Harumitsu Hida

Aller en bas

Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:13

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 9:42 am



Harumitsu Hida !

Voilà un personnage mythique par excellence, sa vie et son approche de
l'art martial dans ses origines fondamentale inspira grand nombre de
pratiquant de toute discipline, même si Harumitsu Hida se refusa
catégoriquement de fonder une école ou même d'avoir des disciples.


bonne lecture !



**************************************************************************************************************************************

Introduction





Bien qu'elle touche à l'amélioration de la santé et au bien-être,
la méthode de Hida est différente de la plupart des pratiques de
qi-gong ; contrairement à ces dernières, celle-ci ne s'appuie pas sur
une sensation particulière ; elle vise directement un renforcement du
bas-ventre (centre du corps) en rapport avec différents muscles. Cette
démarche, s'appuyant sur les exercices musculaires, est très concrète
et tangible.






Cette méthode est très souvent utilisée dans les arts martiaux ou pour
la recherche de bien-être mais personne, mis à part son fondateur
lui-même, n'a pu acquérir autant de capacités. C'est qu'elle est une
création originale de Me Hida. On peut alors se demander si cette
efficacité est limitée à sa personne, ou bien s'il manque quelques
éléments pour qu'elle puisse être applicable. Je pense que c'est cette
seconde éventualité qui s'avère être juste. Pourquoi ? Parce qu'un très
grand ascétisme est nécessaire pour appliquer cette méthode ; on peut
même dire qu'elle la caractérise. Lui-même l'affirme clairement : « il
est inutile que j'enseigne cette méthode à des personnes qui ne veulent
pas l'approfondir », c'est-à-dire qui ne veulent pas y engager la
totalité de leur existence. L'application de cette méthode totale
nécessite une régularisation de la vie toute entière, au point de vue
du rythme de la vie, de la nourriture, de la manière de voir les
choses, etc. Une application partielle ne permet pas de produire des
résultats comparables à ceux de Me Hida lui-même.






Bien qu'elle ait été mise au point par Me Hida, qui était en très
mauvaise santé, elle nécessite paradoxalement une très bonne condition
physique. Pour ceux qui n'ont pas eu une pratique progressive, la
posture très cambrée du bassin risque de causer des problèmes. C'est là
un premier point auquel il faut faire très attention ; après chacun des
exercices, il conviendra de veiller à la posture du bassin pour
compenser le surplus des efforts.






La méthode en question n'est pas magique. C'est une pratique globale
qui englobe toute une manière de vivre. Certes, les exercices pratiqués
dix minutes chaque matin, mettent le moteur énergétique en marche pour
la journée, mais ce n'est qu'à condition de vivre de la manière qui
convient, à la notion de voie qu'implique cette méthode. C'est là un
problème et une difficulté majeurs.






A la fin du texte figurent, en annexe, quelques dessins, tirés de
documents personnels, destinés à favoriser la mémorisation pour les
élèves qui suivent mon enseignement. Parmi ceux-ci on trouvera dix kata
de base ; il convient que le lecteur constitue ses commentaires et son
propre aide-mémoire à partir de sa pratique.


La méthode de Hida : comment renforcer le corps et l´esprit







Aujourd'hui, la méthode des arts martiaux trouve en grande partie sa
signification dans l'équilibre qu'elle apporte à notre vie. De ce point
de vue, j'ai constaté un déséquilibre dans le travail des arts martiaux
qui nécessite sans cesse le recours à d'autres méthodes spirituelles ou
énergétiques pour compenser certaines défaillances ou déséquilibres. En
ressentant les manques de la méthode du karaté, j'ai entrepris une
recherche qui m'a mené à l'étude de différentes écoles qui, au Japon et
en Chine, pratiquent un travail énergétique et parmi elles la méthode
Hida.






Qui était Harumitsu Hida ?



Harumitsu Hida était de santé très fragile. Adolescent, il décida
d'améliorer son état de santé et commença à étudier seul, l'anatomie,
la physiologie, en même temps que les différentes méthodes
traditionnelles de renforcement physique orientales et occidentales. Il
aboutit à prendre conscience du rôle essentiel du tanden, clef de voûte
des arts martiaux orientaux et en approfondit la connaissance. Par ses
longues recherches solitaires, et par un travail d'introspection dirigé
principalement sur son corps, il finit par établir sa propre méthode
qu'il nomma « Sei-chûshin-dô » (la voie du centre véritable). Grâce à
cette méthode, il acquit des capacités physiques et mentales
exceptionnelles et réalisa, à plusieurs reprises, des exploits
surprenants.


Je pense que votre intérêt pour H. Hida et pour sa démarche augmentera si vous
savez à quelle sorte de capacités il était parvenu, bien qu'à première
vue leur véracité suscite quelques doutes. Cependant, il existe de
nombreux témoignages concordants sur ces points. Citons quelques
phrases que je traduis de son ouvrage « Sei-chüshin-dô », Hidashiki
kyôkenjutsu, Ed. Sôjinsha, Saïtama 1980 :


« Le 18 Juin 1922 (il était âgé de 39 ans), dans la nuit, je suis monté
dans mon dôjô qui est une petite cabane de 4 m² solidement bâtie sur
les grosses branches d'un arbre énorme... J'ai fait l'exercice des
muscles grand oblique, qui est le quatrième de mes exercices de base.
C'est celui des exercices de base auquel j'attache la plus grande
importance.


Je me suis mis en position debout, les pieds largement écartés, en
cambrant le bassin, j'ai levé les mains par les côtés jusqu'au-dessus
la tête, tout en inspirant. A ce moment les genoux sont bien tendus et il faut sentir le poids du corps descendre jusqu'aux orteils.



J'ai croisé les mains au-dessus de la tête et abaissé les bras tendus
en expirant. En même temps, j'ai rentré la poitrine, creusé le plexus
solaire, poussé le bassin en arrière et donné une forme ronde à la
partie basse du ventre. En même temps, j'ai fléchi les genoux et j'ai
abaissé le centre de gravité en ramenant le poids du corps sur les
talons.


J'étais absorbé dans la répétition de cet exercice, ignorant ce qui était en face de moi.



J'ai ressenti tout
d'un coup une grande puissance, effrayante, qui a jailli à partir du
centre de mon corps, situé entre le bassin et le ventre, comme si
j'avais entendu un son puissant.


J'ai eu l'impression que cette force traversait le parquet, pénétrait
dans la terre, atteignait le centre de la terre, puis partait vers
l'infini de l'univers. Je me suis dit :



« Oh ! C'est une force infinie ! »



J'ai été convaincu qu'il s'agissait de l'énergie infinie, celle de
l'univers, la source même de la vie. J'ai été rempli d'une immense
joie, une joie consistante et tranquille à la fois, comme une montagne
dans le calme profond du cosmos...


Rempli de joie, j'ai effectué l'exercice des muscles obliques en
utilisant du kiaï. Lorsque j'ai posé puissamment mon pied droit sur le
sol avec un kiai, j'ai entendu un bruit sourd. Qu'est ce qui était
arrivé ? J'ai vu un trou de la forme de mon pied dans une solide
planche de 2,5 cm d'épaisseur. Une seconde fois, puis. une troisième
fois, j'ai effectué le même exercice. A chaque essai, mon pied a
traversé la planche qui n'offrait aucune résistance. Au quatrième
essai, en traversant la planche, mon pied a rompu le bois de support de
12 cm d'épaisseur en marquant nettement la forme du talon. Aujourd'hui
je conserve dans mon dôjô la planche et le bois du support cassé pour
commémorer cette expérience.


Qu'est ce que cela veut dire ? Par la suite j'ai examiné avec soin la
position et le mouvement de mon corps lorsqu'une si grande énergie l'a
traversé. J'ai attentivement cherché pour quelle raison une telle force
avait jailli.


J'ai compris. C'est du centre, brûlant comme un fer rouge, qu'émane une
sincérité pure. J'avais traversé et étais allé au-delà des exercices
basiques du kata, c'est-à-dire que j'avais formé deux forces
équivalentes dans le ventre et dans l'arrière de bassin, ce qui
nécessite une forme cambrée du bassin, les fesses sont bien poussées en
arrière, le bas du ventre est poussé vers le bas, le plexus solaire
n'est plus creusé et le centre de gravité était dirigé au-dessus du
centre de chaque pied. C'est cela la forme juste.


Après avoir traversé bien des difficultés, j'étais parvenu à une
victoire finale. Il n'y a que ce principe qui puisse renforcer le corps
et l'esprit à ce degré. Que cette sensation est agréable et pure.
Comment pourrais-je communiquer aux autres cette expérience ? ».






La méthode de transformation



En poursuivant l'élaboration de sa méthode, H. Hida tente ensuite de
diminuer le temps requis pour les exercices quotidiens car il pense
qu'il ne s'agit pas de s'exercer durant plusieurs heures chaque jour,
mais de s'exercer le plus brièvement possible pour déclencher une
marche juste du corps pour toute la journée. Il pense que dix minutes
par jour d'exercice quotidien doivent suffire pour appliquer la
méthode. Il écrit ensuite :


« Au fur et à mesure que j'avançais dans ma recherche j'ai commencé à
raccourcir le temps. En commençant à dix minutes, je suis arrivé à cinq
minutes, à deux minutes et demie. Finalement, aujourd'hui je n'ai
besoin que de 40 secondes pour effectuer les vingt gestes de mon
exercice afin de faire jaillir une grande énergie du centre du corps.
Pourtant je n'aurais jamais imaginé qu'une telle chose soit possible...
».


Dans sa démarche H. Hida adopte une attitude scientifique mais, depuis
la nuit du 18 Juin 1922, il semble avoir acquis des capacités
inexplicables. Il effectue, devant de nombreuses personnes, différentes
expériences surprenantes, en disant : « Ce sont des choses dérisoires, tout à fait logiques. ».

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:14

suite ....

Témoignage sur les expériences



« Le maître a fait couvrir sa tête avec un cylindre en acier de double
épaisseur qu'il a fait recouvrir d'une étoffe, ce qui fait qu'il était
couvert jusqu'aux épaules ; il est impossible de voir quoi que ce soit
dans ces conditions. Il prenait alors la main d'une personne et lisait
les lignes de la main et trouvait aussi la moindre tache sur les mains.
Il pouvait connaître la partie cachée des vêtements et le contenu des
poches d'une personne. Il était aussi capable de lire couramment un
livre que tenait une personne qui se trouvait de l'autre côté d'une
cloison. Pour cela, il n'avait pas besoin de regarder dans la direction
de la personne en question. Il se mettait dans cette direction
uniquement pour que les assistants puissent entendre plus facilement sa
voix afin de constater la concordance entre sa lecture et le texte du
livre. Il pouvait nous raconter ce qui se passait à la station du bus,
cinq à six cents mètres plus loin. Il savait voir ce qui se passait
dans les pays étrangers et souvent connaissait les événements à
l'avance.
Il prenait un petit arc d'enfant. Je me plaçais à n'importe quel
endroit en tenant un morceau de fil de fer à la main ; sa tête était
couverte du cylindre en acier et, par conséquent, il ne pouvait pas me
voir. Mais, à chaque tir, la flèche touchait mon fil de fer. Il en
allait de même quand je me déplaçais. Je lui ai demandé : « Sur mille
ou dix mille essais, vous
pouvez peut-être rater une fois ? ». Le maître répondit en souriant : «
Impossible que j'échoue car je lâche la flèche après avoir touché la
cible. »

Le maître a fait des expériences de calcul de chiffres avec des
experts en boulier. Le maître disait que cela lui était égal, même s'il
y avait trente six mille chiffres. Mais cela est impossible avec les
bouliers, ils ont fixé le nombre de chiffes à une vingtaine. Il
s'agissait de faire des calculs de multiplication, de division, de
soustraction et d'addition avec des nombres d'une vingtaine des
chiffres. Ils commencèrent ensemble et le maître trouva la réponse
chaque fois en moins de huit secondes et attendit la réponse des
experts en boulier. Il ne s'est jamais trompé dans la réponse.

Quelqu'un écrit sur le tableau un nombre composé de plus de dix
chiffres. Une autre personne écrit aussi un nombre composé de nombreux
chiffres. Le maître se place toujours dans des conditions où il ne peut
pas voir le tableau. Il dit à quelqu'un :

« Vous divisez le premier chiffre en deux ou en trois, comme vous voulez. »

Il effectue, à plusieurs reprises, des additions, soustractions,
multiplications et divisions. Finalement, il obtient le nombre écrit
par l'autre personne.
Il fait préparer vingt à cinquante dés et, sur chaque face, écrit un
nombre composé de trois chiffres. Les nombres écrits sur les faces de
tous les dés sont différents. Le maître dit que le nombre de dés n'a pas d'importance mais, pour la commodité du calcul, nous l'avons limité à ce nombre.

On pose tous les dés sur une planche et on les jette en l'air. Les dés
tombent sur le tatami, sur le bureau, sur la chaise. Le maître écrit
immédiatement deux nombres dont l'un correspond à l'addition totale des
nombres écrits sur la surface du haut de tous les dés, l'autre
correspond à celui de surface cachée. Parfois, il écrivait la réponse
avant que quelques dés lancés en hauteur ne s'arrêtent de rouler sur le
sol.

Le maître avait une mémoire extraordinaire. il gardait en mémoire tout
ce qu'il avait lu depuis son entrée à l'université. Les codes civils,
les soutra, la bible, les ouvrages littéraires et scientifiques
japonais ou étrangers. Il s'était entraîné pour pouvoir ressortir
immédiatement tout ce qu'il avait mémorisé. Il m'a dit : « Vous aussi, vous mémorisez tout ce que vous avez vu et entendu mais, seulement, vous ne savez pas le classer, ni le stocker, ou plutôt vous ne faites pas d'effort pour le classer, c'est pourquoi vous
ne pouvez pas le retrouver à votre guise. ». J'ai supposé, en entendant
ces paroles, que sa mémoire est bien classée, comme des livres dans une
bibliothèque. Je regrette de ne pas lui avoir demandé de m'apprendre
les exercices de base pour acquérir cette capacité car j'étais chaque
fois trop ému.

Vous
ôtez le fond d'une boîte à thé cylindrique. Le maître place une mince
feuille de papier à la place du fond et remplit d'eau cette boîte. Il
lève cette boîte mais aucune goutte d'eau ne tombe. Il pose une autre
feuille de papier sur l'autre côté et il attache un fil au milieu et il
tient cette boîte cylindrique en équilibre horizontalement. Il laisse
cette boîte accrochée, aucune goutte ne tombe, même après plusieurs
jours.

Vous coupez un papier ordinaire en lamelles de trois centimètres sur douze environ. Vous le pliez en deux endroits pour former un U. Sur chaque partie pliée, vous accrochez un anneau de fil de fer et vous
prenez un des deux anneaux avec vos doigts de sorte que l'autre anneau
reste suspendu sur l'autre pli du papier. Parfois le papier ne peut pas
retenir le poids de l'anneau. Maintenant, sur cet anneau, vous attachez un bloc de pierre que vous
ne pouvez soulever qu'avec effort (20 kg). Comment peut-on songer à le
soulever dans ces conditions ? C'est impossible. Pourtant, après avoir
déterminé sa position avec un kiaï, le maître l'a soulevé. La chose
incroyable est que les plis du papier sont demeurés inchangés et la
lourde pierre a été soulevée. Il répéta plusieurs fois le même essai.
Il n'y avait aucun trucage, nous étions si près que pouvions toucher
les objets. Le maître expliqua ainsi ce phénomène : il avait employé la
force cosmique qui, en traversant les objets tels que le papier et le
fils de fer, les rend bien plus puissants. Pour avoir recours à cette
force, il forme une sorte de globe en plaçant une force égale au bas du
ventre et derrière le bassin. Il place le centre de ce globe au milieu
de l'écartement des pieds, puis il oriente ces deux points exactement
vers le centre de la terre afin que ces trois points forment un seul
alignement.

Le maître disait qu'il ne s'agissait pas d'un pouvoir étrange, ni
d'un miracle et que tous peuvent le faire, s'ils s'entraînent
correctement. ».





Religion ou méthode de formation ?



Un grand nombre d'exploits similaires accomplis par H. Hida sont
rapportés. Ils ont tous été réalisés entre 1920 et 1956, il existe donc
un grand nombre de publications les rapportant. Nous pouvons prendre
une position sceptique à propos de tout
ceci. Personnellement, je n'ai aucune possibilité de démontrer
l'authenticité de ces expériences et je n'ai pas non plus de moyen de
les démentir. Il reste le nombre important de publications convergentes
qui vont dans le sens de l'authenticité. J'ai rencontré jusqu'ici
quelques personnes qui m'ont montré des capacités peu ordinaires, ce
qui m'incline à croire à l'authenticité des expériences de H. Hida. Mon
jugement est donc partagé : je ne peux pas proposer d'interprétation
scientifique de ces expériences, mais mes observations me montrent que
des phénomènes de cet ordre peuvent exister. Il est vrai aussi que
beaucoup de phénomènes extraordinaires s'expliquent par les trucages
dont nous connaissons le raffinement par l'art des prestidigitateurs.
Mais il s'agit d'une dimension différente.


J'ai effectué, il y a plusieurs années, une recherche sur la formation
des groupes religieux au Japon et j'ai été surpris d'apprendre que le
nombre des groupes déclarés officiellement est supérieur à cent mille.
Ces groupes forment, pour la plupart, une constellation autour d'un
personnage « sacré ». Nombre d'entre eux m'ont paru douteux, mais une
centaine de groupes semblent s'être formés autour d'un personnage aux
capacités peu ordinaires. La personne centrale exerce souvent un
pouvoir important et certaines expériences faites publiquement sont
considérées comme des « miracles ». En étudiant les religions avec
quelque distance, nous pouvons remarquer un certain nombre de
phénomènes inexplicables qui sont considérés comme des miracles et des
signes de divinité. Par exemple, Wanisaburô Deguchi, maître de Morihei
Ueshiba, dirigea le groupe religieux d'Omoto-kyô avec ses capacités peu
ordinaires. Notons que ce groupe fut une des cibles critiques de H.
Hida qui le jugeait comme une tromperie envers le peuple. En effet, H.
Hida a toujours refusé énergiquement que son groupe ne devienne un
groupe religieux. Sa thèse est en effet que toute personne qui
s'investirait à fond et correctement dans la méthode qu'il a mise au
point pourrait atteindre les capacités qui sont les siennes.






Après la découverte de sa méthode, il a effectué pendant de longues
années un grand nombre de conférences en vue de provoquer une réflexion
pour construire une meilleure société à partir d'une formation globale
de l'homme. Sa santé extraordinaire masquait son âge réel : à 55 ans,
personne ne lui donnait plus de 25 ans et il a dit
qu'il devenait de plus en plus fort et qu'il ne voyait pas la limite de
sa progression. Cependant, avec ces mêmes capacités, il entre dans
l'action politique pour éviter que le Japon n'entre en guerre et, dès
le début de celle-ci, il prévoit le destin tragique du Japon et voit en
noir l'avenir de l'humanité. Il s'éloigne alors de la société pour
vivre dans la nature. Surtout après la guerre, s'étant retiré dans sa
demeure à la campagne, il refuse obstinément de recevoir des visiteurs.



A partir du début juillet 1956, il cesse de manger et de boire et
s'éteint de lui-même au bout de 49 jours. Qu'est-ce que signifie cette
mort volontaire ?


J'ai présenté très rapidement la personne de Harumitsu Hida qui est,
pour moi, le plus grand maître de notre époque dans la voie du corps
conçue comme une recherche de perfectionnement de l'homme. Par la
formation de sa méthode et par son expérience, il nous enseigne une
possibilité ouverte aux efforts de chacun. Il dépasse largement la
préoccupation d'être efficace en art martial. Cependant, il a reçu à
plusieurs reprises des experts d'arts martiaux qui ont reconnu
immédiatement leur défaite car son approche touche en plein la question
de l'efficacité. Nous le verrons en retraçant son itinéraire.

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi


"Dernière édition par Proximus Oscultor le Mer Juin 18, 2008 10:35 am; édité 2 fois"

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:15

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 9:44 am
Je pense que le meilleur élément de réflexion est la lecture directe des
textes du fondateur d'une méthode. C'est pourquoi je présenterai les
grandes lignes des ouvrages de H. Hida avec un minimum de commentaires.







Harumitsu Hida est né le 25 Décembre 1883. Son père, Tatemitsu Kawaï,
était médecin. Lorsqu'il avait six ans, sa mère et trois de ses frères
et soeurs moururent de maladie et, lui-même, était très fragile et
maladif.


Voici comment il se présente dans ses écrits.







Enfance



« J'étais le huitième enfant d'une famille à la vie peu lumineuse. Mon
père avait déjà 50 ans à ma naissance et ma mère, âgée, manquait de
lait... J'étais très fin, avec un visage et aussi une démarche de
fille. En jouant, les autres enfants me portaient souvent sur leurs dos
car j'étais très léger. Les invités de la maison me demandaient souvent
si j'étais une fille. Mes os étaient fins et ma peau était pâle, sèche
et sans graisse. C'est pourquoi on me mettait souvent de l'huile sur tout le corps...



C'est ainsi que la mort s'apprêtait à venir me chercher, comme mes
frères et soeurs. Quand j'avais six ans, j'ai été atteint du typhus qui
a provoqué une pneumonie et de l'asthme accompagné de violentes
diarrhées. Avec 40 de fièvre, j'étais tellement affaibli que les
médecins ont déclaré mon cas sans espoir.


Mon père, qui avait perdu un fils la même année, était au bord du désespoir. Le jour de la fête des morts approchait. Il a dit
: « J'aimerais qu'il survive, ne serait-ce que pour ces trois jours,
afin de passer la fête des morts avec lui. ». Je ne suis pas mort, mais
j'avais littéralement la peau sur les os...


J'ai été continuellement malade pendant toute mon enfance et je me suis
familiarisé avec toutes sortes de médicaments. Mon système digestif
était fragile, j'avais en permanence des migraines et des
étourdissements, je m'enrhumais tout
le temps. L'espace de ma vie était un lit de malade. L'image de mon
enfance est celle d'un garçon qui n'a que la peau sur les os, et se met
tristement debout en rétrécissant son corps misérable dans le vent
froid. Quelle sombre enfance !...


Plus tard, mes camarades m'ont surnommé « feuille de roseau », je
n'étais pas capable de me révolter contre un surnom aussi humiliant. Je
n'avais qu'à l'accepter et, quand c'était trop pénible, je partais sans
me faire remarquer... Mes biceps n'étaient pas plus gros que mes
poignets, j'avais honte de mon corps. Je soupirais en pensant que mon
corps ne pouvait pas supporter le moindre effort. J'ai été
effectivement une « feuille de roseau » ... ».






Il décide de se transformer



A dix-huit ans, la conscience de sa fragilité désespérante va faire naître en lui la décision de transformer son propre corps.



« J'ai commencé un jour à penser à mon avenir, à mon destin social, j'ai eu peur et ai commencé une autocritique. Je me suis dit
: « Hé ! Harumitsu, qu'est-ce que tu vas faire en étant si nul ! Un peu
de froid et tu es déjà enrhumé. Tu manges un peu et tu as déjà mal au
ventre, puis une diarrhée. Tu marches un peu et tu es fatigué. En
dormant, tu n'as que des cauchemars. Quel intérêt y a-t-il à vivre de
cette façon ? Quelle triste vie que tu mènes, la seule chose à laquelle
tu es bon est de nourrir la terre de ta tombe. »


Cette pensée horrible m'a traversé le coeur et un grand tourbillon
s'est élevé dans ma poitrine si opprimée par un sentiment
d'infériorité...


Au fond de moi-même, j'ai voulu obtenir une bonne santé et un corps
robuste, comme un assoiffé désire boire. Je ne voulais pas obtenir une
bonne santé seulement pour n'être pas malade mais je voulais devenir
fort, vraiment fort, afin de pouvoir faire quelque chose courageusement
pour les autres. Ce désir était une détermination dans laquelle je
m'investissais tout
entier, ce qui m'a permis finalement de transformer mon corps et mon
esprit. C'était au mois d'avril de l'année 1900, j'avais 17 ans...


Les plantes grandissent comme une flamme en été, l'automne arrive, puis
l'hiver, elles se rétractent sous la neige. Pourtant elles vont se
réjouir du soleil dès l'arrivée du printemps. Mais si la neige les
couvrait lourdement durant quatre ou cinq années, ces plantes
mourraient toutes. Est-ce que mon corps n'est pas semblable à ces
plantes recouvertes trop longtemps de neige pour pouvoir repartir au
printemps ? Ma vitalité ne s'est-elle pas complètement étiolée ? Si,
dans ces conditions, je fais des exercices, je risque de me détruire
complètement. Comment faire alors ? Eh bien ! Il suffit que je meure...



Dans mon état, il n'y a que deux solutions : ou je gagne ou je meurs.
C'est l'honneur de l'homme de mourir en tentant de réaliser son but.
C'est ainsi que j'ai fait le premier pas...


J'ai pensé qu'il fallait acquérir une base solide pour ma démarche. Je
devais donc connaître la structure du corps humain. Pour cela, j'ai
rassemblé les livres d'anatomie et de physiologie de la bibliothèque de
mon père. Je me suis plongé dans la lecture de ces livres que j'ai lus
avec respect, comme un chrétien lit la Bible..., car il s'agissait
d'ouvrages déterminants pour mon existence en ce monde...


En étudiant les fonctions internes du corps, des organes et des
viscères, j'ai été profondément frappé par le mystère de la vie qui
existe dans la nature. Avec une surprise et une profonde admiration,
j'ai dû reconnaître l'oeuvre divine et j'ai acquis la conviction qu'il
existe un rapport étroit entre la croyance et la science.


Apprendre ce que sont le métabolisme et le renouvellement des cellules
m'a particulièrement encouragé. Le corps humain n'est pas comme une
statue en pierre ou de caoutchouc, il fonctionne activement et est
capable de se renouveler. Si je réussissais à développer correctement
cette capacité vitale immanente, j'étais sûr de pouvoir transformer
complètement l'état actuel de mon corps, si lamentable et si laid. Si
les cellules de ceux qui sont en bonne santé se renouvellent au bout de
7 ans, je mettrai 10 ans pour sortir de ma situation de faiblesse. Je
mettrai 15 ans pour arriver à l'état d'un corps ordinaire et en
persévérant pendant 20 ans, en y investissant ma vie, je pensais
pouvoir dépasser le niveau ordinaire. Au printemps, un prunier fleurira
d'autant plus parfumé qu'il a traversé un hiver plus sévère. L'émotion
de cette décision m'a fait monter les larmes aux yeux...


Lorsque j'ai lu la phrase : « Une exquise odeur de prunier printanier
se forme, justement parce qu'il a traversé la sévérité de l'hiver sous
la neige. », j'ai été ému jusqu'aux larmes. Il me faut de la patience
et des efforts soutenus ! Mon chemin est certainement long et
difficile. Je dois devenir comme une fleur de prunier. Patience et
effort ! ! ». ».



L'étude solitaire



« A la suite de mes lectures sur l'anatomie et la physiologie, j'ai
collectionné toutes sortes de livres sur les exercices physiques et
j'ai lu aussi des livres de médecine, d'hygiène, de physiologie des
sports.


Chaque fois que j'ai rencontré un nouvel exercice, je l'ai pratiqué
immédiatement et y ai réfléchi. L'abondance des pratiques m'a imposé la
nécessité de choisir. Il faut dire que je n'ai jamais recherché une
méthode personnelle, je cherchais uniquement le moyen de me sauver de
ma misère physique...


J'ai donc pris pour modèle un corps parfait : la structure osseuse, les
muscles, la forme, les organes internes, la capacité sportive. D'une
certaine façon, il était ridicule, pour celui qui était le plus minable
de prendre pour modèle le corps idéal...


Je ne me suis donc pas arrêté aux méthodes banales, qui visent une
efficacité dérisoire, telles que la gymnastique simple, la respiration
profonde, les ablutions à l'eau froide et aussi quelques méthodes
d'hygiène visant un petit bien-être. Mon but était d'augmenter la
qualité et l'effet de tous ces exercices par un ensemble méthodique...


J'ai cherché une méthode qui réponde aux conditions suivantes :



- La pratique de la méthode ne doit pas être passive mais active puisqu'il s'agit d'obtenir un corps robuste et puissant ;



- L'exercice doit être un objectif en soi et ne doit pas être la préparation à une technique ;



- L'exercice ne doit pas nécessiter de dépense d'argent, ni
d'instruments. La santé doit être créée par l'unique effort du corps ;


- Le plus important est qu'il ne faut pas pratiquer un exercice qui
requiert beaucoup de temps. Si l'exercice est de longue durée, il
devient difficile de le faire tous les jours car il risque de causer
une fatigue inutile.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:16

J'ai construit ainsi ma décision de traverser ce
chemin de transformation du corps et, lorsque j'ai entendu parler d'une
personne qui s'est investie profondément pour réaliser son but, j'ai
sincèrement étudié sa démarche. Combien de fois ai-je été encouragé par
les autres, lorsque j'ai failli abandonner ? Car je n'avais pas de
certitude de réussir dans ma démarche, mais il fallait continuer
quelles que soient les douleurs de l'échec...


Lorsque j'ai lu la traduction du roman « Monte Cristo » (Alexandre
Dumas), j'ai été fortement ému qu'un prisonnier ayant creusé un tunnel
durant 7 ans et s'étant trompé de direction s'était apprêté à
recommencer sa tentative... Je mettrais 10 ans pour avoir le corps qui
est capable de s'échapper d'une maladie et au bout de 15 ans
j'obtiendrais un corps normal. Je réussirai, je réussirai... Un
prisonnier s'efforce de réussir dans sa prison ; moi, au moins, je suis
dans un monde libre. Comment pourrais-je ne pas essayer ?






Chaque fois que j'ai demandé à mon père un nouveau livre, il me l'a
acheté sans demander mon but. Il était simplement content de me voir
studieux.


Dans la maison, lors de mes exercices d'abdominaux et de renforcement
des différents muscles, je chutais, frappais le sol avec les pieds et
les mains, le dessus des tatamis a été déchiré en plusieurs endroits,
les supports du sols ont été déréglés, les portes coulissantes cassées
ou trouées, mais mon père ne m'a jamais grondé. Au contraire, il
semblait heureux de me voir ainsi, moi qui avais toujours été si
malade, de me voir bouger aujourd'hui avec tant de violence. M'a t-il
laissé faire par amour doublé de pitié envers un enfant sans mère ? Mon
père, comme mon frère aîné, m'a laissé faire tout
ce que je voulais. Malgré ma fragilité, c'est grâce à leur amour que
j'ai pu continuer à construire mon chemin. Chaque fois que je me
rappelle mon père, si affectueux, j'en ai les larmes aux yeux... ».





Premier résultat



« Rien n'est si extraordinaire qu'un acte effectué avec une
détermination vitale ; la sincérité ultime est capable de toucher le
ciel. J'ai réussi à atteindre mon premier objectif.


Car l'état de ma santé s'est amélioré rapidement. La couleur de ma peau
a changé. Mes bras qui étaient minces comme des baguettes se sont ornés
de muscles imposants, mes épaules sont devenues carrées. Comme je me
sentais bien dans ma peau ! Mon visage reflétait la vitalité, mes yeux
étaient vivants, mon nez et ma bouche tendus et pleins de force. Où
était l'ombre du malade de jadis ? Pourtant deux années seulement
s'étaient écoulées, alors que j'avais commencé en pensant mettre plus
de dix ans à obtenir un corps ordinaire...


Ainsi, en avril 1902, à 19 ans (vingt ans dans le texte de H. Hida),
j'ai pu entrer au collège de la Préfecture de Yamanashi, alors que mes
amis d'enfance en étaient déjà sortis depuis quelques années. Fier de
ma santé, j'ai fait chaque jour à pied le long chemin jusqu'à l'école.
Je n'ai jamais manqué la classe, ni été en retard, quel que fut le
temps, pluie, neige ou vent, car je n'étais plus la « feuille de roseau
»...


Je devais me lever très tôt le matin car il fallait marcher 8
kilomètres. Sitôt que je me levais, je faisais une série complète de
mes exercices dans ma chambre non éclairée. Je me lavais ensuite à
l'eau froide, puis prenais le petit déjeuner et partais pour l'école.
En hiver, lorsque je rentrais de l'école après 8 kilomètres de marche,
le jour s'était déjà assombri. Je me mettais dehors, torse nu, en
caleçon, exposé au vent glacé qui descendait du mont Fuji et effectuais
avec violence une série complète de mes exercices basés sur le
renforcement du centre du corps. Les exercices effaçaient totalement la
fatigue de mes jambes. Je n'ai jamais manqué de suivre ce programme.


Ainsi mes résultats m'encourageaient et je m'imposais chaque jour de
violents exercices. En récompense de ma persévérance, j'ai découvert un
principe qui traverse les activités physiques, ce qui m'a conduit à
certaines convictions sur la méthode à suivre. Au cours de cette
pratique passionnée, il m'est arrivé, spontanément, de transformer
quelques méthodes en trouvant leurs défauts. Par exemple, durant un
certain exercice, il arrivait quelques fois que mes jambes et mes mains
refusent de suivre la série des mouvements dont j'avais établi la forme
et elles bougeaient autrement. En y réfléchissant avec soin, j'ai
découvert que souvent les nouveaux mouvements de mon corps étaient plus
rationnels. Il s'agit d'une découverte personnelle mais aussi, je
pense, il faut le dire, d'une illumination. Car ce que j'ai obtenu par
cette recherche continuelle ne se limite pas au bonheur de la santé,
mais j'ai pu m'approcher de la raison subtile de la création de la vie
par la Nature.






J'ai persévéré dans ma recherche solitaire durant plus de dix ans et en
avril 1911 (à 29 ans), en même temps que j'achevais mes études
universitaires, j'ai publié mon premier ouvrage « Essai sur la méthode
directe de renforcement physique ». Cependant, je n'avais jamais parlé
à personne, même pas à ma famille, ni à mes amis, de ma recherche et de
mon projet de publication. Quelles longues années d'efforts pour moi
qui était si fragile. Mon père et mon frère aîné, qui m'ont élevé si
affectueusement, se satisfaisaient de la seule amélioration de ma santé
et n'ont jamais songé que je poursuivais une recherche aussi
systématique.


Je pensais que la bouche était la porte de l'esprit. Si on ne surveille
pas l'ouverture de la bouche, on risque de perdre la possibilité
d'atteindre la vérité. Je me suis toujours comporté avec cette ligne de
conduite qui m'a donné le courage et l'espoir grâce auxquels j'ai pu
continuer seul, dans un espace clos, des exercices ascétiques. Tout
au début, lorsque mes bras étaient encore semblables des baguettes, dès
que j'essayais de mettre la force, mes muscles devenaient douloureux,
mes os ont failli se casser. La partie du corps qui souffrait était
enflammée, ce qui est signe de vitalité. J'ai eu quelquefois
l'impression que mon corps était celui de quelqu'un d'autre car il
était souvent paralysé de fatigue à cause des exercices. Mais je n'ai
jamais cessé car j'y investissais ma vie. Si je devais mourir à cause
de ces efforts, je me disais que ça m'était égal. Cependant, bien que
la difficulté fût dans la pratique, j'avais la conviction que ma
démarche était suffisamment scientifique. ».


Ainsi, H. Hida a, très jeune, déterminé une ligne de recherche qu'il a
suivie avec la même intensité en ce qui concerne l'acquisition des
connaissances que les exercices pratiques.

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:18

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 9:47 am
Au cours de sa vie, H. Hida a écrit plusieurs ouvrages sur la méthode
qu'il a élaborée pour renforcer le corps, ce qui revient, pour lui, à
renforcer aussi l'esprit. Dans ses différents ouvrages, il retrace en
détail son itinéraire et le processus de ses réflexions. Je précise
qu'il n'existe pas de traduction de ses ouvrages et qu'aujourd'hui,
même au Japon, ceux-ci ne sont édités qu'en petits tirages. C'est
pourquoi, il me semble important de faire connaître cette méthode.


J'ai découvert cette méthode en 1980, au cours de ma recherche sur les
méthodes internes et, à la première lecture, elle ne m'a intéressé que
modérément. Par la suite, j'ai rencontré différents maîtres qui
l'appliquaient partiellement, ce qui m'a incité à l'étudier de nouveau
et, avec l'expérience du qi-gong et des méthodes de respiration, j'en
ai apprécié la richesse. Je suis persuadé que cette méthode est
directement applicable aux arts martiaux, ou plutôt qu'elle aide à
trouver une sorte de sérénité qui converge avec l'objectif du budô.


H. Hida a pratiqué le judô et le kendô et étudié d'autres arts
martiaux. Les arts martiaux ne constituaient pas pour lui un objectif
mais un moyen d'avancer dans la recherche d'une méthode pour recréer
son corps.






Un homme mûr, jeune.

Je rappelle les réticences sur la crédibilité de certaines anecdotes relatives à H. Hida que j'ai formulées précédemment.



Ayant commencé par chercher une méthode pour améliorer sa santé
déficiente et y étant parvenu, H. Hida en vient à élaborer une « voie
de la santé » qui est en fait une méthode de vie. Il définit ainsi son
point de départ :


« En utilisant la force du ventre qui est le fondement des arts
martiaux japonais, j'ai pratiqué une méthode que j'ai organisée en
m'appuyant sur le savoir acquis par l'étude des sciences occidentales.
».


Trente-sept ans après le début de ses recherches, il écrit : « La voie
sacrée du centre - Méthode Hida pour fortifier l'être » (Sei chushin-dô
: Hida-shiki Kyôken jutsu) et y présente ce bilan :


« En cette année 1936, j'ai 53 ans (54 ans dans le texte de H. Hida).
Mais pour ce qui est des muscles, des organes internes, de la beauté
des dents et de la force physique, en quoi suis-je inférieur à ce que
j'étais à 23 ou 24 ans en pleine jeunesse ? Il n'y a pas de différence.
Au contraire, je dois reconnaître, avec satisfaction, que, sur tous les
points, je suis en train de progresser. Et je suis la preuve même de la
justesse de la méthode dont la pratique continuelle et rationnelle m'a
permis d'obtenir et de maintenir l'énergie de la jeunesse, ce qui donne
un espoir aux autres. Non seulement mon corps est jeune mais mon esprit
comporte autant d'émotion et de sincérité qu'au temps où j'ai décidé de
transformer mon corps lorsque j'avais 18 ans. Quant à la force de
volonté, j'en ai encore plus.


Il faut dire que j'ai obtenu tous ces résultats par l'intégration de
l'esprit et du corps en un unique point central du corps. Ce qui peut
résulter de l'acquisition du véritable centre du corps dépasse toute
imagination. En le découvrant, je ne peux pas m'empêcher de me laisser
emporter par l'émotion...


En Septembre 1931, j'ai rendu visite au Général Suzuki au Ministère
Impérial. Le Général m'a donné 30 ans et son épouse m'en a donné 20,
alors que j'en avais 48 (49 ans dans le texte)... ».


Notons qu'à cette époque la longévité des Japonais était inférieure à
50 ans. Une personne âgé de 50 ans apparaissait donc bien plus vielle
qu'aujourd'hui où la longévité est voisine de 80 ans.


Il continue :



« On me donne généralement moins de trente ans, alors que j'en ai plus
de 50... Lorsque, dans une auberge, j'écris mon âge, on me dit
toujours : « Veuillez écrire votre âge véritable » car on ne me croit
jamais. Mais l'essentiel n'est pas l'apparence de la jeunesse. Le plus
important est la jeunesse manifeste dans les qualités du corps, de
l'esprit et de l'âme.


A 54 ans, ma vue n'est nullement moins bonne qu'au temps de ma
jeunesse. Elle s'est même bien améliorée. Je suis capable de lire
clairement toutes les lettres du tableau d'examen de la vision à partir
d'une distance double de l'habituelle. Pour rédiger cet ouvrage, j'ai
utilisé quelquefois un dictionnaire qui contient 33000 mots et est plus
petit qu'une boîte d'allumettes (il est destiné à être utilisé avec une
loupe). Je le lis à l'oeil nu, même de nuit, avec une faible lumière.


En ce qui concerne la capacité visuelle, il faut reconnaître que j'ai
été obligé de solliciter durement mes yeux. Car j'ai étudié en même
temps dans quatre universités différentes et, durant les années que
j'ai passées dans l'armée, j'ai été chargé du classement de nombreux
documents. J'ai également écrit jusqu'ici plus d'une dizaine
d'ouvrages. Mais il faut noter que ma capacité visuelle a progressé de
pair avec celle de tout mon corps. Cela prouve aussi la validité d'un renforcement du véritable centre du corps.



La force jaillissant du véritable centre n'est ni une simple force
physique, ni une force mécanique. Elle est vivante, lumineuse, conforme
à la voie, elle est souple et dure à la fois. Elle est pesante et aussi
légère. Il s'agit d'un état ultime de la force humaine.






Pour obtenir une telle force, il faut acquérir une parfaite posture du
corps, ce qui se réalise par un équilibre parfait des forces dans deux
parties du corps : le bas du ventre et l'arrière du bassin. Pour
réaliser cet équilibre, il faut être capable de vider complètement son
esprit. Il faut dire que, lorsque vous réussissez à vous remplir d'une force juste, vous pouvez arrêter complètement de penser. Vous pouvez pénétrer dans un état où vous
avez chassé toute pensée dérisoire et où votre esprit se trouve dans un
calme, dans une beauté profondément sacrés. Comment pourrais-je
expliquer cet état d'esprit ? II est semblable à la couleur des flammes
que vous
apercevez autour du soleil lors d'une éclipse. Ou bien il est lumineux
comme les sept couleurs de nuages autour du mont Fuji lors de certains
crépuscules. Il ne s'agit pas d'une simple force mécanique qui n'a rien
de profond, mais de la force spirituelle produite par le corps, de la
force de la vie. C'est lorsque j'ai réussi à concentrer la force de
l'esprit sur le point central de mon corps que mon pied a traversé la
planche de 2,5 cm d'épaisseur du dôjô en laissant l'empreinte de sa
forme et en cassant en plus un gros bois du support de plus de 30 cm de
tour où est restée la marque de mon talon.


Plus je m'exerce avec une telle force en concentrant toute mon énergie
vitale, plus mon esprit s'éclaircit et mon regard devient perçant. Ma
respiration devient de plus en plus calme. Tout
le monde est surpris car, immédiatement après avoir effectué des séries
d'exercices très violents, je parle avec une respiration aussi calme
que si je discutais tranquillement dans un salon.


La méthode comporte des exercices variés, sur le sol et debout :
exercice respiratoire, renforcement viscéral, renforcement des
différents muscles, exercice avec le kiaï, exercice sur une chaise,
exercice de dégainer le sabre. Juste après avoir réalisé tous ces
exercices avec une intensité flamboyante, j'ai exactement le même
rythme cardiaque qu'avant de commencer.


Ce phénomène a été constaté par le docteur Hirano. Surpris, il a voulu
m'examiner plus en profondeur afin de pouvoir établir un rapport
médical. En tout
cas, cela n'a rien d'étrange pour moi car, grâce à la posture juste du
corps, les organes et viscères de mon corps sont très bien protégés,
comme si ils étaient dans un tonneau d'acier...


Autrefois, après avoir lu mon livre, le docteur Tamiya de l'Université
de Tokyo, est venu me voir. Il m'a fait écouter avec un appareil
d'écoute le bruit des muscles de mon bras produit lors d'une
contraction. Ce bruit ressemblait à celui produit par des fils
électriques lors d'une tempête. ».



L'efficacité dans la vie courante



« Un jour, j'ai abattu un grand arbre, je l'ai scié et ai fendu le
bois à la dimension convenable pour le brûler, puis j'ai entassé toutes
les bûches. J'ai fait tout ce travail entre 3 heures de l'après-midi et le coucher du soleil. Le bûcheron m'a dit
que c'était un travail de plus de deux jours entiers... Pour les
travaux ruraux, j'ai décidé de ne plus travailler avec les ouvriers car
mon travail a facilement deux à trois fois plus de rendement que le
leur et j'ai vu que cette situation les gêne...


Avec la posture juste du corps, ma capacité digestive a étonnamment
progressé. Si je ne mange pas beaucoup d'habitude, c'est parce que je
n'ai pas besoin de beaucoup manger. Mais lorsqu'on fait un festin pour
la famille ou des amis, il arrive parfois que je mange facilement comme
trois personnes, mais je n'ai jamais de problème. De plus, je digère
tellement bien qu'au bout d'une heure déjà j'ai l'impression que mon
ventre est vide. C'est comme si un magicien avait effacé la nourriture
que j'ai consommée. Cela étonne tout le monde. Certains poissons séchés cuits à l'eau sont si durs que tout
le monde a de la difficulté à en mâcher un. Mais je peux en manger
plusieurs assiettes et je me sens si léger qu'ils semblent avoir fondu
dans l'estomac et avoir été absorbés immédiatement. Avec un
accompagnement de pommes de terre gluantes, je mange 12 ou 13 bols de
riz d'un coup. Mais au bout d'une heure, je ne sens plus rien dans mon
estomac. Cela est extrêmement satisfaisant pour moi. Mais il ne s'agit
pas d'un exploit de jeunesse, il s'agit d'aujourd'hui où j'ai 54 ans.
Cependant, ayant une si grande capacité de digestion, je ne mange que
peu d'habitude, car peu de nourriture me suffit... Si j'ai écrit des
choses un peu vulgaires, ce n'est pas pour les recommander aux
lecteurs, mais uniquement pour raconter dans quel état je me trouve. ».

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:19

suite...

Déjà, à cette époque, H. Hida mène une vie retirée en cultivant la terre.



Il écrit : « Je suis entouré de la beauté de la nature. Je suis habillé
d'une tenue de judô salie de terre, avec une ceinture de paille. Quel
plaisir j'ai à m'allonger dans les herbes ! Même lorsque le jour tombe,
je regrette de retirer mon habit de travail plein de sueur... Quand la
nuit commence à tomber, je me lave dehors à l'eau froide exposé au vent
froid du nord... ».






La santé et la force physique surprenantes de H. Hida allaient de pair
avec le régime alimentaire qu'il a pratiqué spontanément et en
parallèle à la pratique de sa méthode. Bien qu'ayant une excellente
digestion, son régime alimentaire était très simple et il ne mangeait
que peu. Au fur et à mesure qu'il avançait dans sa méthode et que sa
capacité physique augmentait, il appliquait spontanément un régime
végétarien composé principalement de légumes et de riz complet ou de
blé.


Il écrit : « Il y a une vingtaine d'années, je pensais comme tout le
monde qu'un bon repas égale une bonne nourriture. Mais mon goût et mes
besoins se sont transformés au fur et à mesure du changement de l'état
de mon corps. Lorsque, à l'âge de 18 ans, j'ai décidé de m'élancer dans
cette voie, une phrase m'a profondément marqué. « Pour mener une vie
saine, il est indispensable de contrôler ses désirs. ». J'ai toujours
appliqué cette idée à mon alimentation... En lisant des récits sur la
préparation des boxeurs au combat, j'ai décidé, moi aussi, de me priver
d'alcool, de tabac, de thé et de gâteaux. Je ne bois que de l'eau
fraîche... J'avoue que la privation des choses que j'aime était pénible
au début, mais je l'ai fait pour gagner le combat de la vie que je
menais... Au cours de la pratique, j'ai compris ce qui est nécessaire
et ce qui est nocif pour la vie... J'ai commencé à aimer les
nourritures simples. Le riz complet mélangé avec du blé, la salade
confite et la soupe de miso, c'est le repas que j'aime le plus. Je
n'aime plus les bons repas. Surtout, je n'aime plus les luxueuses
cuisines occidentales, lourdes... Même en voyage, lorsque je loge à
l'hôtel, je me lève généralement à 3 heures du matin et parfois à 2
heures. Je me douche, à mon réveil, avec des seaux d'eau glacée, puis
je ne manque jamais de faire une série complète de mes exercices. Je
mange d'habitude un bol du riz le matin, trois bols à midi et deux le
soir. Entre temps, je mange parfois des fruits, jamais autre chose...
Je ne mange ni oeuf, ni lait, ni poisson, ni viande. Ce régime
alimentaire me permet d'avoir l'esprit clair et de remplir de force mon
corps. Je sais, par mon expérience, qu'il est faux de penser qu'il faut
manger des nourritures riches et complexes pour alimenter l'énergie
vitale... Je ne permets pas que l'on serve à ma table des nourritures
qui affectent négativement la vie telles que le saké, le whisky, le
beefsteak les côtelettes, les gâteaux. ».






La méthode de H. Hida ne se limite donc pas à une série d'exercices
physiques, elle comporte aussi un régime alimentaire : principalement
du riz complet et des légumes. Vers la fin de sa vie, il va jusqu'à
manger le riz complet non cuit, le laissant tremper dans l'eau et
refusant absolument les protéines animales. Nous avons vu aussi qu'en
des occasions sociales exceptionnelles, il expérimente qu'il peut sans
dommage manger les aliments les plus divers.


Dans le régime qu'il suit, nous pouvons distinguer deux phases. Tout
d'abord dans le cadre d'une attitude ascétique générale, il se prive de
certains aliments qu'il juge préjudiciables à la santé. Ensuite, il se
fie à son goût et aux sensations d'un corps dans lequel il a confiance
pour choisir ses aliments. C'est donc spontanément qu'il suit un régime
très strict. Il trouve la profondeur du goût de chacun des aliments de
cette nourriture frugale, sans que celui-ci ne soit masqué par des
condiments et il explique qu'il trouve un grand plaisir dans le goût de
ces aliments. Cette attitude est commune à différentes méthodes de
recherche visant à aller au plus profond de l'expérience.






Revenons au 18 Juin 1922, le jour où H. Hida a fait l'expérience qui a infléchi sa recherche. Relisons son récit :



« Absorbé dans mes exercices, j'ai ressenti tout d'un coup une grande
puissance effrayante qui a jailli à partir du centre du corps, située
entre le bassin et le ventre. J'ai eu l'impression que cette force a
traversé le parquet, a pénétré dans la terre, a atteint le centre de la
terre, puis a traversé vers l'infini de l'univers... Rempli de joie,
j'ai effectué l'exercice suivant. Lorsque j'ai posé puissamment mon
pied droit sur le sol avec un kiaï, j'ai entendu un bruit sourd. Qu'est
ce qui était arrivé ? J'ai vu un trou de la forme de mon pied dans une
solide planche de 2,5 cm d'épaisseur. Une seconde fois, puis une
troisième fois, j'ai effectué le même exercice. A chaque essai, mon
pied traversa la planche qui n'offrait aucune résistance. Au quatrième
essai, en traversant la planche, mon pied a rompu le bois de support de
12 cm d'épaisseur en marquant nettement la forme du talon. Qu'est ce
que cela veut dire ? Par la suite, j'ai recherché avec soin pour quelle
raison une telle force avait jailli... J'ai compris que, par cette
démarche, en traversant des difficultés, j'étais parvenu à une victoire
finale. J'avais trouvé une méthode pour renforcer le corps et
l'esprit... ».


Cette expérience marque un changement radical et lui prouve la justesse
de sa démarche. A partir de ce jour, il va systématiser avec conviction
ses expériences pour constituer une méthode. En élaborant et appliquant
sa méthode, il développe ses capacités physiques et mentales à un degré
tout à fait surprenant.





Les kata dans la méthode Hida



S'appuyant sur son acquis, H. Hida compose des séries d'exercices
sous forme de kata. Cherchant à diminuer le temps requis pour les
exercices quotidiens, il élabore une série complète d'exercices dont il
pense qu'une dizaine de minutes peuvent suffire à la réaliser.


Dix ans plus tard, il écrira : « Je n'ai besoin que de 40 secondes pour
effectuer les vingt gestes de mon exercice afin de faire jaillir une
grande énergie du centre du corps ».


Mais il ne convient pas de comprendre l'expression de cette durée
indépendamment de la manière de vivre ; en effet, le sens de cette
expression est qu'en quelque sorte les quelques minutesd'exercice
suffiront pour orienter la manière de vivre durant la journée car le
moteur physique du centre du corps sera correctement mis en état de
marche. L'attention est éveillée de telle sorte que les activités
physiques de la journée soient transformées en éléments de renforcement
et participent à un développement du corps. Le régime alimentaire de H.
Hida est spontanément apparu à partir de cette manière de vivre. La «
voie du centre sacré » de H. Hida implique donc d'apprendre à vivre
avec une posture et une attitude justes du corps qui entraînent la
justesse de l'esprit.


Il est très difficile de présenter les kata élaborés par H. Hida par
écrit car, d'une part la traduction de son texte comporte des
expressions complexes qui nécessitent un grand nombre d'annexes et de
notes et, d'autre part, comme vous le savez, il est extrêmement
difficile de rendre compréhensible la posture et les mouvements
uniquement par des mots. Je me contenterai donc de présenter les
grandes lignes des exercices fondamentaux.






Les kata de la méthode Hida



L'exercice fondamental comporte deux parties relatives au haut et au
bas du corps. On y utilise une barre de fer de 2,5 kg et de 70 cm de
long. Le poids de la barre facilite la sensation de base, mais on peut
tout aussi bien s'exercer à main vide, lorsqu'on a capté la sensation
de base. Il s'agit de renforcer et sensibiliser des muscles des parties
haute et basse du corps toujours en rapport avec le bas du ventre
(tanden) et en s'aidant de la respiration. Dans tous les exercices, H.
Hida insiste sur la position de la ligne centrale du corps et la
concentration de force au point central du corps. La force du centre du
corps doit toujours dépasser la force des autres parties : c'est-à-dire
que si vous exercez les muscles des jambes ou des bras, la force que
vous y utilisez doit être de 8 ou 9, tandis que celle du centre est de
10. Notons que c'est un principe qu'il applique à toute sorte
d'exercice physique. Lors de l'exercice, vous expirez en concentrant la
force dans le tanden et vous retenez la respiration durant trois
secondes. Cette forme de respiration permet de créer la vitesse dans
chaque exercice...


Il a composé une série de kata de base qui visent à renforcer les 10
muscles principaux en partant du bas du corps et des kata dynamiques où
il utilise une respiration concentrée, kiai, pour renforcer ces
muscles. Il a aussi composé des kata que l'on effectue assis sur une
chaise pour faciliter la pratique de ceux qui travaillent dans des
bureaux. Il a mis au point plusieurs exercices de respiration ayant
pour objectif de renforcer l'intérieur du corps. Il a formé des kata de
battô-jutsu (dégainer le sabre) à partir de ces principes...


Dans tous ces exercices, je discerne les caractéristiques suivantes.
Une grande décontraction corporelle qui permet de rendre le corps
perméable à la pesanteur qui est une attraction vers le centre de la
terre. La ligne centrale du corps doit être dirigée vers ce centre
terrestre à partir du centre de votre propre corps. Il ne suffit donc
pas de localiser le tanden ou le centre du corps, mais il faut que la
ligne centrale du corps s'actualise en traversant le centre.
L'essentiel est donc la position correcte du corps avec laquelle vous
galvanisez la force dans la zone centrale au moyen d'une respiration
concentrée. Celle-ci permet de produire une accélération du mouvement
et une augmentation de l'énergie. Cette méthode est rigoureusement
physique au premier abord, mais vous ne pouvez la réaliser en fait
qu'en vous situant dans un certain état mental. En vous exerçant «
purement » physiquement, vous trouverez que vous vous êtes exercé «
spirituellement ». C'est ce qu'a montré H. Hida lui-même. Recherchant
la santé, le jour où il a réussi à obtenir un corps magnifique, il
avait acquis une étonnante capacité mentale. L'efficacité et la
difficulté de cette méthode sont là. Difficulté, car en vous exerçant
sur les éléments concrets de votre corps, vous réaliserez à quel point
il est difficile de s'exercer « purement » physiquement. Ce qui était
défini comme « purement physiquement » deviendra synonyme de « purement
mentalement ». Ce point s'éclaircira en lisant l'appréciation de H.
Hida sur la pratique du zazen. J'espère que cette explication aidera à
approcher les lignes directrices de cette méthode.






Une application de la méthode Hida à l'art martial



L'étude de la méthode Hida m'a tout d'abord fait découvrir, ou a
confirmé, les éléments suivants de l'art martial que je pratique. Je ne
mentionne pas ici les sensations énergétiques.



Un principe de déplacement



Généralement la capacité de se déplacer est attribuée exclusivement
à la force musculaire de la partie inférieure du corps. En rapprochant
cette méthode de celle des arts martiaux que je pratique, j'ai
découvert un autre principe de déplacement.






Le déplacement le plus frappant est celui d'un sprinter. A chaque
enjambée, il donne un puissant coup au sol avec sa jambe, pour
propulser son corps en avant. Il s'agit du déplacement par la
propulsion. En kendô moderne, le même type de capacité est exigé pour
effectuer une frappe rapide en avançant le corps. Le déplacement
effectué suivant ce principe a le mérite indéniable d'être facile à
comprendre, donc spontanément applicable. Il a un défaut : la capacité
va diminuer autour de trentaine; un sprinter court mieux à 25 ans qu'à
35 ans.


La technique du déplacement dans l'art classique du kenjutsu de
Kaïshin-ryû repose sur un autre principe qui converge avec celui de la
méthode Hida. Je l'appelle principe d'immersion.


La méthode Hida vise à renforcer le véritable centre du corps. Il faut
d'abord apprendre à le localiser et ensuite à le sensibiliser. Prendre
une posture correcte selon le principe de H. Hida permet d'éprouver la
sensation d'avoir un centre. Cette méthode permet de stimuler, puis de
renforcer ce centre du corps par des exercices qui visent à le relier à
chacun des muscles principaux, en s'appuyant sur une respiration
tonifiante. La contraction du bas du ventre doit s'équilibrer par celle
de la partie dorsale correspondante. Chacun des exercices de cette
méthode nous incite à nous approcher de la terre et non à nous en
éloigner.


Ce principe est parfaitement réalisé dans la technique de déplacement
caractéristique de l'école Kaïshin-ryu, appelée « méthode où l'on
n'utilise pas la force des pieds » (musoku no hô). Il s'agit de vous
déplacer en vous laissant guider par la descente du centre de gravité
suivant la pesanteur. Au lieu de propulser le corps en donnant un
violent coup de pied sur la terre, vous ôtez la tension des jambes, ce
qui vous ramène vers la terre et vous dirigez cette énergie dans la
direction où vous voulez aller en portant une attention particulière à
la ligne centrale de votre corps. Différentes techniques du corps
accompagnent la réalisation de ce déplacement pour produire la vitesse
et la force fulgurantes du sabre. Dans une autre école de sabre on
appelle ce principe « les pieds de l'oiseau aquatique » (mizudori no
ashi). Dans l'école de karaté Shôtôkaï, un déplacement basé sur un
principe similaire a été trouvé par Me Egami qui l'a appelé « la
méthode pour s'approcher de la terre » (shukuchi-hô). Dans tous ces
déplacements, au lieu de donner un coup au sol, vous avancez le corps
en décontractant les muscles des jambes et, en vous approchant de la
terre, ce qui est effectivement très technique, puisqu'il s'agit
d'aller à l'encontre du réflexe habituel.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:20

suite...

Effacer le démarrage du geste




La mérite indéniable de ce type de déplacement au point de vue art
martial consiste premièrement à ne pas exprimer le démarrage du geste,
ce qui est essentiel en technique de combat. Même si vous pouvez bouger
avec une grande vitesse, si vous exprimez préalablement un geste de
démarrage, si petit soit-il, votre mouvement perd son efficacité
technique. Par contre, même si votre mouvement n'est pas très rapide en
apparence, s'il n'y a aucune expression préalable du démarrage, il peut
être rapide au point de vue technique. Car ce qu'on voit, ou plutôt ce
qu'on ressent et à quoi on réagit, au moment du combat, ce n'est pas un
mouvement pur et simple, mais un geste accompagné de la volonté de la
personne. Agir après avoir vu un déclenchement technique c'est déjà
prendre du retard, il faut agir par rapport au mouvement de la volonté
de l'adversaire préalable à son geste. C'est pourquoi dans toutes les
écoles de sabre japonais, on recherche la « frappe de non-pensée ».
Dans l'apprentissage traditionnel de la technique de combat,
l'essentiel consiste donc trouver une manière d'effacer l'expression de
la volonté (kehaï o kesu) dans le geste. S'il est important d'apprendre
à accabler ou repousser l'adversaire par une émanation de votre volonté
(offensive du ki), il est tout aussi important d'apprendre à agir en
effaçant toute expression de volonté dans l'exécution technique. Ce
second aspect du travail du ki est souvent méconnu lorsqu'on parle de
travail du ki en art martial. C'est là l'objectif de la technique de
musoku.


Conservation de vitesse



Le troisième aspect important de ce principe est la possibilité de
conserver la vitesse dans les déplacements lorsqu'on vieillit. Puisque
le principe consiste à ne pas utiliser la force des jambes pour
propulser le corps, ce type de déplacement permet de conserver la
vitesse d'exécution technique et sert de base à la pratique d'un art
martial à long terme. Le contraste est net avec le kendô moderne où il
existe un grand nombre d'accidents de rupture du tendon d'Achille,
surnommé « maladie du kendô », à cause de l'effort musculaire sollicité
pour un déplacement d'attaque. Nous pouvons y percevoir une évolution
technique en kendô par rapport à la forme classique du sabre du
kenjutsu qui emploie des techniques où le principe du corps est
différent. Dans toutes les écoles classiques de kenjutsu, la technique
est toujours conçue en relation avec la ligne centrale du corps aussi
bien en attaque qu'en défense avec des postures variées. Ce n'est pas
par une simple coïncidence si l'essentiel de l'art du sabre correspond
à la méthode Hida. Car H. Hida a étudié les arts martiaux, en parallèle
à la médecine occidentale, pour fonder sa méthode.


Dans ses kata de base, H. Hida insiste sur la vitesse d'exécution qui a
un effet tonique. La vitesse est atteinte par l'immersion dans la
pesanteur et la respiration. Dans les arts martiaux, cet aspect est lié
à la canalisation de la force physique, puisqu'il s'agit d'utiliser la
gravitation pour se déplacer et pour exécuter une technique. En
utilisant le poids de votre corps de la façon la plus rationnelle pour
être efficace, celui-ci se concentre dans chaque coup de poing et de
pied. C'est un aspect que l'on indique souvent, mais il existe des
différences de qualité. L'efficacité technique résultant de ce principe
est inséparablement liée à l'effacement du démarrage du geste.




Le tanden, charnière du corps et de l'esprit.



Une posture correcte et les tensions placées dans cette zone stimulent
la colonne vertébrale à partir de sa partie basse. Cette stimulation
a-t-elle des effets au niveau du cerveau ? Nous avons vu que H. Hida
est parvenu à une capacité de mémoire extraordinaire. Selon un de ses
élèves « il récitait sans faute tout ce qu'on demandait, comme s'il
sortait un livre de sa bibliothèque et le lisait. ». A propos de cette
capacité H. Hida disait : « Vous aussi, vous mémorisez toutes vos
expériences, mais, seulement vous ne savez pas les classer et les
retrouver à votre guise... il suffit de choisir un tiroir dans lequel
j'en ai déposé la mémoire. ». Si par un exercice corporel, mettant
l'accent sur le renforcement du tanden ou du centre du corps, une
personne réussit à améliorer d'une manière surprenante certaines
fonctions mentales, cette hypothèse ne me semble pas dénuée de sens.
Soulignons que H. Hida indique que renforcer le tanden ne suffit pas,
mais qu'il faut le renforcer correctement.




Les documents sur les écoles de sabre japonaises que j'ai consultés
pour rédiger ma thèse sur Miyamoto Musashi (2) m'ont permis de situer
avec précision son apport à l'art du sabre japonais. En même temps j'ai
pu constater un point de convergence entre la méthode de l'Ecole de
sabre Nen-ryû et celle de Hida. J'ai eu connaissance des
caractéristiques de l'école Nen-ryû par les recherches de Monjûrô
Morita (1889-1978), maître de kendô qui a développé une hypothèse sur
la formation technique de Musashi.


Monjûrô Morita, maître de kendô très réputé, met en cause sa pratique
du kendô alors qu'il a atteint un haut niveau, 5ème dan, et a formé un
grand nombre de kendoka. Il se trouve dans une impasse et découvre
qu'une de ses difficultés principales est la sensation de déséquilibre
énergétique qu'il ressent lorsqu'il manie le sabre en le tenant à deux
mains. Selon son hypothèse, Musashi, en maniant un sabre de chaque
main, avait résolu très jeune ce problème qu'on rencontre en kendô où
l'on manie généralement un seul sabre en le tenant à deux mains. Après
avoir traversé une période difficile, c'est en étudiant Musashi que M.
Morita a fini par trouver une voie satisfaisante en kendô et a commencé
de la suivre ; il avait alors 60 ans.


Selon M. Morita, Musashi n'était pas un autodidacte comme on le pense
généralement et a reçu de son père un enseignement rigoureux de l'art
du sabre. Son école des deux sabres en est le développement. Le
grand-père de Musashi aurait, d'après lui, été influencé par l'école
Nen-ryû et aurait intégré cette influence dans l'art du sabre de la
famille,






Qu'est-ce l'école Nen-ryû ?



Le fondateur de l'école Nen-ryû était le moine bouddhiste Jion, né vers
1350. D'après les documents parvenus jusqu'à nos jours, il entra dans
un temple bouddhiste à l'âge de 7 ans et à 10 ans, lors de son
initiation bouddhique au mont Kurama à Kyoto, il reçut un enseignement
secret de l'art du sabre. A 16 ans, il séjourna au temple Jufukuji de
Kamakura où il reçut l'enseignement ésotérique du moine Eïyû.


Selon M. Morita, dans l'école Nen-ryû on nomme la technique ultime «
miraï », ce qui veut dire « l'art du sabre du futur ». On entend par là
l'état de l'adepte parvenu à la capacité de deviner avec justesse
l'acte de son adversaire et de prévoir ce qui se passera dans l'avenir.



M. Morita écrit :



« Le Miraïki (Ecrit sur l'art du sabre qu'on réalise en connaissant
l'avenir) a été écrit par Ujimuné, le 7ème successeur de Jion à la tête
de l'école Nen-ryû. La technique du « miraï » permet à un adepte de
combattre avec une acuité perceptive remarquable et d'être
particulièrement efficace, puisqu'il sait prévoir l'acte de son
adversaire. Cet art a été mis en pratique aussi par Miyamoto Musashi et
par Futabayama (lutteur de sumô moderne qui détient le record d'avoir
obtenu 69 victoires successives). ».


Pour prouver les capacités acquises par la pratique de l'école Nen-ryû,
M. Monta cite un texte du XVIII° siècle relatif à Higuchi Sadataka, 23°
successeur de Jion :


« Sadataka est âgé 91 ans. Voici ses propos : « Mon art est longtemps
resté médiocre. Je n'avais pas compris l'essentiel de l'école. C'est
seulement à 70 ans que j'ai compris quelque chose. En continuant
l'entraînement, j'ai compris une autre chose à 90 ans. Et, depuis lors,
je sais manier le sabre avec aisance et mon sabre a cessé d'être
médiocre... ». »


M. Morita écrit :



« Il s'agit de l'acquisition d'une capacité perceptive élargie grâce à l'entraînement de cette école. ».



Pour obtenir cette capacité, il faut s'exercer à une technique de
frappe particulière à cette école, qui constitue un « secret ».

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:20

suite....

Quel est le secret ?



Selon M. Morita ce secret tient en une phrase : « frapper avec le bras
gauche tendu ». Généralement lorsqu'on frappe avec un sabre, on déplie
les bras, tandis qu'il faut frapper en gardant les bras tendus du début
à la fin, surtout le bras gauche. Cette façon de frapper nécessite une
technique corporelle particulière où chacun des gestes de frappe
stimule une zone du bas du ventre et la renforce. M. Morita avance
l'hypothèse plus audacieuse que ce renforcement et ces stimuli
permanents transmis par la moelle épinière développent une zone du
cerveau dont l'homme a perdu l'usage. L'apprentissage correct de la
technique de frappe permet d'activer cette zone augmentant ainsi les
capacités de prévision. C'est pourquoi cette technique constitue le
secret principal de l'école Nen-ryû.


Une constatation va dans le sens de l'hypothèse de M. Morita ; dans les
textes sur la transmission « secrète » du Bouddhisme ésotérique existe
un enseignement visant à développer la mémoire visuelle et auditive.
Cet enseignement comporte des exercices particuliers de la partie basse
du ventre. Le rapprochement est d'autant plus intéressant que le
fondateur de l'école Nen-ryû est un moine bouddhiste.


En lisant la généalogie des écoles de sabre établie par M. Morita, j'ai
appris que l'école Kaïshin-ryû que j'ai citée plus haut provient aussi
de l'école Nen-ryû. En effet, sans la qualifier de « secrète », cette
école met, elle aussi, l'accent majeur sur la frappe du sabre avec les
bras tendus. L'enseignement correspond parfaitement à celui décrit dans
la transmission de Nen-ryû. Une grande précision y est recherchée dans
l'exercice de « suburi » (frappe de sabre dans le vide), qui est fort
difficile. J'étudie le sabre de cette école depuis seulement 6 ans et
plus j'avance en « suburi », plus j'ai l'impression de m'enfoncer dans
un profond abîme. J'ajouterai que le déplacement de « musoku », dont je
parle plus haut, nécessite le développement des sensations de la ligne
centrale du corps et du tanden. Par là, ce déplacement rejoint
l'exercice de « suburi ».


Ainsi nous pouvons trouver des points de convergence entre la méthode
Hida (voie du centre sacré) et un des secrets de la transmission d'une
école de sabre japonais.

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:21

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 9:48 am
La convergence entre le principe du sabre et la méthode Hida

Avec ces rapprochements, nous pouvons avancer l'hypothèse que, si dans
la tradition de l'art du sabre on insiste sur la force du ventre, ce
n'est pas seulement pour obtenir une grande force, mais aussi pour
obtenir de nouvelles possibilités d'acuité perceptive, par des
stimulations cervicales, et que la manière de réaliser correctement ces
stimulations constituait une part importante du secret de certaines
écoles. Mais cette hypothèse reste à vérifier scientifiquement.


Dans les écoles de sabre, la transmission était voilée, car il fallait
à la fois transmettre aux successeurs choisis et dissimuler aux regards
des concurrents. L'habilitation à transmettre l'enseignement de l'école
Nen-ryû était, selon les usages de l'époque, limitée à une seule
personne, dans une province. Si une autre personne la recevait, elle
devait s'installer dans une autre province. Le double jeu qui consiste
à transmettre et en même temps à cacher a engendré nombre de
mystifications. Si je n'avais pas lu l'ouvrage de M. Morita, je n'aurai
pas pu penser que l'exercice de « suburi » que je fais régulièrement
pouvait avoir un autre objectif que d'acquérir la rapidité, la
précision et la force, et que cet objectif est de stimuler et de
renforcer le centre du corps et peut-être aussi d'améliorer la
perception. Dès que j'ai commencé à effectuer cet exercice en le
sachant, la qualité du travail a changé et je lui ai trouvé une grande
similitude avec la méthode Hida que je pratique en parallèle. C'est
grâce à la lecture de M. Morita que j'ai pu m'ouvrir à cette
sensibilité, car la transmission est parfois faite de sorte que le
praticien détourne son regard de l'essentiel aussi longtemps qu'il ne
reçoit pas l'information nécessaire, généralement donnée par oral.


J'avoue que cette découverte m'a donné une satisfaction, car elle r a
aussi permis de préciser quelques points obscurs de la méthode du da
cheng chuan. En constatant que les différentes méthodes que j'étudie
convergent, j'ai la forte sensation que le travail de l'une permet
d'avancer dans l'autre et j'ai la sensation qu'elles renvoient à un
même principe.


H. Hida a essayé de présenter clairement dans ses ouvrages une
découverte, et celle-ci touchait en quelque sorte au contenu secret des
écoles de sabre. Cependant, même s'il l'avait explicitée dans ses
ouvrages, la méthode pour l'assimiler n'est pas facile, c'est ce qu'il
affirme avec force. Car certaines conditions sont requises pour
maîtriser sa méthode : la rigueur, la sincérité, l'assiduité, la pureté
d'esprit (selon son expression)... Pour renforcer le centre du corps
selon la méthode Hida, il est nécessaire de parvenir à une
décontraction générale du corps et, sur ce fond, de faire apparaître
une tension musculaire particulière au bas du ventre et dans la partie
dorsale correspondante. Nous comprenons aussi pourquoi l'étude des arts
martiaux a aidé H. Hida à constituer sa méthode. Il a capté l'essentiel
du principe du corps recherché en budô, mais sa préoccupation n'était
pas de devenir fort en se battant contre des adversaires, mais de
vaincre sa faiblesse physique qui impliquait une faiblesse de l'esprit.
Personnellement, je suis bien plus attiré par cette méthode et par son
état d'esprit que par les méthodes qui cherchent à atteindre
l'efficacité en se situant volontairement dans un état de folie. Cela
est dû probablement aussi au temps social et historique.






La critique du sport par H. Hida



Revenons aux écrits de H. Hida :



« Les athlètes sportifs de haut niveau ne sont pas toujours en bonne
santé et ils meurent parfois bien jeunes. A quoi ce phénomène est-il dû
? Je ne parle pas de ceux qui négligent leur hygiène de vie. Il arrive
que même ceux qui s'entraînent avec sérieux et mènent une vie saine
aient des problèmes de santé. C'est principalement parce que leur
méthode d'entraînement manque d'un renforcement du centre du corps et
que la ligne centrale n'est pas actualisée dans leur corps. Ce qui
produit chez eux un déséquilibre entre les organes internes et aussi
une disproportion entre des forces partielles et la force du centre de
corps et leur fait subir des chocs trop importants. Autrement dit, dans
beaucoup de cas, la méthode d'entraînement ne renforce pas le plus
important : la force du centre du corps, ce qui provoque des
déséquilibres énergétiques. On cherche à fortifier le dérisoire en
négligeant l'essentiel. Si l'on sollicite un effort important dans cet
état, les organes, les viscères et aussi l'encéphale subissent des
effets négatifs.


La posture correctement formée par les forces du bas du ventre et
celles de l'arrière du bassin permet de protéger le système nerveux et
tous les organes. Mes organes internes et mes viscères sont protégés
des vibrations négatives comme si elles étaient protégées par un
tonneau sacré en acier. C'est pourquoi, quelle que soit la violence
avec laquelle je m'entraîne dans le dojo, ma respiration est calme
comme si je ne respirais pas et ma vision reste claire et large. Il est
intéressant de noter qu'il ne se produit aucun changement dans mon
rythme cardiaque. Somme toute, en employant la véritable force
centrale, les notions d'excès et surmenage disparaissent... Depuis que
je l'ai compris clairement, j'ai appliqué la violence et la vitesse à
l'exécution de ma méthode et j'ai constaté un net développement de la
force musculaire et, par là, l'esprit et les gestes ont gagné en
rapidité, ce qui m'a permis de raccourcir la durée de l'exercice...
L'excès et le surmenage ne sont pas des questions de degré et de
quantité de la force employée, mais une question d'équilibre entre le
centre et le reste du corps. Si la force centrale est supérieure à
celle des autres, il n'y a plus de problème... ».






Les difficultés de la méthode Hida



Les problèmes et les difficultés de cette méthode tiennent à ce que les
résultats et les exploits de H. Hida dépassent l'ordre de l'ordinaire
et' touchent un domaine difficilement explicable, bien qu'il s'explique
en termes logiques et scientifiques.


Du vivant de H. Hida, sa méthode a attiré beaucoup d'attention et
plusieurs médecins, scientifiques et hauts fonctionnaires du
gouvernement se sont portés garants de l'authenticité et de la valeur
de sa méthode. Cependant, cela n'a pas amorcé d'étude scientifique
systématique. Il me semble qu'il touchait une sorte de tabou de la
science. Autrement, pourquoi n'y a-t-il pas eu un suivi par des
chercheurs scientifiques du cas de H. Hida au Japon ? Cela est dû
probablement à l'engagement du Japon dans une politique de guerres et
aussi au fait que l'application de cette méthode touchait à un domaine
spirituel où la science n'a pas tellement d'outils d'exploration. Les
scientifiques semblent parfois préférer se trouver en sécurité en
excluant des cas exceptionnels comme non existants ou faux. De fait, le
temps ayant passé, les expériences de H. Hida ne sont plus vérifiables
; on peut donc dire qu'elles n'ont jamais existé.


Les recherches de M. Morita sont intéressantes, mais bien peu de
kendokas les étudient. Pourquoi ? Si un kendoka prend au sérieux son
hypothèse et la travaille scientifiquement, cela le forcera à une mise
en cause des techniques du kendô moderne. Qui ose le faire ? Cependant
les ouvrages de M. Morita demeurent et ouvrent des possibilités.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:22

Le zen et la méthode Hida



H. Hida écrit qu'à partir du moment où il parvient à la maîtrise du
centre de son corps, l'état de son corps et de son esprit correspond à
celui qui est recherché en zen. Il rencontre alors des adeptes et des
maître de zen. Voici ce qu'il raconte :


« Un jour, par l'intermédiaire de mon ami le moine Asaka, une vingtaine
de moines zen sont venus me voir. A leur demande, j'ai donné des
explications sur le rapport entre la force du centre et le zen. Ils
étaient tous émus par mon discours... J'ai demandé à mon tour : «
Pouvez-vous me montrer votre zazen ? ». Ils ont immédiatement accepté
ma demande et ont pris la posture de méditation en zazen. En les
regardant, j'ai été surpris, car aucun n'était assis en reposant sur
son véritable centre. Je leur ai dit : « Avec cette manière de faire le
zazen, vous n'avez pas la poitrine vide, ni la tête légère. Vous ne
pouvez pas entrer dans l'état de vide et de non pensée, n'est-ce pas ?
». J'ai posé la même question à chaque moine. Tous m'ont répondu
honnêtement qu'ils n'y arrivaient pas. J'ai pensé que, pour atteindre
l'état de véritable centre par le zen, il fallait le pratiquer en s'y
investissant totalement durant 20 ou 30 ans.


J'ai alors voulu savoir comment un véritable maître pratique le zazen
... Mon frère aîné m'avait parlé du maître zen lida. Je lui ai rendu
visite et demandé de m'instruire en zazen... Il a pris la position du
zazen, et je me suis assis en face de lui en le regardant avec
l'intention d'aller jusqu'au fond de son esprit. Légèrement, le buste
du maître est remonté jusqu'à l'instant où son centre de gravité et le
centre de support de son corps se sont superposés. Juste à cet instant,
son corps s'est immobilisé comme une montagne. Il n'y avait aucune
faille dans sa posture. C'était vraiment extraordinaire ! J'étais
profondément ému de voir devant moi le résultat de 40 ans de zen...
J'ai salué en baissant profondément la tête et dit : « J'ai très bien
compris, je vous remercie. Je voudrais vous montrer quelques exercices
de ma méthode qui vise à renforcer le corps. ». Le maître est allé
chercher ses disciples en disant : « Ce serait dommage d'être le seul à
vous regarder. ».


Je me suis assis à ma façon et à l'instant où j'ai frappé sur mes
genoux, il a dit : « Ceci est semblable à un sabre, capable de
pourfendre sans sortir de son fourreau, il s'accroche sur le ciel et sa
lame est froide. ». Puis j'ai pris tranquillement ma posture et en
remplissant de force le centre sacré, avec le regard perçant. Le maître
me regardait avec un air sérieux en penchant le corps en avant et il a
poussé plusieurs fois une exclamation. Lorsque j'ai terminé, il m'a dit
: « C'est exactement la fusion avec la voie. La voie vivante qui ne
mourra jamais. Il ne s'agit pas d'une méthode de bonne santé, car la
santé est mortelle, tandis que la vôtre est la voie éternelle. Le
véritable zen mobile, le zen par l'exercice physique... Il faut
absolument que vous transmettiez votre méthode par des écrits. C'est un
trésor pour l'humanité... C'est dommage que vous soyez toujours à la
campagne. ».


Je lui ai répondu alors :



« Je n'ai pas l'intention de la transmettre. Je ne veux être le maître
de personne, je ne veux avoir aucun disciple. Je n'ai donc pas de dojo
d'enseignement, ni d'association. Aujourd'hui, je ne fais presque plus
de conférences. Je suis dans cette voie de recherche depuis plus de 30
ans et, pendant cette période, j'ai enseigné 2 ans seulement sur la
demande du Docteur Katô... ».


Nous avons parlé comme si nous nous promenions dans une vallée en
suivant le cours d'un ruisseau, et aussi comme des nuages blancs se
meuvent dans le ciel. Notre conversation nous donnait parfois
l'impression d'aller sur l'immense étendue blanche du pôle nord. J'ai
profondément aimé ce vieux Maître et je savais aussi qu'il m'aimait...
Au moment du départ, le Maître m'a accompagné à pied sur le long
chemin, jusqu'à la station de bus. Il m'a dit : « Merci de votre
visite, j'ai beaucoup appris. Bonjour à votre frère. Et surtout
j'attends votre prochaine visite. ». Je lui ai répondu : « Maître, nous
ne nous reverrons plus jamais. Je vous souhaite une bonne santé. ». « A
vous aussi, alors. ».




La difficulté de la transmission



Pour H. Hida, la pratique de sa méthode est devenue la recherche de la
vérité dans sa vie. C'est pourquoi il ne la recommandait à personne et
il refusait le plus souvent d'enseigner à ceux qui le lui demandaient.
Il semble avoir écrit ses ouvrages afin de laisser des traces de ses
recherches et de témoigner des faits pour que les autres puissent
éventuellement bénéficier de ses découvertes. Il avait pris un écart
par rapport à la transmission directe. Il écrit :


« Je n'ai jamais recommandé la pratique de ma méthode à personne, ni
même à aucun membre de ma famille. Je m'exerce chaque matin dans un
coin de la maison et personne dans ma famille ne pratique ma méthode...
Pourquoi est-ce que je ne la recommande à personne, pourquoi est-ce que
je n'enseigne pas une telle voie de bonheur ? Parce que dans cette
voie, nul ne pourra atteindre l'objectif, s'il ne commence pas par une
brûlante passion qui jaillit de lui-même. Je ne veux pas l'enseigner à
ceux qui n'iront même pas à mi-chemin. Je sais qu'on peut critiquer mon
attitude. Je sais aussi qu'il est regrettable de ne pas appliquer ce
bien à différents objectifs positifs mais, lorsque j'ai compris la
difficulté et la profondeur qui seront ouvertes par la compréhension du
centre sacré, j'ai perdu toute envie de la communiquer aux autres.
Chaque personne a en elle un univers autour du centre de son corps.
Cependant il faut des qualités et des efforts justement dirigés par une
méthode pour vivifier ce trésor de la vie. Même si on a du talent, sans
effort ce trésor ne brillera pas. Le plus important est donc une seule
chose : est-on ou non capable de conduire son esprit pour continuer cet
effort dans une direction juste ? Sans cette condition rien n'est
valable (...)


Le colonel X est un ami intime. Il m'a demandé de lui apprendre ma
méthode. Je lui ai répondu : « Non, ce n'est pas possible, car vous
n'avez pas de dispositions pour cette méthode. ». Ce qui nous a fait
rire... Le rapport personnel et la communication de la méthode sont
deux choses distinctes. C'est pourquoi, même à un ami, même à ma
famille, je ne peux pas la transmettre, sans que la personne témoigne
des dispositions requises... C'est ainsi que j'ai pénétré seul dans la
voie du centre sacré et, afin de poursuivre cette recherche, j'ai
refusé toute autre profession publique ou privée, et je n'ai jamais
formé de groupe... C'est le ciel qui est mon maître et j'étudie à
travers la nature, je marche sur la voie du centre sacré ; mon plaisir
est le travail de la terre et une nourriture frugale. »






A partir du régime alimentaire qu'il a conçu spontanément au cours de
la pratique de sa méthode, H. Hida établit une méthode de soin
diététique appelé « Tenshin-ryôhô ». Elle consiste principalement de
prendre des repas simples de riz complet ou de blé avec des légumes et
de l'eau fraîche, à prendre le soleil et à effectuer des exercices de
renforcement du centre sacré.



Le renforcement et le traitement



Il écrit :



« Toutes sortes de maladies proviennent du fait d'aller contre la
voie naturelle. C'est pourquoi, lorsque vous tombez malade, il est
nécessaire de vous reposer avec rigueur et d'accumuler l'énergie qui
permet d'activer les capacités de guérison naturelle de l'homme. Pour
cela, il faut éviter les efforts non naturels de guérison et appliquer
une diététique naturelle. Autrement dit, manger des légumes légers et
rester couché calmement. Cela suffit pour déclencher les capacités
naturelles de guérison... Bien que tous les être vivants aient reçu du
ciel une capacités d'auto-guérison et que les animaux et les plantes en
bénéficient pleinement, l'être humain, le roi de la création, seul ne
sait pas en bénéficier à cause des artifices auxquels il est habitué à
avoir recours. Quelle ironie ! L'essentiel est de favoriser la capacité
d'auto-guérison que Dieu nous a déjà donnée... »


Cependant la méthode « Tenshin-ryôhô » est difficile à appliquer par
tous, puisqu'elle exige une certaine force d'esprit pour éliminer les
techniques et les remèdes auxquels nous sommes tellement habitués. Par
exemple H. Hida dit : « la douleur en soi ne présente aucun danger.
C'est un signe qui attire votre attention afin de vous guider vers la
guérison. Il ne faut donc pas l'étouffer. ». Mais il existe des
douleurs insupportables. Qui peut prétendre être capable de faire face
à la douleur quel qu'en soit le degré ? Dans certains cas, la morphine
n'est-elle pas une solution ? Pourtant, H. Hida refuse les solutions
artificielles. Dans le cadre où les patients acceptent sa démarche, la
méthode Hida a eu des succès irréfutables. Une autre difficulté plus
fondamentale pour l'application de sa méthode est qu'elle revient
finalement à la pratique d'une philosophie qui touche la manière de
vivre dans sa totalité. Tout le monde n'y est pas disposé. Comme dans
son cas personnel, cette méthode est plus facilement acceptée par ceux
qui sont dans une situation désespérée, sans perspective de vie, ayant
conscience d'être au plus bas niveau de la vitalité.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:22

H. Hida écrit :



« Parmi les malades que j'ai soignés, voici un cas qui m'a profondément
ému. Il s'agit d'un jeune médecin qui a fait ses études à l'université
de Tokyo d'où il est sorti premier. En raison du surmenage, il a été
atteint de tuberculose ; sur ce fond, se sont greffées de nombreuses
maladies : insuffisance valvulaire, névralgies, maladie de foie,
béri-béri ; de plus, il a un ankylostome. Il a éprouvé un choc
psychologique violent à la mort de son fils unique et a perdu l'ouïe du
côté gauche et la vue de l'oeil droit. Son système digestif est très
faible... Il pèse 30 kg, son corps a l'aspect de la peau tendue sur un
squelette. Je pense qu'il existe peu de gens aussi écrasés par la
maladie... Lors de notre entretien, il a fait le serment d'observer
toutes mes indications avec le poids de sa mort... Son état s'est
amélioré et, au bout de six mois, il est devenu capable de s'asseoir
sur son lit. Il a marché en moins d'un an. Au bout de deux ans, il
pouvait se promener autour de la maison et la troisième année il est
devenu capable de faire une petite excursion. Bien qu'il eût perdu la
totalité du poumon droit et que le poumon gauche fut partiellement
atteint, son apparence est devenue normale... Bientôt il a ouvert un
cabinet médical mais, appliquant ma méthode, il ne prescrit plus de
médicaments et recommande un régime diététique. Il a perdu des
patients... Est-ce aussi un commerce, la médecine ? N'est-ce pas une
voie (dô) pour un homme ?... ».


Ceux qui, après avoir frôlé la mort, ont été guéris par l'application
d'une telle méthode ont appris à revivre. Une interrogation profonde
sur la vie est présente dans cette démarche, Comme l'a fait H. Hida, la
lutte contre la maladie peut leur donner une occasion unique de
construire leur vie par l'application d'une méthode. De ce point de
vue, ceux pour lesquels une bonne santé est un état normal, ont
probablement du mal à accepter complètement une telle démarche. Par
exemple, si vous n'avez jamais eu de problème digestif avec votre
nourriture habituelle, comment et pourquoi devez-vous changer vos
habitudes ? Si H. Hida avait eu une santé normale depuis son enfance,
il ne serait peut-être pas allé jusque là car il n'en aurait pas eu
besoin. La conscience d'être malade, d'être près de la mort, et la
précarité de l'existence vécus par H. Hida depuis l'enfance ne
sont-elles pas, dans une certaine mesure, un garant de la persévérance
et de l'austérité apportées à appliquer sa méthode et à reconstruire sa
vie ? En tout cas, la méthode de traitement de H. Hida semble avoir été
bénéfique principalement pour ceux qui ont fait l'expérience du
désespoir. C'est un point qu'ils ont en commun avec l'expérience vécue
par H. Hida pendant son enfance.






Une action solitaire



Après l'âge de 50 ans, H. Hida vit le plus souvent à l'écart de la société.



Il écrit :



« Dans la montagne où je vis, personne ne me rend visite. Seul, dans le
silence profond, je fais face au ciel en marchant sur la voie du centre
sacré. Nul ne peut m'accompagner dans ce voyage solitaire au sein de
l'univers, je ne peux rencontrer aucun






Cependant la société japonaise s'avançait vers la Deuxième Guerre
mondiale. H. Hida, homme passionné, ayant un sens de la justice très
développé, ne pouvait se permettre de vivre en ermite. Il commença à
accepter de donner des conférences et des démonstrations de sa méthode.
Pour lui, le renforcement du corps par la recherche du centre sacré
devait prendre une dimension sociale. Il commença à s'activer pour que
le Japon évite d'entrer en guerre contre les U.S.A. Dès le début de la
guerre, avec son acuité exceptionnelle, H. Hida a prévu la défaite
inévitable du Japon. Il ne pouvait plus se sentir tranquille car il
prévoyait aussi que cette guerre allait imposer d'énormes sacrifices à
toute la population japonaise. Il ne pouvait plus trouver de sens
positif à la recherche de la voie du centre sacré. « A quoi me sert
d'obtenir une santé extraordinaire et une capacité exceptionnelle en
vivant dans un monde à part ? ». Cette conscience était si forte qu'il
abandonna la pratique de sa méthode à laquelle il n'avait jamais manqué
durant 43 années. Peu de temps après, il tomba d'une falaise près de
chez lui et reçut un violent choc à la poitrine, ce qui le cloua sur un
lit de malade pour la première fois depuis l'époque de son adolescence.

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:23

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 9:50 am
Une chute dans la vie



Nous avons vu que H. Hida prévoit très tôt le destin tragique qui
attend la population japonaise à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale.
La sensation d'être incapable d'agir pour empêcher ce destin national
le conduit à une dépression profonde et il se dit :


« Quelle importance cela a-t-il de pratiquer une méthode qui ne me
donne qu'une santé et une force exceptionnelles, alors que toute la
population va subir de si grands malheurs ? »


Il se sent impuissant vis-à-vis de ce qu'il prévoit et nous avons vu
qu'il finit par abandonner la pratique de sa méthode qui l'accompagnait
depuis 43 ans. Peu après, il tombe d'une falaise et reçoit à la
poitrine un violent choc, ce qui le cloue au lit pour la première fois
depuis son adolescence.


Il écrit :



« Couché sur le dos, je regarde le plafond où je vois clairement le
destin du Japon. J'ai été tourmenté le jour et la nuit... Je suis
devenu névrotique. Je pesais habituellement 70 kg et maintenant je pèse
moins de 50 kg. Selon la demande d'un jeune soldat, lorsque j'ai
commencé à écrire une phrase, je n'ai écrit à peine un mot, tandis que
j'ai eu la douleur dans le coeur, ce qui m'a empêché d'écrire... Je
sentais au début mes pieds comme ceux d'un étranger même lorsque je
marchais. Cette paralysie a commencé à monter vers le haut et
lorsqu'elle a atteint sur le ventre et les poitrines, mon rythme
cardiaque est devenu très irrégulier. Elle a remonté jusqu'à la tête
dont j'ai l'impression de sentir une vibration permanente. Mais la
capacité de pensée n'a pas diminué. Elle était tellement délicatement
active, mais je savait qu'elle allait dans une mauvaise direction et
pourrait arriver jusqu'à une extravagance... Même si je ne meurt pas, à
quoi sert-il la vie d'un détraqué ? Je ne voulais surtout pas voir avec
mes propres yeux la destruction du Japon et celle du l'Empereur. »






H. Hida se décide à se tuer en écrivant une lettre pour recommander de cesser la guerre au Premier Ministre, Hideki Tôjô.



Il écrit :



« La nuit du 11 Février 1944, j'ai sorti mon sabre que j´avais
dissimulé dans l'armoire. J'ai écrit à Tôjô une lettre sur laquelle
j'ai arrosé mon sang. Juste au moment où je m'apprêtais à planter le
sabre dans le ventre, une image m'a arrêté dans mon geste. Si je meurt
ici de cette façon, cette pièce sera plein du sang, ce qui va
terriblement gêner ma famille... J'ai cessé de prendre cette solution.
».






La renaissance



Progressivement son état de santé s'améliore et la guerre finit avec
les conséquences qu'avait prévu H. Hida. Dans cette condition, il
décide de recommencer la pratique de sa méthode.


Il écrit :



« J'avais écrit jusqu'ici plusieurs ouvrages, dans lesquels j'ai
présenté la méthode rationnelle, qui ont été tous hautement appréciés
par des hommes de science. Cependant, je suis atteint d'une grave
maladie et je vis à peine avec le corps de la peau sur l'os. Est-ce que
cette situation est produite uniquement parce que j'ai reçu un violent
coup sur la poitrine et que j'ai été profondément tourmenté ? Est-ce
qu'il n'y avait pas un grave défaut dans la méthode que j'ai établi
?... En effet, lorsqu'une paralysie m'a atteint vers le ventre, j'ai eu
des douleurs qui étouffait la respiration à cause d'une contraction des
muscles abdominaux et de diaphragme que j'avais renforcé
particulièrement par ma méthode. S'il y a une relation négative dans ma
méthode, il est indispensable que je la publie... Lorsque mon état
s'est amélioré, j'ai entrepris à nouveau la pratique de ma méthode pour
cette raison. ».






Ainsi H. Hida retrouve une raison de se remettre en pratique de sa méthode dans la société d'après-guerre.



Il écrit :



« J'ai pu prouver la justesse de ma méthode de la voie du centre
sacré... Aujourd'hui j'ai 72 ans et mon état physique dépasse largement
celui d'un jeune gaillard. J'ai pu constater la juste valeur de ma
méthode. Le 4 Septembre 1955, j'ai reçu une visite de l'ex-Conte Ichijô
et du fils de l'ex-général Yamamoto ; j'ai montré quelques kata. Je
projette mon corps sur le parquet et, en roulant sur le sol, je dégaine
un long sabre... A l'état décontracté, mon bras est semblable à du
beurre fondu et quand je le contracte, il devient semblable à l'acier ;
en le touchant M. Ichijô poussa une exclamation. Ceci est l'état du
corps à 72 ans... Depuis quelques années j'ai enfin compris l'essentiel
de la voie du centre sacré. ».



Méthode et croyance



Continuons la lecture du texte de H. Hida :



« Musashi écrit : « Arrivé à cinquante ans, je me suis trouvé
naturellement dans la voie de la stratégie. Depuis ce jour, je vis sans
avoir besoin de rechercher davantage la voie. Lorsque j'applique la
raison de la stratégie à la voie de différents arts et artisanats, je
n'ai plus besoin de maître dans aucun domaine. ». Il s'agit d'un état
atteint par Musashi dans la voie du sabre. J'ai atteint, moi aussi, à
l'âge de 66 ans, un état qui se confond avec un principe universel. Ce
fut après mille jours de pratique à la recherche d'un vide profond...
Durant ces mille jours, je n'ai presque pas dormi, pourtant je n'ai
ressenti aucune fatigue. Cette capacité a été amorcée chaque jour par
une dizaine de secondes d'exercice pour remplir de force le centre
sacré. Je goûte chaque jour une vitalité fraîche de pleine jeunesse,
avec des muscles remplis d'énergie, devant ce fait, je n'ai qu'à me
féliciter de l'efficacité de cette méthode. On peut dire que je suis
prétentieux, ou que je suis simplement conscient de mon état. Mais en
fait, dans le vide profond, rien n'est important... Je n'ai maintenant
plus rien à rechercher dans la vie car j'ai atteint à un profond vide
où je me trouve en face du Dieu... Ainsi j'ai la certitude d'avoir
atteint à l'ultime étape de la recherche de la voie centrale. La
véritable existence est celle du Dieu devant lequel toutes les valeurs
humaines et sociales disparaissent. ».


Partant de la pratique corporelle, la pensée de H. Hida devient une
croyance. En 1953, H. Hida fonde le « Cercle de l'enseignement de la
voie éthique universelle » qui est déclaré comme groupe religieux.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:24

Il écrit :



« Je place la croyance au bout d'une recherche scientifique. Une
véritable croyance doit être basée sur une rigueur mathématique. Je
vois la rigueur dans l'ordre de la science physique en atteignant
directement la subtilité du principe universel avec mon esprit. J'ai
constaté que dans la vie physique et spirituelle existe une loi
rigoureuse, qui semble être gérée par la rigueur des chiffres divins.
Je l'appelle « la voie éthique de l'univers. ». »


C'est au cours des manifestations de ce cercle que H. Hida effectue
différentes démonstrations qui vont au-delà de l'ordinaire. Rappelons
le témoignage de B. Kuriyama que j'ai présenté plus haut (page 2).


Jouissant d'une santé et de capacités physiques incomparables, H. Hida
reçoit différents adeptes du budô et des lutteurs du sumô qui
reconnaissent leur défaite. Mais nous ne savons pas exactement sous
quelle forme les affrontements ont eu lieu. En tous cas le combat
n'était pas sa préoccupation.






La mort volontaire



Un ouvrage écrit par un de ses proches relate la vie de H. Hida. Vers
la fin de sa vie, celui-ci commence à avoir une prémonition de l'avenir
de l'humanité et prévoit une dégradation désespérante du monde. Ce
qu'il a ressenti n'est pas précisé, mais cette vision est suffisamment
déterminante pour qu'il renonce à vivre.


A partir du début de juillet 1956, Harumitsu Hida cesse complètement de se nourrir. Sa fille Kazuko Hida écrit :



« Père ne mange plus depuis un mois et demi. Depuis dix jours il ne
prend que quelques gouttes d'eau. Mère seule a la permission d'entrer
dans sa chambre et ils conversent par écrit... ».






H. Hida écrit lui-même :



« Le 22 Juillet, ma mère a crié désespérément dans la chambre d'à-côté
: « Je t'en prie, ne meurs pas avant moi ! ». Cette voix a ébranlé ma
décision de marcher sur le chemin qui mène directement à la mort. Je
suis tourmenté d'un sentiment de désespoir... Ma maladie pourrait
sembler absurde pour certains. Ils doivent alors réfléchir s'ils ont
réellement un sens passionné de la justice et l'amour de l'humanité. ».



Le 24 août, après 49 jours de jeûne, il cesse de vivre. Il a alors 72 ans et 8 mois.



J'espère avoir pu communiquer un fragment de la vie passionnée d'un
homme qui est allé très loin dans la recherche de la vie. Sa méthode va
bien au-delà de la recherche d'efficacité en combat. Elle me semble
toucher le point nodal de la méthode des arts martiaux et nécessite une
étude approfondie. J'espère avoir l'occasion de communiquer plus en
détail la méthode Hida.




Réflexion sur la méthode Hida



La plupart de ceux qui pratiquent un art martial ou un sport de combat
ont pour motivation de départ de « devenir fort ». Si certains veulent
apprendre à mieux se battre, d'autres veulent mieux se défendre ou se
sentir en sécurité. En avançant dans la pratique la motivation change
car ils découvrent des champs divers qu'ils ne voyaient pas au départ,
comme, en gravissant une montagne, on voit le paysage et la perspective
changer suivant le niveau où l'on se trouve. Selon la personnalité et
son acquis, l'évolution dans la longue voie martiale varie. Certains
persévèrent dans la pratique physique, d'autres s'orientent vers les
méthodes dites « internes » ou le qi gong. Heureux sont ceux qui
trouvent une satisfaction durable. Avec mon expérience limitée, je peux
dire qu'il existe un grand nombre de méthodes, que la valeur de
certaines d'entre elles est discutable et que beaucoup tendent à se
constituer en pratique mystique.


La méthode Hida s'appuie purement sur l'exercice physique. En allant
vers le « purement » physique, il atteint un domaine « psychique » ou «
spirituel ». H. Hida a fini par fondre sa méthode dans une croyance.


Lorsque la pratique d'une méthode corporelle devient la manière de
vivre d'une personne, elle semble souvent se confondre avec une
croyance. Les paroles de M. Ueshiba sur l'aïkido ne sont pas
compréhensibles si nous ne les situons pas dans la dimension de sa
pratique religieuse. G. Funakoshi a dit qu'il faut aller jusqu'au point
où le karaté devient votre religion.


On pourrait dire d'une certaine manière que leur démarche partant d'une
méthode physique a fini par inclure le domaine spirituel. Mais il faut
bien voir qu'une telle classification est due à une interprétation
cartésienne qui facilite le classement des méthodes. Dans la pensée de
H. Hida la pratique physique implique celle de l'esprit. Il s'inscrit
là dans la tradition japonaise, lorsqu'une pratique physique atteint un
certain niveau de profondeur, elle implique un contenu spirituel. Dans
cette perspective, est-il possible de dissocier une avancée de l'esprit
d'une croyance religieuse ? Cela me semble être un des objectifs du
développement des méthodes corporelles contemporaines.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:24

Postface



J'ai présenté deux méthodes : le dà cheng chuan et la méthode Hida.
Elles ont en commun le fait que leur application consiste, en quelque
sorte, à se recréer soi-même. Chacun se forme au cours de son
développement. Pratiquer la méthode des arts martiaux implique une
évolution plus ou moins radicale de la personne. Avec ces deux
méthodes, il serait inutile d'essayer d'apprendre uniquement l'aspect
utilitaire de la pratique car celle-ci implique un changement de soi.


Vous pouvez examiner la méthode scientifiquement en tant
qu'observateur. Dans ce cas, vous ne pouvez pas l'appliquer avec votre
corps car ce type de pratique physique implique la pratique d'une
personne dans sa totalité ; c'est ce que montre si clairement H. Hida.
Si vous dites : « je suis moi-même, je ne changerai pas et j'étudie ce
qui me plaît », je pense que vous vous trompez dès le départ. Car ce
que vous pensez étudier et apprendre n'est que la carapace vide d'une
méthode. C'est comme si vous n'aviez rien compris après avoir lu ce que
dit H. Hida.


J'écris ceci car cette démarche semble plus facile dans la culture
japonaise que dans les cultures européennes. C'est précisément un
problème que je rencontre avec mes élèves français. Il me semble
parfois qu'ils pratiquent les arts martiaux sans vouloir changer leur
manière d'être. S'ils changeaient, leur ego serait-il bouleversé ?
L'ego est-il si rigidement construit, si fragile qu'il ne peut pas
subir un changement ? Implicitement, pour eux, c'est l'extérieur qu'il
faut changer, non pas eux-mêmes.


Cependant, je suis persuadé que le budo est la voie du changement de soi.







Notes :



1- Dans le texte japonais H. Hida a écrit 18 ans selon le système
traditionnel du calcul de l'âge où l'on compte un an à la naissance. A
l'usage des non japonisants, je traduis dans ce texte selon le système
habituel aujourd'hui.


2 « Miyamoto Musashi, maître de sabre japonais du XVIIème siècle, le
mythe et la réalité » - Doctorat en langue et civilisation orientale,
Université Paris VII Juin 1993. La thèse peut être consultée à la
bibliothèque de l'Université.



source: http://www.tokitsu.com/fr/presentation/articles/fr/methode-hida.html

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:25

Ventilo
Site Admin
Inscrit le: 01 Juil 2007
Messages: 879
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Mer Juin 18, 2008 1:48 pm
Excellent!!



Oui, c'est exactement ça!



je n'ai pas encore tout lu, mais le peu que j'en ai lu me semble suffisant.



le bassin cambré se dit, kaïsho (ouvert) en japonais. c'est une forme très puissante.



Il y a trois positions du bassin, celle-ci est la première.





je lirai la suite bientôt .

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:27

Ventilo
Site Admin
Inscrit le: 01 Juil 2007
Messages: 879
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Jeu Juin 19, 2008 8:13 am
Bien qu'il semble que ceux qui connaissent la méthode hida disent qu'elle
est violente et intensive, les faits n'en sont pas moins vrais, cette
méthode développe effectivement l'énergie.



Pour ma part, je ne connais pas cette méthode ni cet homme et je
suis agréablement surpris qu'il ait été un re-découvreur de ce qui est
connu depuis des millénaires à savoir, le renforcement de l'énergie par
le centre du corps. Le tanden, le bassin, les hanches, le sacrum.



Tout concours à prouver que la solution à nos maux est là.



A partir du développement et du renforcement de cette partie du
corps nous pouvons changer notre monde intérieur et laisser passer le
flux universel que j'appelle la source.





Il ne s'agit pas ici de faire un copier coller de ce que dit untel
ou untel, il s'agit de faits concrets et réels éprouvés et vécus.



le monde doit changer, mais nous devons changer d'abord. C'est notre monde intérieur qui fonde le monde extérieur.



Il ne s'agit plus de dire, qu'il n'y a rien à dire et que tout est
dans tout car, c'est encore le meilleur moyen de se persuader de ne
rien faire.



la notion de centre et de verticalité est fondamentale.



Je fais partie de ceux qui ont expérimenté les fabuleuses possibilités de cette expansion d'énergie.



Je reconnais dans ma chaire tout ce qui est dit plus haut.



le voile du secret est levé.



Merci proximus, tu m'as permis de faire un très grand pas en avant.







"Dernière édition par Ventilo le Jeu Juin 19, 2008 8:15 am; édité 1 fois"

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:28

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Jeu Juin 19, 2008 1:57 pm
ahhhh! ça faisait longtemps que je voulais poster les récits de Harumitsu
Hida, traduit par Tokitsu, ce dernier est un Enseignant très connu de
….. hmmm d’une variante de Taïchi aux méthodes des plus controversé
dans les milieux des arts martiaux. On a toujours voulu donner une
explication aux motivations de ce maitre de discipline et en lisant les
récits de Harumitsu Hida, on arrive plus facilement à discerner
exactement où il veut en venir.

C’est vraiment dommage que Harumitsu Hida n’aie jamais voulue
donner plus de détail sur ces méthodes, mais il devait certainement
avoir ces raisons, seuls les brides d’information qu'il laissa
transparaitre peut être exploitable par les plus averties un peu comme
Tokitsu. ! ravi que ce récit plaise.





Lisez le les autres !!!

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:29

ishtar
Socrate
Inscrit le: 12 Juil 2007
Messages: 1610
Sexe: Je ne sais pas
Posté le: Jeu Juin 19, 2008 3:58 pm








Citation:
Lisez le les autres !!!




c'est qui les"autres" ?

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:30

pop-corn
Socrate
Inscrit le: 01 Juil 2007
Messages: 3036
Localisation: Herault
Sexe: Je ne sais pas
Posté le: Jeu Juin 19, 2008 4:52 pm
oui intéressante,une thérapie comme une autre , qui valide le travail de ventilo , même une thérapie essentiel face a ce que

nous avons de classique comme therapie



mais question source unique , juste une copie a l'image , en soi une

source intermédiaire, sujet de culte comme tout le reste de la manifestation

car on ne s' efface pas pour autant de celle ci a savoir la manifestation

en rayonnant le cœur

cette source est accessible au plus grand dualiste et le restera d'avec

sont bien être personnel

qui reste tout de même essence de la source primordial



je suppose que les autres auront répondu



"Dernière édition par pop-corn le Jeu Juin 19, 2008 4:54 pm; édité 2 fois"

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:30

Ventilo
Site Admin
Inscrit le: 01 Juil 2007
Messages: 879
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Jeu Juin 19, 2008 6:59 pm
Tout comme il y a un lien entre le soufisme et le yoga.


Il y a un lien entre le yoga et le zazen. le zazen et le développement de l'énergie.



Tout se tient parce qu' au centre il y a l'homme.



Il n'y a donc pas de méthode. juste retrouver la posture originelle. Celle du nouveau né.

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:31

Proximus Oscultor
Chercheur de vérité
Inscrit le: 28 Aoû 2007
Messages: 324
Sexe: Extra-terrestre plutôt mâle
Posté le: Ven Juin 20, 2008 9:41 am

ishtar a écrit:







Citation:
Lisez le les autres !!!




c'est qui les"autres" ?






les autres ? c'est eux ...

_________________
Sε wo werε fi na wo san kɔfa a, yenkyi

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Cassiopée le Jeu 30 Avr - 20:32

ishtar
Socrate
Inscrit le: 12 Juil 2007
Messages: 1610
Sexe: Je ne sais pas
Posté le: Ven Juin 20, 2008 9:48 am
j'ai lu



merci pour ces textes



j'ai du mal à commenter ... je suis tellement à l'antipode de ce genre de démarche !

c'est simple dés que je lis : pas fumer ,pas si ,pas ça ,je sais dessuite que c'est pas fait pour moi

mon but dans cette vie n'est pas de me surpasser

mais je suis très admirative de ce genre de parcours et je dois avouer que le personnage m'a touchée

Cassiopée

Messages : 1121
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harumitsu Hida

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum