" (Au Delà du crépuscule). Sa première oeuvre romanesque fut
publié en 1891, "The Snake's Pass" suivie, en 1895, par "Shoulder of
Shasta" et "The Watter's Mou".



C’est lors des fréquentations de la “Compagnie des Beefsteaks” dans
les salons du théâtre, que Stoker fit la connaissance de passionnés de
surnaturel comme l’orientaliste et explorateur Richard Burton ou du Dr
Arminius Vambery. Ce dernier connaissait parfaitement les légendes et
le folklore d’Europe centrale comme celle du chevalier Vlad Tepes,
célèbre pour son extrême cruauté et dont le surnom était Drakul. La
légende veut que Stoker fut aussi membre de "La Golden Dawn", l’une des
plus célèbres sociétés secrètes d’occultisme, très prisé à cette époque
par de nombreuses personnalités anglaises. Commencé sept ans plus tôt,
c’est en mai 1897, que sortit son roman culte : Dracula. Pour écrire
cette "Bible du vampirisme", Bram Stoker, très perfectionniste et par
souci d' authenticité, passa des journées entières de recherches à la
bibliothèque du British Museum. Il visita de nombreux endroits afin de
les décrire les plus fidèlement et se documenta sur les us et coutumes
pratiqués dans les pays de l'Europe Centrale. Bien que son roman à sa
sortie fut un succès mitigé, cela lui vaut quand même son adhésion au
"Cercle des Génies de l’Etrange", qui reconnaît en Stoker un nouveau
maître du récit fantastique, même si aucun de ses autres récits ne
réussiront à atteindre la puissance évocatrice de Dracula et qui, sans
cette oeuvre maîtresse, aurait sans doute fait tomber Stoker dans
l’oubli



En 1898, le Lyceum Theatre connut un grave incendie qui
entraînèrent d'importantes difficultés financières et rendit houleux
les relations entre les deux hommes. Stoker se consacra de plus en plus
à l'écriture et publia plusieurs romans comme "The Mystery of the Sea"
en 1902, "The Jewel Of Seven Stars" en 1903 et "The Man" en 1905. A la
mort d'Henry Irving, en 1905, il entreprit l'écriture de sa biographie
intitulé "Personnal Reminiscence of Henry Irving". Bram Stoker mourut
le 20 avril 1912 à Londres sans qu’on sache vraiment quel mal l’a
emporté.




Pour en savoir plus sur l'Ordre du Dragon renversé :

http://www.euraldic.com/txt_pal40_dragon.html


Citation:
L'ORDRE
DU DRAGON RENVERSÉ, fut institué par l'Empereur Sigismond l'an M. CCCC.
XVIII. après le Concile de Constance qu'il avait fait assembler contre
la fausse doctrine de Jean Hus et Hiérosme de Prague, qui infectaient
les Royaumes de Hongrie, de Bohême et autres Seigneuries d'Allemagne,
et lesquels furent brûlés pour n'avoir voulu abjurer leur hérésie
condamnée à ce Concile, d'où cet Empereur prit sujet de l'institution
de son Ordre, qui représentait le renversement du Dragon Hérésiarque,
Démon dévorant la fidèle et vraie Croyance de l'Église Catholique. Les
Chevaliers portaient aux jours solennels le Manteau d'écarlate, et sur
le Mantelet de soie verte le Collier de l'Ordre fait de deux tortils à
doubles chaînes d'or avec des Croix patriarcales, au bout pendait un
Dragon renversé les ailes abaissées émaillé de diverses couleurs : et
tous les jours ils portaient seulement une Croix fleurdelisée de vert.






(Kamikaze, tu sais quoi ? Hier soir mon fils a trouvé les 4 plaques
électriques de la cuisinière allumées (sur le bouton 1), alors que j'ai
assez de mal à en tourner un (il faut quand-même faire un petit
effort), et que je n'avais passé qu'un coup d'éponge à côté comme
souvent, j'ai trouvé ça assez étonnant....)

"Dernière édition par Satyneh le Sam Déc 15, 2007 2:36 pm; édité 1 fois"

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:09

#12: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 2:54 pm


C'est passionnant tout cela!





Brrrr Satyneh!!!







Ce qui m'énerve c'est que les fenetres (cuisine, salle à manger)
s'ouvrent quand je lis un truc sur Vampirello. Les coups de vents,
elles en ont l'habitude et ne se sont pas ouvertes pour autant les
semaines précédentes. De toute façon, des deux cotés de ma rue c'est
que du chiffre 11111111111111111111111111111.



Je t'invite en cas de problème! Il me reste deux petites gousses d'ail. Je vais aller me ravitailler pour ce soir. car j'alterne Drakula avec 'la confrérie des Eveillés" de Jacques Attila le Huns et sabbat approche.



Deux vampires auprès de mon matelas, peut-etre vont-ils s'entretuer.

#13: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 3:00 pm


Ké connerie, c'est sabbat. J'ai le nez sur les calendriers et je perds la notion des jours.

#14: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 3:48 pm


Voici un texte en rapport avec l'Ordre du Dragon Renversé et le roi d'Aragon dans les annales d'archéologie de Belgique ::



S'agit-il du même Aragon dont il est question (langue d'Aragon) pour Perillos ?

On dirait que oui !!!!


Citation:
Les tumultes du 15ième siècle



Ramon de Perillos ("le quatrième") est mort en 1442. Il passe ses
premières années à la cour d’Alphonse V, roi d'Aragon et de Naples.
Après avoir occupé la charge de gouverneur du Roussillon et du Cerdena,
Ramon part pour l'Italie et y reste jusqu'à la fin de sa vie où il
décède sans enfants. Par conséquent, quelques chercheurs spéculèrent
sur la destinée du village de Perillos, qui en devient possesseur, mais
surtout sur ce qu’il advient du titre de Perillos.


Trouvé ici , je vous invite à regarder les belles photos de Périllos :





Voici encore de quoi découvrir quelques photos du village :

http://histoireduroussillon.free.fr/Villages/Histoire/Perillos.php



En savoir plus sur Alphonse V :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_V_d'Aragon


Citation:
Alphonse
le Magnanime ou le Grand, né vers 1394 à Medina del Campo en Espagne et
mort le 27 juin 1458 à Naples en Italie, fut roi d'Aragon sous le nom
d'Alphonse V, de Valence sous le nom d'Alphonse III, de Sardaigne sous
le nom d'Alphonse II, de Majorque, de Sicile et de Naples sous le nom
d'Alphonse Ier, et comte de Barcelone sous le nom d'Alphonse IV, de
Roussillon et de Cerdagne sous le nom d'Alphonse Ier. Il est membre
fondateur de l'Ordre du Dragon.




Et c'est sur le Wikipédia de l'Ordre du Dragon qu'on peut voir le lien
entre son origine serbe et son étendue sur d'autres personnages
historiques (d'Alphonse V (roi d'Aragon, lien avec Perillos) et le père
de Dracula)


Citation:


Miloš Obilić, un chevalier serbe, avait créé l'ordre secret du
Dragon de saint Georges. Son bouclier représentait le soleil avec douze
rayons, et ils étaient 12 chevaliers (lui compris) à appartenir à
l'Ordre. Comme signe distinctif, ils portaient un dragon sur leur
casque. L'objectif de l'Ordre était la mort du sultan ottoman Mourad I.



Le 28 juin 1389, à la bataille de Kosovo, Miloš pénétra dans le
camp des Ottomans en se faisant passer pour un déserteur, força la
tente du sultan, et lui porta un coup mortel. Miloš Obilic fut exécuté
avec tous les autres prisonniers serbes, exécution ordonnée par le fils
de Mourad, Beyazid I.



Seul un des 12 chevaliers du Dragon survécut. Il devint précepteur du prince serbe Stefan Lazarević.



Le despote Stefan Lazarević (1374-1427) était le fils et l'héritier
de Lazar Hrebeljanović , le prince de Serbie qui mourut à la bataille
de Kosovo contre les Turcs en 1389. Stefan devint vassal de Hongrie. Il
raconta l'histoire du chevalier Miloš Obilić à Sigismond de Hongrie. Le
roi de Hongrie, Sigismond créa l'Ordre du Dragon en 1408. Le despote
Stefan Lazarević fut le premier sur la liste des membres.

L'Ordre du Dragon renouvelé [modifier]



Le 13 décembre 1408, la charte de l'Ordre fut publiée, elle dédiait
l'ordre à la défense de la Croix face à ses ennemis, et
particulièrement face aux Ottomans. Les 24 membres fondateurs furent
intronisés en 1408, parmi ceux-ci :



* Sigismond de Luxembourg

* Stefan Lazarević de Serbie

* Alphonse d'Aragon et de Naples

* Ladislaus II de Pologne

* Vitovd de Lithuanie

* Ernst d'Autriche

* Christophe III de Danemark

* Pippo Spano

(...)

La croissance de l'ordre

En 1431, Sigismond décida d'étendre l'ordre, et il invita de
nombreux vassaux et nobles politiquement et militairement influents à
faire partie de l'Ordre. Parmi eux, il y avait Vlad Dracul,
le père de Vlad l'Empaleur, qui servait en tant que commandant de
frontière, en charge de la garde des passages de la Transylvanie vers
la Valachie.





A noter que, si on suit le lien wikipédia sur Vlad le père, on
apprend que Cape noire sur vêtement rouge (panoplie du parfait vampire)
était le vêtement officiel des adhérents à l'Ordre


Citation:
L'ordre du Dragon

Vlad II a rejoint l'Ordre du Dragon en 1431. Les objectifs
principaux de ces ordres fraternels étaient la protection des intérêts
de la Chrétienté et la croisade contre les Ottomans. L'Ordre avait
comme symbole un dragon. Le vêtement officiel de l'Ordre est une cape
noire sur un vêtement rouge, et est portée en commémoration de la
Passion de Jésus-Christ.




Quelques images issues d'un autre site sur Dracula :

Sa maison natale telle qu'on peut la voir ajd (si vous cliquez sur les images du site vous les voyez en plus grand ^^ ):



L'Europe de l'Est vers 1400 :



La forteresse du prince à Tirgoviste, à cette époque capitale de la Valachie :





@ Kami : c'est marrant car quand je parlais d'apprendre à fermer des
"portes", je pensais au sens symbolique, pour une structure de type
"éponge", qui s'imbibe malgré elle des énergies et infos alentours, et
se fait tout autant pomper... mais je ne pensais pas aux portes dans le
sens concret... d'un autre côté, quand on cherche quelque chose, on est
obligé d'ouvrir des portes...

Et pour moi le coup des plaques électriques s'est produit alors que
j'étais en pleine recherche web sur Dracula... j'ai déjà vécu des
phénomènes que je ne m'explique pas sur chez moi sur l'électricité,
mais je préfère l'attribuer à mon étourderie naturelle, puis Dracula ne
devait pas vivre à l'époque de l'électricité...



édit : il me vient une question : certains bâtiments de Périllos
étaient orienté à l'inverse de l'orientation habituelle si j'ai bien
compris ? Est-ce en rapport avec le Dragon Renversé ? Ce serait idiot
comme raccourci mais sait-on jamais...

"Dernière édition par Satyneh le Sam Déc 15, 2007 3:50 pm; édité 1 fois"

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:09

#15: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 4:16 pm


C'est trop génial. Perillos, j'en suis certaine,
est liée, mais voila, je viens de sortir pour promener le chien et lui
acheter non pas du Pal (beurk du coup), mais de la patée casino.
J'habite une rue privée, ouverte sur les deux bouts et donc tous les
numéros de la rue à gauche comme à droite sont des chiffres 11.




Au retour du petit casino, à l'angle mais déjà dans ma rue, il y a un
tas de trucs déposés pour etre jetés dans la poubelle, des objets assez
encombrants. Evidemment, mon regard est attiré par un volet déposé
contre le mur.



Peint en rouge et noir, genre trace sanglantes, le chiffre 666, le nom de Tony, le chiffre 23 et "I want to fuck a dog in the ass."



Charmant. J'adore les probabilités. Hier il n'y était pas. C'est comme un truc ramené d'un squatt punk.



S'il y a des mentonais qui passent, me contacter par MP et je les emmène constater de visu.



im gonna fuck this asshole Drakula in the ass.

#16: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 4:18 pm


Une recherche sur cet Ordre du Dragon Renversé :


Citation:
Le
mythe du "buveur de sang" viendrait plutôt de la caste "initiatique"
intimement associé au vampirisme, le plus célèbre, toujours grâce à
Bram Stocker, étant "l'Ordre du Dragon Renversé" auquel appartenait
Vladimir Drakul. Son initiateur et Grand-Maître de l'Ordre, était un
certain "Abraham le Juif" dont je tairai le nom d'initiation (ceux qui
le connaissent me comprendront), lui-même enseigné par un mage égyptien
appelé Abramelin. Comme dans tous les cercles noirs et satanistes, le
sang et la mort sont les deux fers de lance de leur politique de
terreur pour ceux d'entre eux qui la pratiquent, ainsi que le symbole
de leur pouvoir.




J'ai l'impression que l'auteur confond cet ordre avec celui du Golden Dawn ?

Car si on fait ensuite une recherche sur Abramelin, on tombe sur des
pratiques semblables reprises par le même Aleister Crowley...

Pourtant Abramelin est de la même époque que le père Vlad Dracula :


Citation:
Abramelin,
dit le Mage ou le Magicien, était un juif de Wurtzbourg (Bavière,
Allemagne). Décédé en 1460, il serait né en 1362, ce qui lui donne une
vie de 98 ans !


Sachant que Dracul fit parti de cet ordre en 1431...


Citation:
En effet, du père de celui que les historiens allaient plus tard appeler l’Empaleur, a rejoint l'Ordre du Dragon en 1431.


Date correspondant d'ailleurs à la naissance de son troisième fils, vlad Tepes notre Dracula :


Citation:
"Le
voïvode Vlad III Ţepeş (« l'Empaleur »), dit Drăculea (en roumain «
fils du Dragon »). Dracula, surnommé ainsi par les chroniqueurs d'après
l'appartenance de sa famille à l'Ordre du Dragon (né en décembre 1431 à
Schässburg/Sighişoara - mort en 1476 à Bucarest)






Pour en revenir au mage...


Citation:
Abramelin
était un expert de la Kabbale. Il s'en est d'ailleurs abondamment
inspiré pour composer de nombreux livres de Magie, qui auront beaucoup
plus tard une grande influence sur Aleister Crowley et Alexander
Sanders.



Abramelin prétendait détenir son savoir des anges, qui lui auraient
appris la manière d'invoquer et d'asservir les démons. Il prétendit
également avoir aidé, par magie, l'Électeur de Saxe Frédéric au combat,
mais aussi le comte de Warwick lors de son évasion, ainsi que
l'antipape Jean XXIII (1410-1415) lors du concile de Constance.



La magie d'Abramelin



L'art magique d'Abramelin ressemble beaucoup aux pratiques que l'on
peut rencontrer dans Les Clavicules de Salomon. Cette magie repose
essentiellement sur le pouvoir des nombres et des noms sacrés. D'autre
part, chaque pratique rituelle doit rigoureusement se conformer aux
observations astrologiques.




Les Clavicules de Salomon :

hum... bon s'il est question de chiffres je chercherai plus tard sinon je vais avoir très mal à la tête...

#17: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 4:28 pm



Citation:
Son initiateur et Grand-Maître de l'Ordre, était un certain "Abraham le Juif






Officiellement, le dernier a avoir eu entre les mains de livre d'Abraham le Juif est le cardinal Richelieu.





C'est dit-on avec ce livre que Nicolas Flamel aurait auparavant réalisé le grand oeuvre alchimique le 17 janvier.



Maintenant, je crois que ce livre est entre les mains de Jacques Attali, fléau de D.ieu





Pour les chiffres magiques satyneh, c'est plus facile que tu ne le crois.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:10

#18: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 4:44 pm


En tout cas Satyneh, on peut -peut-etre , peut
etre- remercier expecacoppyromania qui nous a permis de chatter de tout
et de rien et des vampires!!!





"Au XIIème siècle, à Cordoue, avant d'etre torturé et pendu, un
artisan juif eut le temps de révéler à son neveu comment obtenir le
livre "le plus important à avoir jamais été écrit par un etre humain."



........



Tout ce qui touche à la "confrérie des éveillés", au traité de
l'éternité absolue, et aux années mystérieuses de la vie d'Aristote est
presque certainement fictif (ndlr cela je vous le dirais plus tard).
Meme si en bien des lieux, à bien des époques, des rumeurs de ce genre
ont courru sur le plus grand des grecs. Tout, en tout cas, dans la vie
et l'oeuvre de nos héros donne des raisons de croire qu'ils
connaissaient l'extraordinaire secret d'une confrérie alors déjà plus
que millénaire. Et tout dans l'Histoire - la grande- s'est toujours
déroulé encore exactement comme si les événements racontés dans ces
pages avaient vraiment eu lieu. Comme si les "éveillés" étaient encore
parmi nous, porteurs d'un secret essentiel pour l'avenir de l'humanité,
a jamais perdu. A moins que...











Signé Jacques Attali.



Je rappelle qu'il avait pris le pseudo de Simon Ther quand il a mis
la pate sur le socialisme français à l'aube mitterrandiènne. Et que
c'est l'anagramme de Seth Minor.





Meme pas peur









[/quote]

#19: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 4:58 pm



Citation:
Le 13 décembre 1408, la charte de l'Ordre fut publiée




Un petit anniversaire, en quelques sortes ^^

#20: Auteur: pop-corn, Localisation: Herault
Posté le: Sam Déc 15, 2007 5:33 pm


faut pas trop jouer avec ce genre de sujet

j'aurai pas du parler du dragon désolé , je m'attendait pas a tout ce pitch

il m'est arrivé de seulement voir des symboles de magie dans un
livre du net et cela déclenche vraiment des implants et vous vire l'adn
dans un autre sens


faudra composer avec par la suite

"Dernière édition par pop-corn le Sam Déc 15, 2007 5:37 pm; édité 2 fois"

#21: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Sam Déc 15, 2007 5:58 pm


T'inquiète, il en était question dés le début
avec Dracula, voir le premier post de Kamikaze à ce sujet et le mien où
j'étais déjà sur cette piste, j'aurais d'ailleurs pu difficilement y
échapper personnellement, puisque dans le jeu où j'avais créé ma chère
Gazette, est apparue une quête où ils se sont permis d'y faire
intervenir notre équipe de journaleux sans même nous demander notre
avis (transgression aux règles essentielles du RP), et ça m'a mis
tellement en rogne de nous voir apparaitre dans cette quête à notre
insu que j'ai décidé que la Gazette était morte puisqu'on lui faisait
faire ce qu'on voulait au mépris des gens qui y ont bossés pendant deux
ans et demi, en nous donnant parmi les prétextes les plus heu...
hallucinants, que la Gazette était comme un PNJ = Personnage Non Joueur
(or c'était faut il n'y a jamais eu de PNJ Gazette et c'était une
manière de dire qu'on n'existait pas, nous, les vrais joueurs)...
... et il s'agit d'une Quête de Dragons... comme quoi...

#22: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Sam Déc 15, 2007 9:15 pm


T'inquiète Pop, nous sommes immunisées par la clé des cinq doigts qui fait exploser la cervelle.



Il fait un froid transylvanien, je suis allée revoir mon panneau et il y a aussi marqué Lsd, bon bref.





Je suis allée taper Vlad Tepes sur le forum de Perillos, nada. Et j'ai lancé un appel sur un forum sur rennes le chateau.



Le lien avec les Lusignan est intéressant car il ramène à la légende de Mélusine (reptilienne?) et à la dernière croisade.



Bon je veille avec mon ail cette nuit pour avancer dans ma lecture, mais en zappant vers la fin du tome 2 ....Aïe.

#23: Auteur: pop-corn, Localisation: Herault
Posté le: Sam Déc 15, 2007 9:36 pm


juste une boutade comme ça, car j'ai pas creuser
le fil de ce topic, le dragon a l'envers , si vous regardez saint
michel ou saint george , les deux qui ont terrasser le dragon


le dragon est a l'envers

#24: Auteur: ishtar,
Posté le: Dim Déc 16, 2007 9:35 am


trés interressant tout ça ,trés interressant .....



merci pour toutes les infos



quelques reflexions ...comme ça...



le dragon renversé ne serait-il pas le symbole de la suprématie de
l'homme sur la Vouivre? refoulant le chtonien dans l'antre de la terre
,empêchant son souffle vital d'abreuver les autres humains (en somme je
me garde tout pour moi ,regardez le joli toutout que j'ai! )



et pis on parle vampire mais je vois une chose qui n'a pas été
citée (par pudeur peut-être?) : le sexe les filles ! le sexe !...



Kamikaze : ça y est , j'ai trouvé la prise à cinq doigts ...de pieds!
elle arrache grave celle là ! je t'envoie le mode d'emploi...

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:10

#25: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Dim Déc 16, 2007 1:59 pm


Salut Ishtar!





Je suis morte de rire, je savais le maitre Tou Fai Chi-E te l'avais
apprise aussi. La clé des cinq orteils plus le talon qui fait exploser
les couilles. Peut-etre plus redoutable puisque qu'elle touche directement au sexe et au délà à la reproduction, à la fécondation.



Avant de poursuivre je souhaitais rebondir sur ce post d'Ecarlate




Citation:
Alors
que je visité la forteresse de Mont-Louis, dans les pyrénées catalane,
en dehors des visites normales. J'ai vue passé deux militaires avec
équipement de combat complet des HK SBS (chose rare en france), et
surtout un insigne d'unité qui m'a fait tout byzarre.

L'insigne représente une épée (de type épée large de croisé)
plantée dans une créature verdatre byzarre (pas eu le temps de bien la
voir), ce qui semble être une pleine lune en fond, et un bandeau
parchemin en bas. Ce qui ma le plus choqué c'est la devise en latin
autour du dessins : Omni rumores stunt veritas (si je ne me trompe pas
sur l'orthographe)
dans le bandeau parchemin il y avait les initiales U. R. I. P. A.

Quand ils ont vue des civiles ils se sont rapidement sorti de la salle ou je venais d'entrée (le puit des forçats).

en discutant avec un militaire qui étais avec nous, il m'a murmuré que
"URIPA voulais dire Unité de Recherche et d'Intervention sur les
Phénoménes Anormaux", il s'est empressé de rajouter que "cet unitée
n'existait pas".





http://ovdt.exprimetoi.net/medias-alternatifs-immobilier-economie-guerre-revolutionetc-f24/nouvelle-unitee-de-l-armee-francaise-t284.htm



http://www.onvousdittout.com/forum/viewtopic.php?t=1134



Le mont Louis, ce n'est pas très loin de Perillos.





Une créature verdatre bizarre qui a tout d'un dragon. Si écarlate ne se
trompe pas, nous aurions une armée secrete qui nous protège ou protège
de nous, suivant dans quel camp elle se place, de quelque chose
d'encore plus bizarre.



Comme les vampires sont au pouvoir...brrr.

#26: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Dim Déc 16, 2007 5:04 pm


J'ai vu une explication du symbole du Dragon renversé au fil de mes recherches Web... je vais tenter de la ressortir...

Voilà un fil sur l'interprétation symbolique du Dragon dans les
contes de Perrault par J-P Mothe, mais rien de bien percutant il me
semble...

ici

Et voici un résumé des symboles des éléments apparaissant sur les blasons mais bof bof bof...

http://www.grand-armorial.net/symboliqueHeraldique.htm

Ensuite je suis tombée sur un site qui se réfère bcp à la Bible et
parle du Dragon dans l'Apocalypse (faut aller tt en bas de page) :

http://www.bibleetnombres.online.fr/catalocc.htm

D'ailleurs, il me fait penser aux recherches d'EasyF ce site :

http://www.bibleetnombres.online.fr/lucifer.htm



Il y a également des Dragons qui apparaissent dans les Figures d'Abraham le Juif :





En cherchant des infos sur Flamel, un des détenteurs de cet
ouvrage, qui aurait écrit des recettes alchimiques interprétant ces
figures, en les pratiquant avec sa femme, il est mis en doute que le
véritable auteur soit vraiment Flamel, tout comme le doute sur son
enrichissement du à ses découvertes sur la fabrication de l'OR
(transformation du mercure en Argent puis en Or >>> secret de
la Pierre Philosophale chère aux Alchimistes et FM), pourtant dans la
littérature et le cinéma l y a de nombreuses références à Flamel.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Flamel

http://hdelboy.club.fr/fig_hier.htm



Quand au Dragon Vert sur les insignes d'une armée qui n'existe pas
à Mont Louis, il y a une école d'Arts martiaux à Perpignan, ça vient
peut-être de là (?)

http://www.dragonvert.fr/stages/calendrierstage.html



(@ Kamikaze : je n'avais pas vu ton édit, oui sans exa-ccoppi on n'aurait peut-être jamais parlé de Vampires ^^

@ Ishtar : Eros et Thanatos semblent toujours très liés...

"Dernière édition par Satyneh le Lun Avr 21, 2008 8:45 pm; édité 1 fois"

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:11

#27: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Dim Déc 16, 2007 11:17 pm


Je me suis soudainement souvenue que je me suis
promenée à cheval avec une bande de copains dans cette région (aux
alentours de Roquefort des Corbières il me semble, pas moyen de me
souvenir du nom !) et qu'on traversait les vestiges d'une voie romaine.



Du coup, en faisant des recherches, je vois que Perillos n'est pas loin de plusieurs voies romaines dont une qui faisait la jonction entre l'Espagne et l'Italie : la Voie Domitia.


Citation:
Performances de déplacements notées dans des écrits de l'époque :

- CESAR, avec une escorte: de ROME à ARLES en 8 jours.

- CESAR, avec son armée : de ROME en Espagne en 27 jours.

- un courrier à cheval: 70 km / jour (avec 3 ou 4 changements de cheval).

(...)

Via DOMITIA

Mont Genèvre - Briançon - Embrun - Chorges - Gap - Sisteron - Apt -
Cavaillon - Tarascon - Beaucaire - Nîmes - Béziers - Narbonne - Port
Vendres / Le Perthus - l'Espagne


Voici une Carte des voies Romaines en France :

http://pagesperso-orange.fr/itineraires-romains-en-france/templates/carte.htm

L'itinéraire de la voie Domitia :

http://pagesperso-orange.fr/itineraires-romains-en-france/templates/tableau_vr34.htm

Et une carte représentant les diverses voies romaines de cette région :



Et une image satellite de Perillos et ses environs :



Or en regardant grosso modo, il semblerait que la voie Fenollentis
passait pas loin de Périllos (Salsulis serait donc Salses où passe
aussi la voie Domicia)

Sur Wikipédia à sujet des voies romaines, on voit jusqu'où elles peuvent aller :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b6/Via_Egnatia-fr.jpg

Bon, Bucarest est bien plus au nord mais... voilà quoi, si Dracula n'était pas mort et avait voyagé ?

Il y en a même jusqu'au Danube !

Pourtant d'après le site sur Perillos, les acces ne sont pas si simples :


Citation:
Si
l’occupation romaine du plateau reste certaine, les vestiges construits
n’en restent pas moins quasiment inexistants. On peut alors supposer
qu’un camp sommaire, ou poste d’observation, fortifié se soit élevé au
même endroit que le château actuel. Il est vrai que l’endroit idéal
pour ce genre de stratégie reste le même depuis l’apparition des
frontières et territoires à défendre ou surveiller. En ce cas, l’époque
romaine se serait superposée elle-même à un plus ancien lieu de
retranchement sur le promontoire face à la mer.

Cet emplacement est facile à comprendre face à la morphologie
naturelle du secteur. En effet, le seul endroit où peut cheminer une
voie de communication reste le long de la côte en raison de la
‘planitude’ d’abord et ensuite l’arrivée aux pieds des Pyrénées qui
peuvent se franchir à faible altitude, même en saison hivernale. Si
quelques chemins pouvaient se pratiquer depuis l’arrière pays, ce ne
pouvait se faire qu’avec un équipement léger, tel un petit char à deux
roues, et encore pas partout. Ensuite, pour pénétrer dans l’intérieur
des terres depuis la côte, de nombreux détours s’imposaient face à
d’infranchissables barrières de calcaire, comme les hauteurs de Galamus
et St Paul de Fenouillède par exemple. Il faudra attendre la fin des
XIXe et XXe siècles pour voir les premiers travaux lourds qui
permettront enfin de raccourcir les distances de communication.


A noter que malgré sa position éloignée, de curieux personnages y auraient vécu depuis la nuit des temps :


Citation:
Toujours
est-il que la vie, qui s’installa ici depuis l’aube de l’Humanité, s’y
est accrochée jusqu’au XVIIe siècle, dans une fresque où se succèdent
tant de personnages, le plus souvent obscurs, oubliés ou sans nom… On y
trouve un roi Wamba (673), un prince Calaron de Fortio (512), un
cabaliste juif et sa famille (892), Oliba, Arnaud Guillem de Salse, un
étrange Rodin de Borreau qui disparut une nuit avec son aréopage sans
laisser de trace en 910… plusieurs tribus dont les Redon ou Rodon, les
Sardon ou Sordon, sans parler des interminables relèves de garnisons,
surtout au moment où le roi St Louis s’empare des Corbières.


Ensuite fut construit Salveterra
(terre qui sauve) sous les ordres de Jacques 1er le Conquérant, pour
rendre la région plus sécurisée, le 15/05/1246, offrant des privilèges
aux futurs habitants afin de les faire venir sur ces terres arrides :


Citation:
Qu'il
soit connu de tous que nous, Jacques, par la grâce de Dieu roi d'Aragon
pour l'honneur et l'utilité de tout le Roussillon, faisons construire
une forteresse sur le podium appelé autrefois Castlart d'Oped, et nommé
à présent Salveterra.


Cette forteresse faisait partie d'une ligne de défense qui s'est
naturellement formée au traité de Corbeil (1258). Elle était composée
au Sud de Força-Réal, du château de Tautavel, Salveterra et Salses et
au Nord des forteresses royales françaises de Peypertuse, Quéribus et
Aguilar.


Au 17ième siècle, soit 400 ans plus tard, Richelieu fait raser ce château :


Citation:
une
chronique de 1639. A ce moment, une troupe forte de 600 hommes, envoyée
par Henri de Bourbon, met le siège sous les murs du plateau. Le trop
inexpérimenté jeune capitaine de la forteresse, effrayé de n’avoir
qu’une poignée de défenseurs à opposer, rend la place sans combat le 10
juin de cette année.

Richelieu exulte en ces termes : « L’armée du Roy en Languedoc est
entrée dans le Roussillon. On a pris le château d’Opoulz qui estoit
imprenable qu’avec beaucoup de peine et de temps, si le gouverneur ne
se fust estonné (épouvanté). »

Mais encore voici l’arrivée de ce 17e siècle qui semble tout à
coup présenter l’accélération d’un processus qui doit discrètement
échapper au commun.

- C’est au 17e siècle que le Roussillon passe à la couronne de
France et scelle irrémédiablement le pouvoir et la place des seigneurs
de Périllos.

- C’est à partir du 17e siècle que les Périllos sont spoliés, de
leurs terres et titres, au bénéfice des gros et gras barons de Durban…

- C’est au 17e siècle que Richelieu fait démanteler le château de Salveterra.

- C’est au 17e siècle que la population du plateau le quitte.

- C’est au 17e siècle que De Cassini vient dresser le relevé topo du secteur en tenant effacés certains détails de ce pays.

- C’est au 17e siècle qu’un notaire royal du beau nom de Courtade
(dont un descendant sera un prêtre ami de Béranger Saunière curé de
Rennes-le-Château) dresse la liste des propriétés arrachées aux
seigneurs de Périllos. C’est à ce moment et sur le registre répertoire
que se situe la mention faisant état « d’une tombe royale et sacrée »
sur ce proche secteur sous le château…

- C’est au 17e siècle que fleurit une société à propos de ce
secret territorial entouré du fourmillement de certains personnages
comme Charles Perrault et son frère, les De Cassini, Philibert Delorme,
Polycarpe de la Rivière, les familles de Lupé et d’Urfé…

Nous en passerons, et des meilleurs !


J'ai aussi lu que la bibliothèque d'Ospoul fut assez exceptionnelle
car contenant des livres extrêmement rares, c'est à se demander si le
Livre d'Abraham le Juif n'y était pas et ne fut pas offert à Richelieu
suite à un pillage ?



Si l'on revient 4 siècles plus tard (1416), on peut s'intéresser à la Confrérie de Sanch :




Citation:
En Catalogne, la procession de la Sanch



Son origine



En 1415, saint Vincent Ferrier, religieux dominicain, fut invité
par Ferdinand d'Aragon, en son palais de Majorque, où allait se
dérouler les dernières intrigues qui devaient aboutir à la fin du Grand
Schisme d'Occident. Le 11 octobre 1416, il fondait la " Confrérie du
Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ " (de la Sanch), dans
l'église Saint-Jacques où existaient deux puissantes confréries, dans
lesquelles la " Confrérie de la Sanch " a recruté ses premiers membres
: la "Confrérie des Jardiniers ", qui subsiste encore, et celle des "
Tisserands ".



Dès l'origine, la " Confrérie de la Sanch " eut un triple but :



- d'abord le perfectionnement des confrères par des pratiques pieuses ;

- la commémoration de la Passion de Jésus, par la traditionnelle Procession du Jeudi-saint, actuellement le Vendredi Saint ;

- enfin, un troisième but, qui avait un sens plus profond
qu'aujourd'hui : l'aide aux prisonniers - ce que la Confrérie fait
encore de nos jours - et surtout l'aide aux condamnés à mort jusqu'au
lieu du supplice. Le condamné était vêtu d'une longue robe noire, la
tête recouverte d'un voile noir, percé de deux trous et maintenu rigide
par un cône en carton. Vêtus comme lui en " caperutxa ", les confrères
de la Sanch l'accompagnaient flambeaux à la mains et aux accents
lugubres du " Miserere des pendus ".


http://membres.multimania.fr/catalunya/processio.htm :


Citation:
L'évenement de la Setmana Santa à Perpignan

Vêtus de grandes robes rouges ou noires dites "caperutxa", les
pénitents défilent accrochés à des viroles de fortune, point de contact
entre leur chair et la foi. Sur leurs épaules meurtries, les lourds
"misteris" relatent les différentes scènes de la Passion, entre madonne
affligée et Christ crucifié. Parfois, les pénitents s'arrêtent sous des
roulements de tambour comme pour reprendre un souffle, divin bien sûr.
Souvent les pieds nus, les pénitents vivent leur souffrance pour
expier, catharsis universelle de toutes les âmes. Instants de piété. En
quête de salut. Depuis près de six siècles, ce rituel est immuable. La
Confrérie de la Sanch ("Précieux Sang du Seigneur") a été fondée en
1416, en l'église Saint-Jacques à Perpignan, suite à la prédication de
Saint Vincent Ferrier, moine dominicain. Outre l'aspect spirituel, le
but de la Confrérie était la commémoration de la Passion par les
processions et l'assistance aux prisonniers et aux condamnés à mort
avant, pendant et après leur exécution. Les processions avaient lieu
autrefois le Jeudi Saint et le Vendredi Saint. Avec les pénitents,
qu'on retrouve aujourd'hui, les flagellants étaient les plus
impressionnants. Le dos nu, ils prenaient un soin particulier à se
fouetter avec ardeur. Ces pratiques d'une démonstration de foi un peu
véhémente incitèrent l'autorité religieuse et le Conseil Souverain du
Roussillon à limiter progressivement ces processions. Au XVIII ème
siècle, elles furent tout bonnement interdites jugées trop baroques et
espagnoles au goût des autorités françaises. Pendant plus d'un siècle,
la Confrérie de la Sanch a survécu intra-muros dans l'église
Saint-Jacques. Ce n'est qu'en 1950, sous l'impulsion de Josep Deloncle,
que les processions, avec le

défilé de "misteris", reprirent leur itinéraire tout autour du
centre ville de Perpignan. Il en est ainsi aujourd'hui tous les
Vendredis Saints. Et chaque année, le public répond présent.





Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:12

Ah, j'ai trouvé trace du Monastère de Saint Matthieu des Pyrénées Orientales, qui en fait est devenu maintenant un quartier au Centre de Perpignan :


Citation:
Situation



St Matthieu est un quartier en plein cœur de Perpignan, sur la rive
gauche de la Basse. Autrefois appelé quartier "St Matthieu", il se
nomme désormais "St Mathieu", avec un seul "T".Il est situé entre les
remparts de la citadelle, la place Arago, les quais de la basse et le
carrefour St Martin.



Histoire



Difficile à croire de nos jours, mais ce quartier n'était pas le
centre du vieux Perpignan initial. Il s'agit d'une zone maraîchère
située à l'extérieur des remparts (Nous sommes au XIIe siècle) et donc
totalement inhabitée.



Or au début du XIIIe siècle les franciscains, un ordre mendiant
créé peu avant, fit bâtir son monastère sur ces terres. (sur
l'emplacement de l'ancien hôpital militaire) La route qui sortait de
Perpignan par la porte de l'actuel place Arago partait plein Ouest dans
les champs et longeait ce monastère.

« Une rue de St Matthieu, à Perpignan



En même temps un autre ordre, les templiers, commencèrent à acheter
des terrains très étendus (de 1215 à 1240), en particulier en 1232
quand Ferrer Oliva vend à frère Rostain, précepteur du Mas Deu un manse
avec un verger, des bordes et des ouvroirs à Perpignan pour 2600 sous
de Melgueil.

(...)

Autre patrimoine de St Matthieu



Outre le couvent des franciscains, St Matthieu contenait d'autres édifices religieux : le prieuré bénédictin
de St Martin, qui était une dépendance de l'abbaye St Michel de Cuxa,
mais aussi le couvent Notre Dame de la Merci, l'église des mercédaires
(tout 2 disparus) et à partir de 1261 le prieuré Ste Madeleine.



Citation:
Commentaire de Françoise



Il faut parler de la chapelle du Saint Sacrement à Saint Matthieu,
celle de droite, je crois, où se trouve une pierre enclavée, avec une
grille, en face de la statue de Sainte Lucie. Il faut mettre ses doigts
dans l'espace entre les grilles, sur la peire qui a reçu le sang d'un
martyr et prononcer un voeu, soit pour les yeux, soit pour la santé en
général.



Je l'ai fait deux fois, une fois en 2000, pour la vue de mon père,
une fois en 2007, pour le cancer d'une cousine, tous deux sont sur la
voie de la guérison.


Du coup, puisque dans le premier post de Kamikaze :


Citation:
"...légende
selon laquelle Drakula, le plus noble et le plus dangereux de tous les
vampires, acquit son pouvoir non pas dans la région de Valachie, mais
grace à une abomination née dans le monastère de st Matthieu-des
Pyrénnées-Orientales, une maison bénédictine fondée en l'an mil après
notre Seigneur" (extrait) (...) Drakula rendait visite au monastère
tous les 16 ans (pendant la demi-lune du mois de mai), pour régénérer
ses pouvoirs"



L'auteur cite encore des documents provenant d'une église de
Perpignan, faisant état de morts violentes et inexpliquées parmi les
troupeaux de chèvres et de moutons en 1428.


Je cherche du côté de ces bénedictins, bâtissant une abbaye aux alentours de l'an mille, celle de St Michel de Cuxa :

http://histoireduroussillon.free.fr/Thematiques/Batiments/Histoire/AbbayeStMichelDeCuxa.php


Citation:
Origine



C'est en 846, soit cinquante ans après la création de l'abbaye de Ste
Marie d'Arles que sept prêtres et quelques laïcs arrivèrent sur la
plaine de la Llitera, petite rivière descendant du Canigou et
traversant Taurinya. Ils s'installèrent sur ce lieu désertique appelé
Exalada pour y mener une vie monastique et y bâtirent un monastère
dédié à St André.



Malheureusement pour eux un glissement de terrain eu raison de
l'édifice trente ans plus tard. Les survivants de la catastrophe
s'installèrent provisoirement dans la chapelle de St Martin de Clara,
sur les pentes du Canigou.



Or un certain Protasius possédait non loin de là, dans la vallée du
Cuxa un alleu sur lequel s'élevait un très modeste oratoire dédié à St
Germain. C'est là que s'installeront définitivement les moines.

« L'abbaye dans son écrin de verdure



Les premiers travaux consistèrent à élever un sanctuaire en grosses
pierres roulées et en argile. Or leur emplacement n'était pas très loin
du "palais" des comtes de Cerdagne dont dépendait l'alleu. Ceux-ci
leurs firent don de nombreuses terres et de bénéfices, ce qui permis à
l'abbaye de progresser rapidement.



Au Xe siècle il y avait déjà 50 moines et 20 serviteurs, les terres
aux alentours étaient cultivées et plusieurs troupeaux de vaches et
brebis faisaient vivre les moines.



En 879, l'abbé Protasius, probablement le fondateur, mourut. La
bibliothèque du lieu religieux contenait ... 30 livres ! C'était à
l'époque assez extraordinaire...



L'abbaye reçut la visite du doge de Venise Pierre Orséolo, de
Romuald, fondateur de l'ordre des camaldules, de Gerbert d'Aurillac
futur pape. L'église Saint-Germain fut reconstruite et consacrée en
953, l'oratoire consacré à saint Michel qui donna finalement son nom au
monastère fut agrandi et consacré en 975. C'est cette église qui fut au
XIe largement agrandie et embellie par l'abbé Oliba ; le grand cloître
fut élevé au XIIe.


Qu'est-ce que l'Exalada ?


Citation:



Etymologie



Exalada vient du latin Exa-Lata, "source abondante". Le lieu désignait
initialement une source dont le débit était si important qu'elle pu
servir de bain. Par extension, ce mot désignait les ravins qui
acheminaient les eaux (chaudes dans notre cas) dans un lieu précis, une
sorte de piscine à ciel ouvert.



On trouve d'autres orthographes : Eixalada, Exalda, Eixalda.



Histoire



Appréciés des romains, les bains d'Exalada étaient un lieu connu
dès l'antiquité. Ils furent abandonnés à l'époque wisigothique, puis
complètement oubliés jusqu'au IXe siècle. En 811 Charlemagne conquiert
le territoire de l'actuelle Catalogne. A sa suite des moines viennent
construire des monastères pour attirer les populations vers le
Roussillon. L'un des tout premier monastère sera construit à Exalada,
le long de la Têt au bord d'un terrain riche. Mais une crue de la Têt a
dévasté leur abbaye et ils durent le reconstruire à Cuxa, près de
Codalet. L'église initiale de St André détruite, ils en construisirent
une autre dédiée à St Michel : C'est là l'origine de St Michel de Cuxa.



Exalada fut alors à nouveau abandonné. Les ruines de l'abbaye
furent oubliées. On raconte qu'au milieu du XIXe siècle on aurait
retrouvé des poteries, des pierres, des clefs sur le terrain précédent
le défilé des Graüs. Etait-ce réellement le lieu d'origine ?



Le système féodal se mettant en place, le puissant seigneur d'Evol
obtient le fief de Canaveilles et de toutes les paroisses alentours. Il
décida de fortifier le défilé des Graüs et bâti un château : le château
de Cérola, précédé de la tour de Niobol et surplombé d'une
fortification annexe.



Aux pieds du château de Cérola s'est alors agglutinée la population
locale, cherchant la protection du château. Le village ainsi construit
portait tout naturellement le nom d'Exalada. Plutôt petit, il dépendait
à la fois de l'abbaye de St Michel de Cuxa et du seigneur d'Evol. La
paroisse était dédiée à St Pierre, l'église se trouvait juste de
l'autre côté du petit ravin, il en restait des ruines au début du
siècle. L'église St pierre d'Exalada date du XIIe siècle. De nos jours
il nous reste une partie de l'abside semi-circulaire et un pan de mur
méridional de la nef avec le départ de la voûte. L'église de
Canaveilles possède encore de nos jours une plaque de marbre provenant
de St Pierre portant une inscription d'avril 1309.



Historiquement on trouve une trace de "Canabellas et Erola" dans un
titre de possession de St Michel de Cuxa en 1012, ainsi que de l'alleu
d'Exalada et son église St Pierre.



En fait, l'appellation Exalada ou Cérola dépendait de la personne :
les moines indiquaient leur alleu d'Exalada et les comtes d'Evol leur
château de Cérola, mais il s'agissait bien du même lieu. Vu que les
comtes détenaient le château pour le compte du roi d'Aragon, puis de
Majorque, c'était bien le nom de Cérola qui était le nom officiel,
celui que l'on retrouve dans les fogatges par exemple (recensements).


(Kamikaze, si tu cliques sur alleu tu seras surprise)

Opoul est au nord de Perpignan, alors que Taurinya est bien plus à l'ouest...

Puis il y a cet autre Monastère Bénédictin d'Arles sur Tech : Ste Marie


Citation:
C'est
un certain Castellanus, moine venant d'Espagne qui s'installa
temporairement aux bains d'Arles en tant qu'ermite. Ces bains étaient
les constructions antiques complètement abandonnés. Il cherchait un
terrain pour y implanter une abbaye. Il trouva le lieu parfait à une
heure de marche, un peu plus haut dans la vallée, sur les restes
d'antiques bains romains, mais de moindres importances (Arles). Ce fut
sur ces ruines que le moine, accompagné de quelques compagnons
susceptibles de militer sous la règle de St Benoit, édifia un monastère
bénédictin.



Malheureusement un document de 778, le premier indiquant cette
abbaye nous apprend qu'elle a été détruite. En 820 une deuxième abbaye
fut fondée, dédiée à Sainte-Marie, celle là même qui est toujours
visible aujourd'hui.

(...)

La Sainte Tombe

La Sainte Tombe d'Arles sur Tech est un sarcophage datant du IIIe
siècle placé dans l'abbaye. Il en existe une dizaine d'autres en France
de ce type, mais celui-ci a la particularité de produire en continu une
eau pure dont l'origine est inconnue.



De nombreux scientifiques sont venus à Arles sur Tech pour étudier
le phénomène mais aucune explication logique n'a été donnée, autre que
religieuse bien sûr. En effet pour le clergé il s'agit dune
manifestation divine. Il faut dire que l'arrêt de la production d'eau
durant les deux guerres mondiales a de quoi faire douter les plus
septiques.



Le sarcophage lui-même est fait de marbre bleu de Cérêt, taillé et
sculpté d'un X entouré d'un cercle signifiant Iesous Chrestos (Jésus
Christ). Il mesure 1m 88 à la base et s'évase jusqu'à 1m92 sur 50
centimètres de large au plus mince à 65 au plus large.



Il est posé sur deux cales de 40 centimètres de côté.





Dracula viendrait donc trouver ses pouvoirs auprès d'une source pure et... magique ?

"Dernière édition par Satyneh le Dim Déc 16, 2007 11:22 pm; édité 1 fois"

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:12

#28: Auteur: ishtar,
Posté le: Lun Déc 17, 2007 9:43 am


bonjour tout le monde !



"Il cherchait un terrain pour y implanter une abbaye. Il trouva le
lieu parfait à une heure de marche, un peu plus haut dans la vallée,
sur les restes d'antiques bains romains,"



précisons qu'à cette époque on ne choisissait pas "au hasard" le
lieux de l'édification d'une abbaye (je pense à Vincenot et ses
"étoiles de Compostelle) )
ce qui nous raménne au druidisme qui nous raménne à l'Atlantide ,qui nous raménne à ... bon on s'éloigne là



regardez plutôt ça :



L'abbaye Sainte-Marie.



L’établissement primitif vit le jour en 778, dans les murs antiques des
thermes romains des Bains d’Arles (Amélie les Bains). Le moine
fondateur, Castellanus, venu d’Espagne trouva ici refuge avec sa petite
communauté bénédictine, au moment même où Charlemagne conquérait cette
frange sud de la Septimanie jusque là aux mains des arabes. Protections
impériale et comtale permirent une extension du bien foncier de
l’abbaye et son indéniable rayonnement spirituel. Le transfert en 881
sur le site actuel est consécutif au saccage normand survenu quelques
années plus tôt. Arles offre l’exemple rare en Catalogne d’un édifice inversé avec chevet occidental et façade tournée au soleil levant. La
seconde particularité est la présence, à l’intérieur, de deux absides.
A l’opposé du chœur principal, trois absides ont été creusées dans le
mur de façade ; l’abside centrale, en tribune au-dessus de l’entrée,
présente un décor à fresques, datable du XIIème siècle

#29: Auteur: Fleur de Diamant, Localisation: FRANCE - 66
Posté le: Lun Déc 17, 2007 11:34 am


Bravo les filles pour tout ce que vous avez trouvé. Ici vous aurez beaucoup de renseignements qui pourront compléter vos recherches.

#30: Auteur: ishtar,
Posté le: Lun Déc 17, 2007 12:11 pm


" Les individus soupçonnés de vampirisme, dont les tombes étaient le plus souvent orientées d'Est en Ouest"



http://bloodsister.free.fr/lesvampires.html



les premiéres traces seraient donc assyriennes et babyloniennes.. oh , oh ... ça me rappelle keke chose ça ...



attendez ,je vais me frapper un délire à la Papou (Papou si tu nous regardes.. )



les ET ont débarqué donc , les gens les prennent pour des dieux ,y a un
bordel pas possible parce que les ET se sont "mélangés" avec les
humains (hybrides)
et donc... ce ne serait -il pas tout simplement des hybrides nos vampires?

vous savez ,les abominations de la bible ?

ce qui expliquerait que le crucifix n'a aucune influence puisque ce ne sont pas des esprits mais bien des âmes incarnées



est ce que je m'éloigne trop du sujet là?





edit:

et vous avez vu? y a un vampire célébre qui s'appelle HARPPE.... mdr!

"Dernière édition par ishtar le Lun Déc 17, 2007 12:59 pm; édité 1 fois"

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:13

#31: Auteur: Kamikaze,
Posté le: Lun Déc 17, 2007 5:32 pm


@Satyneh c'était expectacoppy...roumanie , notre 256ème "membre".



En cliquant sur Alleu, ben je ne tombe sur rien...qui me parle
sauf un lien sur une pub qui menait à Gobelin, aux tapisseries.. Je
viens de recliquer et c'est une autre pub qui mène à un lien sur un
ouvrage franc mac.



Gobelin moi cela me fait penser à Tolkien et à l'épopée du Seigneur des Anneaux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gobelin_%28folklore%29





Tolkien était aussi passionné par la linguistique et les manuscrits
du moyen age. Sauron le Dragon pourrait bien habiter le Canigou par
exemple:





Je viens de terminer ma lecture et la description physique que fait
l'auteur du monastère de St Matthieu les Pyrénnées, ressemble
furieusement à celle de St Martin du Canigou.



"

Située en France sur les hauteurs du petit village de Casteil (à
environ 1 000 mètres d'altitude), dans le département des
Pyrénées-Orientales (66) en région Languedoc-Roussillon, l’abbaye
Saint-Martin du Canigou (en catalan Sant Martí del Canigó) se niche
derrière un piton rocheux du massif du Canigou.





C'est à l'instigation du comte de Cerdagne Guifred II que le
monastère fut établi. Les premières mentions datent de 997, date à
laquelle le chantier a probablement commencé. De nombreuses donations
au cours des années suivantes montrent bien que le chantier fut mené de
manière très régulière.



L'église est consacrée le 10 novembre 1009 par Oliba, évêque d'Elne
(son frère était abbé de Saint-Michel de Cuxa). Elle sera dédiée à
Marie et aux saints Martin et Michel. Quelques années plus tard,
l'église se dote des reliques de saint Gaudérique. L'abbatiale est
alors agrandie et re-consacrée (l'année exacte n'est pas connue avec
exactitude : soit 1014, soit 1026). Le comte Guifred II se retira à
l'abbaye vers la fin de sa vie : il y mourut en 1049.



L'abbaye commença alors rapidement à décliner : dès le XIIe siècle,
elle est rattachée à l’abbaye de Lagrasse, dans l'Aude. Cela fut cause
d'un conflit qui se régla finalement par arbitrage du pape. Mais
l'abbaye sombrait irrémédiablement dans la décadence.



Le terrible tremblement de terre de 1428, qui fit tant de dégâts en
Catalogne, ébranla sérieusement le monastère : de nombreux bâtiments
furent détruits, le clocher fut écrêté, mais l'église résista tant bien
que mal. Les travaux de reconstruction furent très longs en raison du
manque de moyens suffisants, malgré la mobilisation de l'épiscopat
d'Elne.



En 1506 l'abbaye est placée sous commende et finit par être sécularisée en 1782 par Louis XVI."


http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Martin_du_Canigou





Le Canigou est légendaire pour ses légendes, et on retrouve Aragon...



http://fr.wikipedia.org/wiki/Pic_du_Canigou







"vers 1280 - Première ascension attestée
du Canigou par Pierre III d'Aragon, roi de la Couronne d'Aragon (Pere
III « el gran »). Cette ascension est évoquée dans une chronique épique
d'un moine italien du XIIIe siècle, Fra Salimbene. Il semble cependant
que le monarque ne soit pas allé jusqu'au sommet du pic. En effet, le
chroniqueur franciscain écrit que Pierre III vit au sommet un dragon
sortant d'un lac. Cette indication pourrait correspondre au lieu-dit
"les estanyols" (les étangs), 500 m environ en contrebas. "

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:13

Et encore ce lien:



http://www.pyrenees-passion.info/legende_canigou.php



Et aussi la Fée Palestine qui attend son Prince...





"La Montagne Magique

« Montagne magique »: ce nom revient souvent à propos du Canigou, qui
surplombe le Conflent. Longtemps, ses solitudes passèrent pour être
habitées par les fées, les "encantades", ainsi que par d'autres êtres,
fantastiques et terrifiants, qui hantaient plus particuliérement les
parages des étangs de Nohèdes et de Carança. Irritées, lorsque quelque
imprudent lançait des pierres dans les étendues d'eau, elles faisaient
naître d'épouvantables orages et des brouillards épais qui égaraient
les profanateurs. Aujourd'hui encore, certains hésitent à accomplir ces
gestes coupables!

La fée Palestine, prisonnière de la montagne, est la gardienne du
trésor de son père: elle attend la venue du chevalier qui la délivrera!"


http://pagesperso-orange.fr/cyberjade/legende.html





Palestine qui mène à Mélusine, qui mène à Lusignan, qui mène à Palestine!

"

Mélusine est une des plus célèbres fées,
c'était une femme superbe, mais, chaque Samedi, le bas de son corps se
transformait: elle ne possédait plus de jambes mais une queue de
serpent, ce qui fit croire d'elle que c'était une sirène.

Dans la légende, la mère de Mélusine est une fée: Présine.

Présine avait conquis son père Elinas, le roi d'Ecosse, en lui
faisant promettre, avant leur mariage, de ne jamais chercher à la voir
avant ou après son accouchement.

Elinas, oubliant sa promesse, enfreint l'interdit.

Présine dut alors se réfugier avec ses trois filles, Mélusine,
Mélior, et Palestine, dans l'Ile perdue, qui n'est autre que la
mythique Avalon.
Lorsqu'elles grandirent, les trois soeurs, usant de leurs pouvoirs de
fées hérités de leur mère, décidèrent d'enfermer leur père dans la
montagne magique de Northumberland.

Cette action ne fut pas du tout appréciée par Présine qui la jugea trop sévère.

Elle décida de jeter un sort sur ses filles.

Mélior sera condamnée à garder un épervier dans un château
d'Arménie, Palestine sera enfermée dans le mont Canigou, avec le trésor
de son père,
puis elle dit à Mélusine : " Tous les samedis tu seras serpente du nombril au bas du corps.

Mais si tu trouves un homme qui veuille bien te prendre pour épouse et
promettre de ne jamais te voir le samedi, tu suivras le cours normal de
la vie.

Toutefois, si ton mari vient à percer ton secret, tu seras condamnée à retourner au tourment jusqu'au jugement dernier".

Quelque temps plus tard, Mélusine rencontre Raymondin dans la Forêt de Cé près de Lusignan.

Ce dernier, revenant d'une chasse aux sangliers au cours de
laquelle il avait tué par accident son oncle Aimeri, comte de Poitiers,
tombe amoureux de Mélusine et la demande en mariage.



Grâce à ses pouvoirs, Mélusine réussit à faire innocenter Raymondin.

La fée accepte de l'épouser et lui fait promettre de n'avoir aucun
doute sur son origine et de ne jamais chercher à la voir le samedi.

En échange, elle offre à Raymondin sa fortune ainsi qu'une nombreuse et longue descendance.

Durant la première année de leur mariage, Mélusine entreprit la
construction de Vouvant, de Mervent et de la tour de Saint-Maixent:
autant de places fortes qui contribuèrent à l'immense puissance de la
famille Lusignan.

Une seule nuit lui suffisait pour édifier les plus imposantes
forteresses (Tiffauges, Talmont, Parthenay), des églises comme Saint
Paul en Gâtine, surgi au milieu des champs, les tours de la Garde à La
Rochelle et celles de Niort, et même la ville de Lusignan.



Toutes ces constructions se situent dans le Poitou et les Charentes.

Un samedi, poussé par la jalousie de son frère, le comte de Forez,
Raymondin transgressa la règle et fit avec la pointe de son épée un
trou dans la solide porte en fer qui gardait le chambre de sa femme.

Et voici ce qu'il vit:

-"Mélusine se baignait dans une moult grande cuve de marbre, en
signe de femme jusqu'au nombril, et se peignait les cheveux; et, du
nombril en bas, en signe de queue d'une serpente, grosse comme une
quaque à hareng, et moult longuement débattait sa queue en l'eau
tellement qu'elle en faisait jaillir jusqu'à la voûte de sa chambre"


Mélusine trahie s'enfuit dans un cri par la fenêtre et plus jamais son mari ne la revit sous forme humaine.

Toutefois, la légende prétend que Mélusine revint pendant trois jours,
à chaque fois que l'une des forteresses qu'elle avait construites
changea de maître, et qu'elle apparut toutes les fois que l'un de ses
descendants fut sur le point de mourir. "


http://pagesperso-orange.fr/dune13faery/melusine.html

http://www.france-secret.com/geo_jarez.htm

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:13

Mais sur wikipedia j'ai aussi trouvé çà:





"Gibelin de Sabran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

(Redirigé depuis Gibelin)

Aller à : Navigation, Rechercher

Gibelin de Sabran, né vers 1045, décédé le 6 avril 1112 en Palestine.
Archevêque d’Arles (1180-1112), légat du pape (1107) et patriarche de
Jérusalem (1108-1112)."



http://fr.wikipedia.org/wiki/Gibelin













En 2004, j'avais été interpellée par cette découverte à Marseille. L'orientation est-ouest avait un sens donné particulier.




Citation:
Les
fouilles de sauvetage entreprises en 2004 avant la construction d'un
parking, ont mis au jour les vestiges exceptionnels d'une basilique
funéraire inattendue datant du 5° siècle. Grande surprise pour les
archéologues ... aucune trace dans les textes, aucun indice pour
identifier les reliques saintes ... pourtant, il s'agit visiblement
d'un édifice majeur ... mystère...




Les archéologues avaient prévu la découverte d'une simple nécropole sur
la voie antique menant d'Aix à Marseille à l'extérieur de la ville
médiévale qui s'arrêtait au Bd des Dames. Le site découvert est
exceptionnel par son ampleur et par la qualité des installations
liturgiques qu'il conserve.


La basilique funéraire date des premiers temps chrétiens et a été
occupée sur une très courte période : du 5° au 7° siècle. Nous sommes
au fond d'un vallon et on peut penser qu'il y ait eu de graves
problèmes d'inondations qui ont provoqué l'abandon du site. Elle mesure
18m de large sur 40m de long. Dans la nef se trouvent près de 70
sépultures réparties entre amphores (enfants) et sarcophages (adultes).
Dans le choeur, 40 sarcophages ont été découverts près d'une sépulture
décorée de plaques de marbre (appelée "memoria" ) comprenant 2
sarcophages jumeaux enfermant les corps de personnages à la vie que
l'on suppose exemplaire mais qui ne sont pas identifiés.


Cette mémoria est percée d'un tuyau de bronze : il s'agit d'un conduit
où l'on versait de l'huile qui, après avoir traversé la sépulture des 2
corps sanctifiés, devenait "sainte" elle aussi. Ayant acquis la vertu
de ces défunts, le précieux liquide participait aux rituels rattachés à
son pouvoir, comme les guérisons miraculeuses.


Contemporaine des "cryptes" de St Victor, cette église apporte une
contribution capitale à la lecture de la première topographie
chrétienne de Marseille. Intégralement fouillés et expertisés (études
faites à la Timone sur les restes des Corps saints ...), ces vestiges
sont l'objet d'un ambitieux projet de reconstitution à l'identique avec
les pièces originales dans un espace muséal ouvert au public sous
l'esplanade de la Major. A suivre ...




ATTENTION : le site ne se visite pas. Le produit des fouilles est
entreposé et toujours en cours d'étude. Des moulages des murs que l'on
n'a pas pu déplacer ont été réalisés. La totalité des fouilles sera
visible lorsque le musée sous la Major sera ouvert.










http://www.marseilleforum.com/210-marseille-la-basilique-de-la-rue-malaval.htm








Citation:
Nombre
de sépultures sont orientées est-ouest, la tête du mort disposée vers
l’ouest, pour regarder vers la Jérusalem céleste lors de la
résurrection.


La plupart des tombes n’avaient pas été ouvertes. Sobres, anonymes,
elles ne comportent que très rarement des inscriptions. Quelques
dessins sur des tuiles doivent être décriptés : marques de fabrique du
potier ou signification rituelle ?
Très peu d’objets sont présents dans les tombes.

Les anthropologues qui travaillent sur ce chantier étudient les
squelettes et peuvent déjà affirmer que hommes, femmes et enfants y
sont présents.



A l’extérieur de l’édifice un ossuaire de 60 individus a été retrouvé.



Cette nécropole se trouvait en bordure de la voie antique qui
reliait Marseille à Aix. Il semble qu’elle ait été abandonnée vers la
fin du 6ème siècle. Pour quelle raison ? Vénération des personnages
inhumés émoussée ou bien terrain propice aux inondations.... Les
pierres de la basilique ont été très rapidement réutilisées sur
d’autres chantiers, mais la memoria n’a pas été démontée et les tombes
sont restées intactes.




http://catholique-marseille.cef.fr/article.php?id_article=382





Bon, ce qui m'a semblé important à la lecture du tome sont les faits
qui m'apparaissent comme "historiques" selon les propres recherches de
l'auteur.



Vlad Drakula a été assassiné et sa tete tranchée envoyée au sultan
à Constantinople. Il protégeait, et été protégé, des moines de l'ile de
Snagov. Un deal trop connu: je massacre et le moine m'absous les
pechés, donc je continue mes massacres.



Les moines ont récupéré son corps et l'on veillé trois jours. Sauf
que le 3ème jour, et c'est important car "trois jours" est également un
cycle que l'on retrouve fréquement dans les écrits bibliques, ils se
sont pris la trouille de leur vie et meme si les témoignages diffèrent,
il s'est passé quelque chose de terrifiant. Certains ont vu le corps
tenter de se relever, d'autres ont vu une sorte d'ombre ou d'animal
sortir de lui, ainsi qu'un froid et un brouillard.


Pour l'auteur, les moines ont transporté le corps et ont tout fait pour
récuperer sa tete. Elle leur fait faire un voyage sur au Monastère de
St Georges en Bulgarie, (pas pour sauver les infirmières bulgares
suivez mon regard
) monastère ensuite rasé et disparu de l'histoire, sauf qu'un autre
monument a été édifié en lieu et place. Elle fait parler dans les
archives les moines du mont Athos en Grèce.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Athos



"La capitale de la Sainte Montagne est la bourgade de Karyès. Ses
maisons sont rassemblées autour du Protaton, une église dédiée à la
Mère de Dieu (la Vierge Marie) qui est considérée comme l'higoumène
(l'abbesse) de tous les athonites. Cette église conserve l'icône de la
Vierge "Axion estí". La Sainte Communauté en est l'organe délibératif.
Elle réunit les vingt représentants de chacun des vingt monastères.
Elle siège à Karyès. La Sainte Épistasie, qui compte quatre moines, en
est l'organe exécutif. Les vingt monastères sont en effet répartis en
cinq groupes de quatre qui gouvernent ensemble pendant un an puis
cèdent leur place au groupe suivant."





Les moines du mont Athos qui viennent d'effectuer un bien etrange pelerinage avec la main de Marie-Madeleine...





"Moscou, 25 Août 2006, 11:50, Interfax – Des parcelles de la
Vivifiante Croix et une partie d'une main de sainte Marie-Madeleine
"égale aux Apôtres" vont être amenées en Russie depuis le monastère
Simonos-Petra (Mont Athos) en septembre, avec la bénédiction du
patriarche Alexis II de Moscou, comme le rapporte le site internet
officiel de l'Eglise Orthodoxe de Russie.

Le monastère Simonos-Petra a été fondé au 13ème siècle par saint
Simon, qui chercha le Salut dans une caverne du lieu, qui est demeurée
intacte à ce jour. Elle fut bâtie avec l'aide de Jean Ugles, dirigeant
de Serbie, en remerciement à saint Simon qui avait guérit sa fille.

C'est un signe miraculeux qui encouragea les ermites et
bâtisseurs, qui n'osaient depuis longtemps s'y mettre, à construire une
énorme bâtisse à flanc de colline au dessus du précipice.

Parmi les nombreuses reliques conservées au monastère, on trouve
des parcelles de la Sainte Croix et une main de sainte Marie-Madeleine.
Tout à fait remarquable est le fait que cette dernière conserve
toujours la chaleur du corps humain, ce que quiconque la touche peut
percevoir."



http://stmaterne.blogspot.com/2006/08/reliques-de-sainte-marie-madeleine-en.html



En fait dans le livre tu réalises qu'ils se placent tous "sous la protection de la Vierge".



Pour faire court, Vlad Drakula aurait trouvé ses pouvoir auprès des
moines du fameux monastère bénédictin "qui auraient réussi a déjouer la
mort par quelque magie" et lui auraient proposé de lui vendre un livre
dans lequel les secrets avaient été consignés.



Autre chose aussi et peut-etre que Cyril666 peut enfin apporter ses lumières
, ceux sont deux "saints", Kiril et Methode, qui font partie de cette
histoire et que Cyrille et Méthode, avec St Benoit, sont les "saints
patrons" de l'Europe.


Europe et son mini-traité à 256 pages maudit.



Mais la France est placée sous la protection de la Vierge, Lourdes
n'appartient pas à l'Ordre de Malte maudit, et Gandalf, comme Merlin,
comme Dumbeldore, avaient tous l'apparence du Baphomet vénéré des
Templiers: une figure à longs cheveux blancs et aux yeux couleurs
rubis.



Ecarlate n'est pas repassé pour donner plus d'infos sur son armée mystérieuse?



@Ishtar, je crois évidemment que la génétique joue un role dans ces histoires, depuis l'aube des temps "extra-terrestre".



Et d'ailleurs pas très loin de Salveterre, il y a un petit village de 165 habitants qui s'appelle Orion.



Canigou, c'est de la bonne patée pour chien.



Désolée si ce long post n'est pas aussi bien présenté que ceux de
Satyneh, tu es une pro Satyneh et j'espère que ta "gazette" va
ressuciter. Je ne sais pas coller les images et me m'embrouille avec
les "quote". A chaque fois que je veux séparer les quotes ils se
retrouvent accumulés à la fin.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:14

#32: Auteur: Satyneh, Localisation: Sud-Ouest
Posté le: Mar Déc 18, 2007 12:15 am


Sympa tous ces éléments qui se rajoutent, il y a de quoi chercher encore et encore ^^



Je vais poursuivre mes recherches sur plusieurs axes avant de continuer sur les votres :

Sainte Lucie :

Cette statue de l'Eglise Saint Matthieu à Perpignan qui ferait face à une encoche auxpouvoirs guerisseurs :

une martyre Sicilienne qui aidait les chrétiens dans les souterrains, elle fut martyrisée et guérit les maladies des yeux.


Citation:
Sainte Lucie est une sainte italienne qui est bien plus fêtée en Suède qu'en Italie

On dit que Sainte Lucie est née dans une riche famille sicilienne à
Syracuse. Elle se serait converti au christianisme en cachette et
aurait apporté de la nourriture aux chrétiens persécutés en passant
dans des tunnels. Pour s'éclairer, elle aurait porté une couronne de
bougies sur la tête. Puis elle aurait refusé de se marier et aurait
distribuer sa dot aux pauvres.

Un de ses prétendants éconduits l'a dénoncée comme convertie au
christianisme et elle a été martyrisée en 304. Elle a été condamnée à
être brûlée vive, mais le feu ayant refusé de la dévorer, ses bourreaux
ont du se contenter de lui palnter une épée dans la gorge. Avant de
mourir, elle se serait arraché les yeux, et Dieu lui en aurait donné de
nouveaux. Elle est donc devenue la sainte patronne de la vue.


Autre version :


Citation:
Sainte Lucie

Lucie vient de 'lux', la lumière ou de 'Lucis via' qui signifie Chemin
des Lumières.Lucie, vierge de Syracuse (Sicile), alla sur la tombe de
Sainte Agathe accompagnée de sa mère qui souffrait depuis quatre ans
d'une perte de sang. Après avoir touché le tombeau elle guérit aussitôt
de sa maladie. En guise de remerciements, Lucie distribua tous ses
biens aux pauvres.

Cela irrita son fiancé, qui dénonça Lucie, lui reprocha d'être chrétienne et de violer les édits des Césars.

Comme le fiancé ne parvenait pas à oublier les beaux yeux de Lucie,
elle s'arracha les yeux et les lui fit parvenir dans un plat. On la
représente portant ses yeux d'une main et tenant dans l'autre la palme
des martyrs.

Plus tard ses yeux sont réapparus à la suite de ce don et c'est
ainsi que les tableaux la montrent.Le consul Pascasius voulut l'emmener
dans un lieu de débauche, mais mille hommes et mille paires de boeufs
ne purent la faire bouger. Les amis du Consul finirent par enfoncer une
épée dans la gorge de Lucie qui néanmoins ne perdit pas la parole: "Je
vous annonce, dit-elle, que la paix est rendue à l'Eglise, car
Maximilien vient de mourir aujourd'hui, et Dioclétien est chassé de son
royaume : et de même que ma soeur Agathe a été établie la protectrice
de la ville de Catane, de même j'ai été établie la gardienne de
Syracuse". Elle ne mourut qu'en l'an 310.



Elle est considérée comme martyr et patronne protectrice des yeux. Elle est invoquée pour soigner les maladies des yeux.



De nos jours, on peut retrouver, à Marseille et dans tout le bassin méditerranéen, un coquillage:







Or il existe dans les environs une île Sainte Lucie dont le monastère a son petit lot de mystères : un médaillon et 20 squelettes trouvés les uns contre les autres verticalement.


Citation:
L'île Ste-Lucie, autrefois Cauchène ou Cauquenne, est située à douze
kilomètres environ de Narbonne, entre les étangs de Gruissan et de
Bages, qui n'en formaient qu'un seul avant la construction du canal qui
passe au pied de l'île, la contourne au nord et à l'est, et va se jeter
à la mer au Grau de La Nouvelle.



Cette île, célèbre autrefois, ne conserve de son antique splendeur
que des ruines romaines du plus grand intérêt. C'est au milieu des
débris de poterie de toute espèce qui couvrent le sol, qu'a été
découvert le beau médaillon en terre cuite que nous mettons sous vos
yeux. Ce médaillon représente la tête d'un enfant endormi, enveloppée,
à moitié, d'un voile flottant. Rien de plus suave que cette tête
charmante, dont le modelé est parfait. Ses traits fins et délicats
dénotent incontestablement la main d'un artiste habile. Aucune légende,
aucune inscription ne nous autorisent à vous dire le nom de cette tête
: est-ce un symbole ? est-ce une divinité ? Aucun attribut ne
l'accompagne pour éclairer la question. Quant à nous, nous pensons que
c'est une oeuvre de fantaisie. Au reste, libre à chacun de former des
conjectures : le champ est vaste et l'imagination peut y prendre son
essor.



En examinant attentivement les ruines de l'île Ste-Lucie, on
reconnaît facilement les restes d'une ancienne église à une seule nef.
La forme de l'abside, concha des Latins, apsis ou absis des Grecs, est
encore parfaitement conservée. Mais les restes de mur que les décombres
laissent à peine voir, ne permettent point de désigner l'époque de sa
construction, ni de juger jusqu'à quel point on a pu se servir des
débris du temple romain qui a dû exister sur le même emplacement : car,
parmi les décombres, on a trouvé des briques et des tuiles romaines,
des fragments de marbre d'Italie, ainsi que le médaillon dont nous
avons parlé. Néanmoins, nous avons pu reconnaître que le parement des
murs était en pierre de taille et l'intérieur en blocage. Le mortier
est composé de chaux, de sable marin, mêlé de coquillages, ainsi que de
sable des carrières voisines, mais, celui-ci, en petite quantité.

(...)

Il y a peu de temps que le propriétaire de l'île fit exécuter des fouilles au milieu de ces ruines ; des
personnes dignes de foi nous ont assuré qu'on avait découvert dans
l'intérieur de l'abside vingt squelettes humains, placés verticalement
les uns contre les autres.


(et du coup je me suis demandée s'il n'y avait pas des ramifications
souterraines entre ces différents lieux, mais ce serait trop délirant
car les sols à proximité de la mer doivent être embourbés et ne pas
permettre l'aménagement de souterrains, mais je n'y connais rien)

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:14

Ensuite
sur ces personnages "exotiques" qui ont marqué l'histoire de la région
(et "exotique" est pas fort, ils ont l'air complètement disjonctés ces
gens !)

- Saunière :


Citation:
18.06.2007: Confirmation : Saunière était franc-maçon



En 1995, André Douzet déclare avant tous les autres chercheurs
qu'il dispose de l'évidence que Saunière a assisté à des tenues en Loge
martiniste à Lyon. Cette découverte rencontre surtout l'incrédulité, en
dépit de la capacité à montrer la signature de Saunière sur le registre
des absences de cette ‘loge’. Le 28 avril 2007, Antoine Captier, à
l'assemblée générale de son association ‘Terre de Rhedae’, à la
surprise générale, décide d'afficher en public la preuve que Saunière a
appartenu à la Franc-Maçonnerie.

La preuve de cette adhésion se présente sous la forme d’un collier
maçonnique ayant été retrouvé dans une caisse d’objets laissée par
Saunière et qui se trouve actuellement en possession d'Antoine Captier
et de son épouse Claire Corbu, dont le père achète la villa Béthanie en
1946 à Marie Denarnaud.

Comme la photo le montre sur le site de ‘Terre de Rhedae’, le
‘sautoir’ présenté appartiendrait au Rite écossais, au grade de
Chevalier de la Rose Croix (CRC) du chevalier maçon du 18e degré.

Cette révélation produit un effet de surprise pour certains
chercheurs… de déception pour d'autres, mais, en grande partie, cette
mise à disposition du public confirme, avec d’autant plus de force
qu’elle provient de chez nos détracteurs, de ce que nous affirmions
depuis longtemps. On consultera, pour plus d’informations au sujet des
alliances de Saunière avec le monde des sociétés secrètes, y compris la
maçonnerie, notre cinquième dossier, à la page « Publications ». Nous
ne manquerons pas très prochainement de présenter un chapitre plus
précis sur les présences de l’abbé Saunière à des réunions martinistes
à Lyon et dans le sud de la France…






- Vincent Ferrer :

Une naissance extraordinaire, une idée fixe : convertir les juifs,son
charisme faisait déplacer des foules (10000 flagellants), il fut le
créateur du Sanch, se donna le titre D'Ange de l'Apocalipse et fit
quelques miracles... un ami de Pape Benoit XII (alias Pierre de La Lune
alias Cardinal d'Aragon), encore une personnalité qui joua un rôle
important dans la région.


Citation:
Pendant
la grossesse, sa mère entendait souvent un chien aboyer dans son
ventre. L’archevêque de Valence interpréta ce signe en prédisant que
son enfant serait un grand prédicateur. Il naquit à Valence, en Espagne
en 1350.

Il y avait une épouvantable sécheresse qui désolait le pays depuis
plusieurs mois. La mère de Vincent, penchée sur le berceau, entendit
son bébé dire :”si vous voulez de la pluie, portez-moi en procession”.
La mère courut en avertir les autorités qui organisèrent la procession
le soir même. Il s’en suivit des pluies torrentielles.

Il devint dominicain en 1367 et fut un très grand orateur qui galvanisait les foules.

Pierre de Lune élu Pape sous le nom de Benoît XIII, à Avignon,
appela Vincent et en fit son confesseur. Celui-ci aida à mettre fin au
schisme d’Occident.

Plus tard, rompant avec le Pape, Vincent se mit à parcourir
l’Europe. Une foule de gens le suivait. Il s’agissait principalement
des Flagellants qui ne cessaient de se fouetter en processions. Ils
furent jusqu’à 10.000. Mais un groupe stable de 300 personnes le
suivait régulièrement dans ses pérégrinations.

S’ensuivit une ahurissante épopée (qu’il serait trop longue à
raconter ici) pendant laquelle Vincent s’arrogeait le titre d’Ange de
l’Apocalypse.

Un de ses miracles, à Valence, fut de transformer en beauté une
femme qui était si laide qu’elle se faisait chaque jour battre par son
mari. Il rendit discrète une autre femme qui irritait son mari tant
elle était bavarde. Il lui avait recommandé de mettre de l’eau bénite
dans sa bouche lorsque son mari rentrerait à la maison, ce qui la
rendait muette.

Devenant vieux, il se fatiguait beaucoup à marcher, pour cette
raison, on lui avait fait cadeau d’un âne chétif. Comme il voulait le
ferrer, il s’adressa à un maréchal ferrant. Dès que l’âne fut ferré,
Vincent lui avoua qu’il n’avait pas d’argent pour le payer. Le maréchal
ferrant menaça de ne pas lui rendre la bête. Mais Vincent s’adressa à
l’âne en lui demandant de rendre les fers à l’artisan. L’âne secoua
alors ses pattes l’une après l’autre et les fers se détachèrent puis
tombèrent sur le sol.

Le maréchal ferrant était si, impressionné qu’il se jeta aux pieds
de Vincent et lui demanda pardon pour son avarice tout en lui faisant
cadeau des fers.

Il finit par mourir à Vannes le 5 avril 1419. On se déchira ses
reliques entre Vannes et Valence, mais l’essentiel de son corps est
toujours à Vannes.

Il est invoqué pour les chevaux, sans doute en raison de son nom.

A la saint Vincent s’il fait beau, y aura moins de vin que d’eau.


On lui attribue le don des langues...

Plus d'infos ici :


Citation:
Vincent Ferrier parcourt l'Aragon, la Castille, le Léon, les Maures
d'Andalousie. Il remonte vers Toulouse en 1416, traverse le Massif
Central, la Bourgogne, la Franche-Comté, la Savoie et la vallée de la
Loire.

En 1418, il arrive en Bretagne. Il prêche à Nantes, Guérande,
Vannes, Redon, Rennes, Saint Pol de Léon, Quimper, Guémené-sur-Scorff,
Pontivy. Il rentre à Vannes épuisé par une telle marche et tant de
prédications. Sentant sa fin venir, il veut rentrer en Espagne, mais
une tempête l'en empêche. Il meurt dans une maison de Vannes près de la
cathédrale.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:14

Je
dévore la plupart des sites traitant de l'Abbé Saunière et de Rennes el
Chateau (Rhédae à l'origine) qui aurait été d'abord investi pas les
Wisigoths, puis les Romains...

Il y a tant à dire que je ne sais plus où donner de la tête, mais pour résumer :

B. Saunière, curé malgré lui du village Rennes le chateau, aurait
commencé des fouilles pour rénover l'église délabrée avec l'argent
prêté par la mairie, et découvert dans 3 fioles des parchemins
énigmatiques (des passages de la Bible écrits en Latin) . Après se les
avoir fait expliquer à Paris par l'Abbé Vieil, il en obtient les copies
et c'est à son retour qu'on remarque un comportement définitivement
étrange : dépenses énormes (dont les sources restent le point essentiel
des mystères qui en font sa légende : trafic de messe ? Découvertes du
Trésor des Celtes, Wisigoths, Cathares, Templiers ? ils auraient tous
investi cette région) pour diverses constructions dont la Tour
Magdalena (Bibliothèque).. un bénitier surmonté d'un diable boiteux
(n'oublions pas que Dragon/Dracula= Diable), excursions étranges dans
la campagne alentour, explorations de tombes (il déplace deux pierres
tombales, dont celle de Marie de Négir d'Albes, morte en 1781, épouse
de Francis d'Hautpoul, seigneur de Rennes-le-Château.) voyages durant
deux ans ( Il ouvre un compte en Banque à Perpignan. Un autre à
Toulouse. Un autre encore à Paris et un quatrième à Budapest. ), il peint lui-même le visage de Marie Madeleine,
visites de personnages intrigants et grand train de vie, interdictions
de poursuivre sa profession car soupçonné de détourner l'argent de ses
messes à des usages personnels et fortune entièrement léguée à sa jeune
servante à sa mort (hémorragie cardiaque). Son frère est encore plus
"exotique" : amant d'une marquise, père de deux enfants de femmes
différentes, il aurait fréquenté les milieux occultistes :
Franc-maçonnerie Egyptienne, Martiniste, R&C et mourut alcoolique.

Voici quelques liens :

http://tresorcathare.free.fr/tresor2/html/rennes2.html

http://www.rennes-le-chateau.org/enigmes/secretbs.asp

http://www.octonovo.org/rlc/fr/ctrb/new01.htm

Le diable en question :





L'histoire de Rennes le Chateau avant Saunièren, où il serait question de ces Wisigoths, Cathares et Templiers :


(mais c'est mieux présenté sur le site.


Citation:
Des gaulois...à Saunière



Les premiers habitants de l'aereda celtique, les gaulois atacins, riverains du fleuve atax ( l'Aude ).

Seule la toponymie peut attester de leurs présence : AER.RED, le
serpent coureur la vouivre des anciens qui marque l'influence des
forces telluriques, est une divinité celtique pyrénéenne. Granes,
Véraza, Camps, Parahou, etc.



Les romains conquirent successivement ces territoires appelés à subir la pax romana jusqu'en 440.

à cette date, Clovis vient assiéger Carcassonne, défendu par l'envahisseur wisigoth Alaric II.

Carcassonne fut sauvé par les hordes de Théodoric son beau père.

Le 24 août 410 Alaric était entré dans Rome pendant 6 jours, la
vouant au pillage. ( le trésor de guerre des wisigoths accru ainsi le
pillage du temple de Salomon ) volé par les Romains de Titus en l'an 70
et détenu à Rome depuis.



Au début du VI ème siècle l'oppidum wisigoth de Rhédae est place forte.

La ville s'étendait du Lauzet à Jaffus, l'Aram.



S'appuyant sur une charte de 831, Vaissette pense que le premier
comte du Razes était Guillaume, descendant de Théodoric, roi des
wisigoths d'Espagne.

L'histoire reste muette sur Guillaume 1er, comte de Rhedes



La France subit le coup de partages du royaume et de quelques invasions venues du Nord ;

Puis au X ème et XII ème siècle connut une période de croissance économique.



Du X ème et XII ème siècle de notre histoire, vont se croiser en
Languedoc, les Templiers, les Cathares et Blanche de Castille régente
de Louis IX, futur Saint louis.



Louis IX monte sur le trône de France le 24 avril 1234

Plusieurs rumeurs courent sur d'éventuels trésors laissés par sa mère Blanche de Castille dans le Razes.

Une autre rumeur lui fait rebâtir le Château de Blanchefort et y enfouit son trésor.



Les Cathares

Le catharisme est peut être venu de Bulgarie, s'installe progressivement en Occitanie.

Les coutumes des Cathares ne tardent pas à être déclarées hérétiques par le pape



Les Templiers

Voir les templiers dans la vallée du Bézu et dans le Razes ( C.E.R.T. )



A la fin du XIII ème siècle, Pierre de Voisins hérita de Rennes le Château.

A partir du XV ème siècle, Rennes le Château et tout le Razes
sombrèrent dans un sommeil qui calma toutes les ardeurs d'un glorieux
passé historique.

Cependant le mystère de Rennes perdura en silence avec les seigneurs successifs.

Les Hautpoul, gardèrent malgré eux l'anonyme secret des richesses consignées dans le testament de leurs pères.



A la fin du XVII ème siècle les Hautpoul prirent le titre de Blanchefort

Marie de Negri d'Ables, veuve de François d'Hautpoul

Blanchefort reçut le notaire en 1780 d'importants papiers, probablement le document inconnu.

Marie de Negri d'Ables mourut le 17 janvier 1781 à l'âge de 67 ans

Antoine Bigou curé de Rennes le Château fit graver son épitaphe.

Cette dalle dite la pierre de Blanchefort. Cette pierre tombale comportait quelques problèmes typographiques

( voir la rubrique décryptage )



Arrivée de Saunière à Rennes le Château le 1er juin 1885.

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Satyneh le Lun 27 Avr - 13:15

Gravures comportement le IHS maçonnique dans une église proche de Rennes le chateau et Rennes les Bains :




Citation:
la
présence centrale du monogramme IHS surmonté de la croix , rarement
employé dans l’emblématique maçonnique, semble nettement renvoyer au
Saint - Devoir des compagnons tailleurs de pierre(5). Il convient à cet
égard de souligner que Marseille était ville de Devoir (6) pour les
Compagnons Passants tailleurs de pierre et qu’elle était également
importante pour la famille rivale de ceux-ci, celle des Compagnons
Étrangers. Cette importance ne résulte pas seulement de la richesse
économique de la cité, apte à fournir en abondance du travail aux
tailleurs de pierre, mais aussi du légendaire compagnonnique, puisque
c’est à Marseille qu’aurait débarqué Maître Jacques, le fondateur des
Compagnons Passants tailleurs de pierre, à son retour du chantier du
temple de Salomon.

Le fait qu’un architecte puisse se rattacher au Compagnonnage ne
présente aucune difficulté dans le contexte de l’époque et cela est
attesté pour plusieurs d’entre eux. En effet, à cette date et notamment
hors Paris, la formation par le biais des académies d’architecture ne
l’ emporte pas encore sur la formation sur le chantier. On citera par
exemple le cas de Pierre Cailleteau († 1724), dit « L’Assurance »,
ancien dessinateur de Mansart et de Cotte , architecte de nombreuses
parties de Versailles et d’un très grand nombre d’édifices parisiens,
et dont le fils, Jean († 1755), lui aussi architecte renommé et membre
de l’Académie d’Architecture, fut anobli par Louis XV sous ce nom de
Compagnon: de L’Assurance (7).

Rien n’empêche donc d’envisager que l’architecte et franc-maçon
Kapeler fût également Compagnon tailleur de pierre, ce qui expliquerait
la présence de l’IHS.






@ Kamikaze : comme j'ai le même pb que toi je quote la plupart du temps à la main c'est plus simple pour moi

Satyneh
Admin

Messages : 996
Date d'inscription : 26/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://archivageovdt.onediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dracula

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum